De l’électricité à partir des pots d’échappement des véhicules - L'EnerGeek

De l’électricité à partir des pots d’échappement des véhicules

800px-Pot_d'échappement@KoSLe moteur thermique d’un véhicule classique n’utilise qu’1/3 de l’énergie contenu dans le carburant pour faire fonctionner la voiture. Il dissipe les 2/3 restants sous forme de chaleur, dont 1/3 par l’intermédiaire du système d’échappement.

Aujourd’hui, il existe une technique qui permet de convertir une partie de cette énergie perdue en une énergie utile. Concrètement, grâce à un procédé thermodynamique, la chaleur dans le pot d’échappement de la voiture est récupérée afin de produire de l’électricité. Par ce procédé, la consommation de carburant des véhicules est réduite et on réduit aussi les émissions de CO2 dans l’atmosphère.

Parmi les différentes technologies déjà développées, on peut notamment citer celle d’une société française, Exoes. Leur dispositif de récupération de chaleur à l’échappement est baptisé EVE, Energy Via Exhaust.

Concrètement, un échangeur est installé dans le pot d’échappement dans lequel est envoyé un liquide sous pression. Sous l’effet des fortes températures qui peuvent atteindre 800°, ce liquide est transformé en gaz. La vapeur d’eau vient alors pousser sur un moteur à pistons miniaturisé, qui, par le biais d’un alternateur, produit de l’électricité.

Ce dispositif peut être aussi bien installé sur un véhicule hybride, disposant à la fois d’un moteur thermique et électrique, que sur un véhicule conventionnel, équipé uniquement d’un moteur thermique. Il peut aussi s’adapter aussi bien aux voitures qu’aux autres moyens de transport tels que les camions, bus, trains, bateaux…

 

[stextbox id=”info”]Jusque 15% d’économie de carburant ![/stextbox]

Il apparaît que ce système permet de réduire la consommation de carburant. Cette baisse peut atteindre 15%.

La batterie des véhicules traditionnels est alimentée grâce au moteur thermique qui a besoin de carburant pour fonctionner. Grâce à ce système de récupération de chaleur à l’échappement, on a moins recours au moteur thermique pour recharger la batterie, puisqu’elle peut l’être directement par le dispositif. On diminue donc la consommation de carburant pour couvrir les besoin électriques du véhicule, de plus en plus nombreux avec la généralisation des diverses options (vitres électriques, climatisation…)

Pour les véhicules hybrides quant à eux, cette technologie apparaît comme une source d’énergie supplémentaire. Jusque alors, la récupération d’énergie électrique s’opérait grâce au freinage et au système d’économie « Stop & Start ». Grâce à cette innovation, l’autonomie électrique des véhicules hybrides est donc accrue.

En évitant de prélever de l’énergie au moteur thermique pour les besoin électriques des véhicules, on diminue ainsi la consommation de carburant. On limite aussi par conséquent les émissions de CO2 dans l’atmosphère. A terme, cette technologie pourrait d’ailleurs permettre d’alimenter directement tous les systèmes embarqués consommateurs d’électricité dans les véhicules.

 

[stextbox id=”info”]Les constructeurs automobiles se montrent intéressés[/stextbox]

Bien que déjà utilisé en Formule 1, cette innovation technologique n’est toujours pas intégrée dans les véhicules commercialisés. Cependant, les normes européennes en matière de pollution et de consommation de carburant, de plus en plus contraignantes pour les constructeurs automobiles, pourraient permettre à cette innovation d’être déployée assez rapidement. En 2020, les constructeurs devront payer une amende si la moyenne des émissions de CO2 de leurs véhicules dépasse les 95g/km. A l’heure actuelle, cette moyenne est encore de 130 à 140 g/km pour les véhicules récents.

Il apparaît que les constructeurs automobiles se montrent déjà plutôt intéressés par la perspective d’intégrer prochainement ce dispositif dans leurs véhicules. PSA Peugeot Citroën devrait adopter celui d’Exoes. Certains autres constructeurs automobiles comme BMW et Honda développent quand à eux leur propre système de récupération de chaleur à l’échappement.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 11 Jan 2024
En plein cœur de l'hiver 2024, la France fait face à un pic de consommation électrique atteignant 83.5 GW. Bien que loin du record de 2012, cette hausse témoigne de l'adaptabilité et de l'efficacité du réseau électrique national.    …
Le gaz renouvelable est depuis le 29 mars 2024 ouvert à l'autoconsommation collective, une initiative du gouvernement visant à encourager de nouveaux projets de production de biogaz.   Le gaz renouvelable désormais ouvert à l'autoconsommation collective Avec les décrets et…
Le Premier ministre, Gabriel Attal, a dévoilé les premiers chiffres du Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa) concernant la baisse de CO2 de la France en 2023 lors d'un meeting en Mayenne le mercredi 22 mai 2024.…
lun 16 Nov 2020
Encouragé par les nouvelles réglementations environnementales, le secteur de la construction opère une transition progressive vers des procédés plus durables, et donc moins dépendants des énergies fossiles. En France comme en Europe, l’heure est désormais au bâtiment bas carbone. Comme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.