La Chine accélère la recherche sur le thorium - L'EnerGeek

La Chine accélère la recherche sur le thorium

Thorium_photothoriumforumLe thorium est souvent décrit comme la source d’énergie idéale. Imaginez une énergie abondante, non émettrice de CO2, produisant peu de déchets et dont l’exploitation n’est pas risquée. Seulement l’Homme ne sait pas encore utiliser le thorium pour produire de l’énergie nucléaire. Un mystère que la Chine, à l’instar d’autres pays comme la Norvège ou le Japon, aimerait percer au plus vite. L’Empire du Milieu vient d’annoncer qu’il accélérait ses recherches sur le thorium : l’objectif de Pékin est désormais de créer un réacteur fonctionnant au thorium dans 10 ans.  

Confronté à des problèmes environnementaux conséquents qui risquent d’augmenter avec la croissance économique et l’explosion de la demande énergétique, la Chine n’a d’autres choix que de décarboner sa production énergétique. Pour mener cette « guerre à la pollution », Pékin investit dans les EnR et le nucléaire, même si le pays restera encore longtemps dépendant des centrales thermiques polluantes.

A plus long terme, la Chine rêve de pouvoir exploiter le thorium, un minerai présent abondamment dans le sous-sol terrestre. Contrairement aux EnR, le thorium permettrait de produire une grande quantité d’énergie à l’instar d’une centrale nucléaire fonctionnant grâce à de l’uranium.  Mais l’exploitation du thorium produirait 200 fois moins de déchets radioactifs que celle de l’uranium, et la durée de leur radioactivité serait beaucoup plus courte (500 ans).

Les ambitions de Pékin sur le thorium sont revues à la hausse : la Chine espère posséder son premier réacteur à sels fondus alimenté au thorium dans 10 ans, contre 25 ans comme annoncé auparavant.

Cette tâche difficile a été confiée à une équipe de scientifiques de Shanghai. Rien ne dit qu’ils parviendront à respecter les délais impartis : « nous ignorons encore beaucoup de chose sur les caractéristiques physiques et chimique du thorium, met en garde l’un des responsables du projet, le Professer Li Zhong. Il y a tant de problèmes à résoudre en si peu de temps ».

L’un des principaux problèmes techniques restant de trouver une solution pour protéger les futurs réacteurs de l’extrême corrosivité des produits chimiques produits par les sels fondus.

Si plusieurs pays se sont lancés dans cette course à la découverte, la Chine aurait un intérêt tout particulier à être la première à percer les mystères du thorium : elle posséderait en son sol de très importantes quantité de thorium.

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
lun 28 Oct 2013
Potentiellement capable de générer plus d’énergie que l’uranium tout en faisant moins de déchets, le thorium est un minerai qui pourrait alimenter les réacteurs nucléaires du futur. De nombreux pays s’intéressent donc à la recherche sur le thorium. Depuis hier…
mer 5 Juin 2019
Dans le cadre du débat public sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a réalisé un panorama international des alternatives au stockage géologique. De la mine jusqu’au…
jeu 3 Août 2017
Engagée dans un vaste programme de développement du nucléaire civil afin de répondre à l'augmentation de sa demande nationale en énergie ainsi qu'aux nouveaux enjeux de lutte contre le changement climatique, l’Inde a multiplié ces dernières années les accords de…
mer 24 Jan 2018
Si l’on évoque le plus souvent le fonctionnement et la sûreté des unités de production lorsqu’on parle d’énergie nucléaire, le cycle du combustible nucléaire utilisé dans ces centrales constitue lui aussi un facteur déterminant dans la recherche d’une industrie plus…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.