Nucléaire : plus d'un tiers des Français est favorable à son recours - L'EnerGeek

Nucléaire : plus d’un tiers des Français est favorable à son recours

Selon les résultats d’un récent sondage mené par l’institut Ifop pour le journal Dimanche Ouest France, plus d’un tiers des Français sont favorables à l’énergie nucléaire.

En juillet 2011, tout juste quatre mois après la catastrophe nucléaire de Fukushima, 32% des Français se montraient favorables au nucléaire. Aujourd’hui ils sont plus nombreux : 36% des sondés se déclarant favorables à son recours.

Pour la première fois depuis deux ans, il y a plus de pro-nucléaires que de personnes hésitantes sur le recours à cette source d’énergie, soit 34% de la population.

A noter également un net recul des opposants à l’atome. Leur nombre passe de 20% en juillet 2011 à 14% aujourd’hui.

41% des Français soutiennent tout de même la réduction de la production nucléaire, considérant cette énergie comme trop dangereuse.

Pourtant le nucléaire reste une source d’énergie plébiscitée par les Français. Ils sont 59% à souhaiter que la part du nucléaire dans le mix énergétique national se maintienne parce que l’atome assure, pour eux, l’indépendance énergétique du pays.

Cette proportion de Français favorables au maintien du nucléaire, même si elle est supérieure à celle de mars dernier (54%), reste tout de même inférieure de 11 points à celle de juillet 2008 (67%).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 14 Nov 2014
Après un ralentissement temporaire de l'énergie nucléaire au niveau international à la suite de la catastrophe de Fukushima au Japon en 2011, les capacités électronucléaires devraient connaître une forte croissance dans les 25 prochaines années. C'est ce qu'affirme le dernier…
mer 11 Sep 2013
Si le mix électrique de la Pologne est aujourd’hui archi-dominé par le charbon (plus de 80% de l’électricité polonaise est produite à partir de la houille qui se trouve en grande quantité dans le sol de pays), Varsovie mise sur…
sam 30 Juil 2016
Les deux industriels du nucléaire viennent de conclure un partenariat stratégique pour l'avenir de la filière nucléaire française. Ils ont signé jeudi 28 juillet un protocole d’accord pour la cession de New ANP, la branche réacteurs d'Areva, à EDF, tout en s'engageant à…
sam 30 Déc 2017
Vladimir Poutine en visite officielle au Caire, et son homologue égyptien, le président Abdel Fattah al-Sissi ont annoncé, lundi 11 décembre 2017, la signature finale d’un contrat de coopération relatif à la construction de la première centrale nucléaire égyptienne dans…

COMMENTAIRES

  • Quelle indépendance énergétique avec le nucléaire alors que tout l’uranium nécessaire est importé !

    Avec une question truquée, on obtient une réponse dans le sens attendu par l’industrie nucléaire.

    Maintenant, posez cette question :
    Préférez-vous
    1 – de l’électricité nucléaire avec de l’uranium importé
    2 – de l’électricité renouvelable (hydraulique, éolien, solaire, biomasse, géothermie, énergies de la mer)

    La réponse sera bien différente.

    Répondre
    • @Energeek
      59% pas 56%

      @Euclide
      L’indépendance énergétique de la France ne dépend pas seulement de l’uranium importé mais aussi des réserves sur notre sol tel que : “Si la production d’URT et d’uranium appauvri s’arrêtait, le stock actuel d’URT permettrait d’alimenter le parc en uranium de retraitement enrichi (URE) pendant 36 ans, aux conditions techniques actuelles. Le stock actuel d’uranium appauvri permettrait quant à lui de fabriquer du MOX pour le parc actuel pendant 2 300 ans.” selon la Cour des Comptes “Coûts de la filières électronucléaire” en 2012 p156

      Vous rajouteriez ça au sondage? 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.