Conférence annuelle de l'UFE : "l'électricité est l'énergie du futur" - L'EnerGeek

Conférence annuelle de l’UFE : “l’électricité est l’énergie du futur”

ligne_electrique_france_photo_NicozzDans le cadre du débat national sur la transition énergétique, l’Union Française de l’Électricité (UFE) a indiqué que la France devait “garder toute les options ouvertes” pour atteindre ses objectifs en matière d’efficacité énergétique. Ainsi, s’il apparait comme difficile de diviser par 2 la consommation d’énergie d’ici 2050, l’UFE préconise de faire évoluer le mix-électrique français “dans une logique coût/efficacité”. L’association professionnelle du secteur de l’électricité souligne également le “bon bilan carbone” hexagonal.

[stextbox id=”info”]La contribution de l’UFE au débat sur la transition énergétique[/stextbox]

L’UFE, une association qui regroupe de nombreux industriels français du secteur de l’énergie, a souligné mardi 22 octobre à l’occasion de de sa conférence annuelle, l’importance de l’électricité dans le développement futur de la France. Selon ce regroupement de professionnels, l’objectif du gouvernement de réduire de 50% la consommation d’énergie à l’horizon 2050 semble “impossible” à réaliser. En effet, l’UFE table sur une augmentation des usages électriques en raison de la croissance de la population, du développement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, et de la relance industrielle attendue.

En termes d’impératif climatique, l’UFE a souligné les résultats positifs du bilan carbone de la France qui s’accompagnent, contrairement à certains de ses voisins européens, “d’une avancée dans la lutte contre le changement climatique”. Grâce à une part de 90% de sources non-fossiles dans sa production d’énergie, la réduction des émissions de gaz à effet de serre doit rester, selon l’organisme, une priorité pour la France.

[stextbox id=”info”]Quels mix-électrique pour la transition énergétique ?[/stextbox]

L’UFE a évoqué “l’avantage concurrentiel” non négligeable de l’électricité française, en rappelant l’importance des énergies hydrauliques et nucléaires, qui n’émettent pas ou très peu de  CO2. Ces dernières assurent 90% de la production d’électricité en France et des prix 50% moins cher que la moyenne des pays de l’Union Européenne.

Pour l’UFE, “il faut que l’évolution du mix-électrique soit conçue dans une logique de coût/efficacité (…) en capitalisant sur les moyens existants”. Les professionnels pensent que les secteurs du transport et du bâtiment, responsables d’une grande partie des émissions nationales de CO2, doivent être repensés.

L’UFE a également rappelé que la politique énergétique française devait “privilégier la rationalité économique” sans pour autant oublier les impératifs environnementaux. L’association estime que le soutien aux énergies renouvelables (solaire et éolien) est trop intensif et qu’il est responsable d’une hausse de la facture énergétique des ménages.

[stextbox id=”info”]Soutenir la recherche et développement[/stextbox]

La part de l’électricité dans le modèle économique français devrait augmenter de manière plus importante que celle du gaz alors que la part du pétrole devrait reculer. Une évolution qui doit s’accompagner, selon l’UFE, d’un “soutien massif” et “ambitieux” à la recherche et à l’innovation dans les filières énergétiques.

Afin de répondre à la demande croissante en électricité, l’UFE préconise de se concentrer sur des filières prometteuses telles que le nucléaire de quatrième génération, l’énergie hydrolienne et la gestion intelligente des bâtiments.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 16 Jan 2024
Les saisons froides sont des périodes assez rudes. Elles sont surmontables grâce au confort thermique installé à l’intérieur des résidences. Le fioul domestique appartient à cette catégorie de source de chauffage fiable, utilisée par la majorité des foyers occidentaux. Cependant,…
ven 13 Oct 2023
Modification de la prime à la casse : « Réemployer plutôt que détruire » Dans un souci de préservation de l'environnement et de justice sociale, un groupe de sénateurs écologistes a présenté, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue…
lun 12 Fév 2024
Les Français ne cessent de voir leurs factures énergétiques augmenter depuis ces deux dernières années. Après une hausse du prix de l'électricité en février 2024, c'est au tour du gaz d'augmenter en juillet 2024. Bruno Le Maire s'est voulu rassurant…
jeu 23 Nov 2023
Malgré l'essor de la voiture électrique, son adoption massive en France se heurte à plusieurs obstacles dont en premier lieu le prix de ce type de véhicules. Le marché des véhicules électriques d'occasion s'ouvre, mais cette progression est-elle suffisante pour…

COMMENTAIRES

  • Pour moi la meilleur solution c’est le stockage d’energie par retenue d’eau ou mer (step et avec le mer dit step de mer ou marine).Mais pour avoir un cout tres bas il faut concepir l’eau ou mer comme compensation de la varibilite de eoilien en mer et solaire.C’est stockage est possible bien entre France et Italie avec step Se la France construit 110 GW de eolien e l’Italie 30 GW,total 140 GW ,Caffese avec le project Po mettre a disposition 200 GW de stockage eau que veut dire en cinque ans 187 milliard de euro.Le cout c’est de 35 milliard.

    Répondre
  • Encore un mensonge de l’UFE : l’électricité française n’est pas 50% moins cher (deux fois moins cher) que la moyenne européenne.

    Et avoir beaucoup de nucléaire, en excès dans le cas de la France, n’a rien avoir avec un prix plus faible de l’électricité.

    Tableau comparatif ici :
    http://energeia.voila.net/electri/taux_nucle_prix.htm

    En prix hors taxes, le vrai prix de l’électricité, celle-ci est plus chère en Belgique avec beaucoup de nucléaire (51%) qu’au Portugal ou au Danemark (pas de nucléaire) et même qu’en Allemagne (sortie du nucléaire).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.