Le Tibet lance le parc éolien le plus haut du monde - L'EnerGeek

Le Tibet lance le parc éolien le plus haut du monde

Tibet_paysage_photo_lylevincentLe parc éolien le plus élevé du monde (4.700 mètres d’altitude) a été mis en service au Tibet, dans la préfecture de Nagchu, au début du mois de décembre. Il s’agissait de la dernière région de Chine à ne pas produire de l’énergie éolienne.

Le parc est actuellement doté de 5 turbines d’une puissance totale de 7,5 MW. Selon un fonctionnaire du bureau de l’énergie du Tibet, il comprendra à terme quelques 33 turbines pour une capacité installée totale de 49,5 MW.

Disposant d’un climat particulièrement venteux et ensoleillé, le Tibet souhaite développer les énergies renouvelables pour protéger son écosystème fragile.

Le parc de Nagchu devrait avoir un excellent rendement puisque les vents sont généralement plus forts et réguliers en altitude.

De nombreux autres parc éoliens devraient voir le jour prochainement au Tibet. La Chine estime à 93 milliards de kWh d’électricité par an les réserves éoliennes potentielles de cette région autonome.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 11 Juin 2015
L'ONG Africa Progress Panel, dirigé par l'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, a profité du Forum Économique Mondial qui s'est déroulé du 3 au 5 juin dernier en Afrique du Sud, pour dévoiler un rapport sur l'électrification en Afrique.…
mer 14 Mar 2018
Moins célèbre que les énergies éolienne et solaire, l’énergie hydrolienne est pourtant en train de se faire une place dans le nouveau paysage énergétique qui émerge en Occident. En France, où plusieurs projets de fermes hydroliennes sont à l’étude, la…
mer 9 Août 2017
Alors que la nouvelle Réglementation Environnementale (RE2018) se profile comme étant au coeur de la transition énergétique, l’expression "maison à énergie positive" reste encore un peu floue pour de nombreux consommateurs. S’agit-il seulement d’une maison qui produit sa propre électricité ? En…
mer 2 Avr 2014
A cause de la plus importante sécheresse des cinquante dernières années, les retenues des barrages hydroélectriques du Brésil, qui représentent la principale ressource d’électricité du pays, sont au plus bas. Pour lutter contre le risque de pénurie énergétique, à l'approche de…

COMMENTAIRES

  • Cet article est à revoir : la moitié des chiffres sont faux !
    Les 5 turbines ont peut-être une puissance TOTALE de 7.5MW, mais UNITAIRE probablement 1.5MW !
    Et avec toutes les turbines installées à terme, on produit 93 GWh/an, soit 93 millions de kWh (et non milliards).
    Et ça représente peut-être 86 000 tonnes de CO2 (ou 23 500 tonnes de carbone) évitées par rapport à une production charbon. Une tonne équivalent charbon, késako ? Une unité d’énergie existe, la tonne équivalent pétrole (dans ce cas, ce serait environ 8000 tep produites).

    Enfin, le Tibet deviendrait la 7è région productrice d’énergie éolienne, et c’est la dernière à installer des éoliennes… combien y-a-t’il de régions ??

    Répondre
  • Il faut bien lire l’article et pas en travers….

    Il y a quand même quelques erreurs, les 93 milliards de Kwh sont une erreur, la région possède un potentiel de 93TWh (conso annuelle en France d’environ 500Twh en gaspillant beaucoup).

    La Chine est devenu le premier pays en MW éolien installé (75GW fin 2012), il n’est pas rare de faire 30min de train dans le desert au milieu d’un parc de 1500 éoliennes et d’un poste élec de 750KV qui envoie l’énergie aux villes à des centaines de km de là…. Comme souvent en Chine c’est une autre échelle.

    Leur objectif est d’installer à terme plus d’éoliennes en Chine que dans le reste du monde entier….

    Répondre
  • J’avais bien lu, merci Laurent !! Sauf que depuis l’article a été élagué et corrigé;
    Merci à l’auteur.

    La Chine est aussi le pays où une part énorme de l’électricité éolienne disponible n’est pas utilisée par manque de capacités du réseau (de l’ordre de 15% : http://www.greenetvert.fr/2012/08/07/16-de-lenergie-eolienne-gaspillee/65494 mais certains évoquent 50% ? ce chiffre me paraît élevé mais il vient de là : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66007.htm). Tout n’est pas “vert” (ou rose).
    Leur objectif n’est pas de faire la compétition aux autres pays, mais de se diversifier pour éviter une trop, trop, trop forte dépendance énergétique.

    Répondre
  • (En réponse à la question posée à la fin du message de Jacques D), sont, à ma connaissance, productrices d’électricité éolienne en Chine : la Région autonome de Mongolie intérieure, les provinces de Liaoning, de Hebei et de Jilin ; à quoi il faut ajouter un parc offshore sur la plate-forme pétrolière Bohai Suizhong appartenant à la CNOOC (Chinese National Offshore Oil Corporation).

    (En forme de clin d’oeil à la rédaction), la photo illustrant l’article est celle de la forteresse de Yumbulhakhang, située dans la préfecture de Shannan (ou Lhoka) au sud-est de Lhassa. La préfecture de Nagchu est, elle, située au nord.

    André Lacroix (andre.lacroix@base.be), auteur de la traduction “Mon combat pour un Tibet moderne. Récit de vie de Tashi Tsering”, éd. Golias, 2010, un livre passionnant et instructif, que je recommande chaudement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.