De l'électricité produite par le processus de digestion de microbes - L'EnerGeek

De l’électricité produite par le processus de digestion de microbes

universite_stanford_photo_caseorganicDes chercheurs de l’Université de Stanford, basée en Californie aux Etats-Unis, ont annoncé lundi 16 septembre être parvenus à produire de l’électricité en valorisant l’action de certains microbes qui digèrent les matériaux organiques présents dans l’eau usée.

De ces eaux usées à nos restes alimentaires, une grande partie de ce que nous considérons comme des déchets contient en fait de l’énergie potentielle en quantité non-négligeable. La valorisation énergétique de ces déchets, poursuivit par ces chercheurs américains, est donc un processus qui, à terme, pourrait être source d’une énergie renouvelable et respectueuse de l’environnement.

[stextbox id=”info”]Fonctionnement de la pile microbienne[/stextbox]

Les microbes exo-électrogéniques, connus des scientifiques depuis longtemps, sont des organismes vivants dans des environnements sans air, capables d’utiliser des minéraux oxydés afin de convertir des nutriments organiques en énergie. Voilà une dizaine d’année que des chercheurs tentent d’utiliser ces microbes comme de véritables “bio-générateurs d’énergie”.

Un défi que semble avoir relevé avec succès des chercheurs de l’Université de Stanford qui ont mis au point une pile microbienne. L’électrode positive de cette batterie récolte les électrons rejetés par les microbes situés autour de l’électrode négative. Ces électrons sont produits lorsque les microbes consomment les particules contenus dans les déchets organiques présents dans l’eau usée. Un processus baptisé “pêche aux électrons” par Craig Criddle, professeur au département d’ingénierie civile de l’Université de Stanford.

[stextbox id=”info”]Potentiel et enjeux de la “pêche au électrons”[/stextbox]

Les chercheurs à l’origine de ces travaux estiment leurs résultats prometteurs. En effet, cette batterie microbienne offre un rendement énergétique d’environ 30%, soit un taux d’efficacité équivalent à celui des meilleures cellules photovoltaïques actuelles.

Toutefois, ils font face à un problème d’ordre financier : l’oxyde d’argent, utilisé pour fabriquer la borne positive, est un matériau particulièrement coûteux. L’enjeu est donc maintenant de trouver une alternative moins onéreuse à l’argent afin de rendre la pile microbienne plus compétitive.

En plus d’être étendue dans des usines de traitements d’eaux usagées, les chercheurs californiens espèrent que leur technique sera un jour utilisée pour nettoyer lacs et océans des polluants organiques qui, bien souvent, menacent leurs écosystèmes.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
dim 13 Août 2017
It's about my Africa est une plateforme de financement participatif lancée par l'Ivoirien Thomas Kacou afin de résoudre le problème de l'accès à l'eau potable sur le continent africain. Pour tenter d'enrayer ce fléau, le jeune entrepreneur compte notamment s'appuyer…
ven 6 Jan 2017
La société ekWateur, nouvelle venue sur le marché de la fourniture d’énergie en France, a annoncé jeudi 5 janvier, avoir levé 2 millions d'euros afin d'accélérer son développement. Son objectif, convaincre les consommateurs des atouts d'une énergie 100% renouvelable basée…
ven 14 Oct 2022
Exit l’objectif de 45 % d’énergies renouvelables pour 2030, et retour aux 40 % adoptés officiellement au tout début de l’été : tel est le plus spectaculaire amendement, parmi ceux proposés par les États membres au plan REPowerEU de l’Union…
ven 27 Juin 2014
Qu’il soit naturel ou de retenu, les lacs qui permettent de produire de l’hydroélectricité ont la plupart du temps d’autres usages que ceux strictement industriels : tourisme, pêche, refuge pour la faune… Les lacs sont aussi le terrain de jeu de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.