De l'électricité produite par le processus de digestion de microbes - L'EnerGeek

De l’électricité produite par le processus de digestion de microbes

universite_stanford_photo_caseorganicDes chercheurs de l’Université de Stanford, basée en Californie aux Etats-Unis, ont annoncé lundi 16 septembre être parvenus à produire de l’électricité en valorisant l’action de certains microbes qui digèrent les matériaux organiques présents dans l’eau usée.

De ces eaux usées à nos restes alimentaires, une grande partie de ce que nous considérons comme des déchets contient en fait de l’énergie potentielle en quantité non-négligeable. La valorisation énergétique de ces déchets, poursuivit par ces chercheurs américains, est donc un processus qui, à terme, pourrait être source d’une énergie renouvelable et respectueuse de l’environnement.

[stextbox id=”info”]Fonctionnement de la pile microbienne[/stextbox]

Les microbes exo-électrogéniques, connus des scientifiques depuis longtemps, sont des organismes vivants dans des environnements sans air, capables d’utiliser des minéraux oxydés afin de convertir des nutriments organiques en énergie. Voilà une dizaine d’année que des chercheurs tentent d’utiliser ces microbes comme de véritables “bio-générateurs d’énergie”.

Un défi que semble avoir relevé avec succès des chercheurs de l’Université de Stanford qui ont mis au point une pile microbienne. L’électrode positive de cette batterie récolte les électrons rejetés par les microbes situés autour de l’électrode négative. Ces électrons sont produits lorsque les microbes consomment les particules contenus dans les déchets organiques présents dans l’eau usée. Un processus baptisé “pêche aux électrons” par Craig Criddle, professeur au département d’ingénierie civile de l’Université de Stanford.

[stextbox id=”info”]Potentiel et enjeux de la “pêche au électrons”[/stextbox]

Les chercheurs à l’origine de ces travaux estiment leurs résultats prometteurs. En effet, cette batterie microbienne offre un rendement énergétique d’environ 30%, soit un taux d’efficacité équivalent à celui des meilleures cellules photovoltaïques actuelles.

Toutefois, ils font face à un problème d’ordre financier : l’oxyde d’argent, utilisé pour fabriquer la borne positive, est un matériau particulièrement coûteux. L’enjeu est donc maintenant de trouver une alternative moins onéreuse à l’argent afin de rendre la pile microbienne plus compétitive.

En plus d’être étendue dans des usines de traitements d’eaux usagées, les chercheurs californiens espèrent que leur technique sera un jour utilisée pour nettoyer lacs et océans des polluants organiques qui, bien souvent, menacent leurs écosystèmes.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 2 Fév 2015
La commission de régulation de l'énergie (CRE) a annoncé le 27 janvier dernier via la publication de sa délibération, une nouvelle baisse des tarifs d'achat pour l'électricité photovoltaïque applicable du 1 janvier au 31 mars 2015. Cette diminution devrait être…
ven 27 Déc 2013
Les vents violents qui soufflent actuellement sur l’Europe ne profitent pas toujours au secteur éolien. En cas de tempête ou de vents trop forts, les éoliennes doivent être arrêtées par mesure de sécurité. En revanche lorsque les vents hivernaux sont…
jeu 26 Déc 2013
La société française Disasolar, basée dans la ville de Limoges, a installé ses panneaux solaires au sommet de la plus haute tour du monde, la tour de Burj Khalifa qui culmine à quelques 828 mètres de hauteur à Dubaï. Ces…
mer 20 Nov 2019
Le COJO de Paris 2024 vient de révéler, ce mercredi 19 novembre 2019, qu'EDF serait son second partenaire premium, après le groupe bancaire Banque Populaire-Caisse d'Epargne. Quelques mois après avoir recalé Total, cet adoubement olympique sonne comme une reconnaissance des…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.