Des députés s'opposent à la mise en concurrence des barrages - L'EnerGeek

Des députés s’opposent à la mise en concurrence des barrages

Selon un rapport d’étape présenté à l’Assemblée Nationale, mercredi 3 avril, l’ouverture des barrages à la concurrence pourrait nuire au mix énergétique et au pouvoir d’achat des consommateurs français, qui ont contribué aux financements de ces installations.

Le gouvernement actuel n’est pas favorable à la mise en concurrence des concessions hydrauliques. En octobre dernier, Delphine Batho, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie avait fait part de son opposition et s’était mise en quête de solutions alternatives.

L’ouverture à la concurrence, demandée par l’Europe afin d’ouvrir le marché de l’électricité, avait été annoncée par la précédente majorité. Le ministère alors présidé par Jean-Louis Borloo avait autorisé les appels d’offres pour dix barrages d’une capacité totale de 5300 mégawatts, soit 20% de la puissance hydroélectrique de la France.

L’exploitation des barrages a été confiée aux opérateurs historiques, pour des contrats de 70 ans. Et 16 concessions arrivent à échéance d’ici 2015. Plusieurs groupes européens se sont montrés intéressés par la gestion de ces barrages français, détenus à 80% par EDF et à 20% par GDF Suez.

Mais cette mise à la concurrence ne cesse d’être retardée, les politiques, y compris les plus libéraux, ne souhaitent pas se séparer de ce patrimoine national largement remboursé et qui produit une électricité bon marché.

Marie-Noëlle Battistel, député PS et Eric Straumann, député UMP, en charge du rapport, mettent en avant des difficultés relatives à la mise en concurrence des barrages. Plusieurs pays européens n’ont pas ouvert la gestion de leurs propres parcs hydrauliques à la concurrence. Le rapport avance également une possible destruction des emplois puisque les opérateurs privés réduiront les équipes.

Par ailleurs, « la mise en concurrence ferait perdre le contrôle de la production d’électricité la plus compétitive du mix national, et mettrait en cause la pérennité des industries électro-intensives sur le territoire », ajoute les députés. Les barrages permettent en effet de produire une électricité entre 20 et 40 euros par MWh, contre 85 euros pour l’éolien par exemple.

La filière hydraulique a généré 4 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2012, selon une étude de l’Institut Xerfi. Cette filière produit 10% de l’électricité française, devant l’éolien et le solaire.

Le rapport final devrait être publié en avril ou en mai.

 

 

 

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 27 Fév 2014
Au moment de la publication de ses résultats annuels, le groupe Areva a annoncé une nouvelle provision de 275 millions d’euros pour le financement du chantier de l’EPR finlandais d’Olkiluoto 3. Le réacteur de nouvelle génération va coûter plus de…
ven 20 Avr 2018
Alors que la Cour des comptes alertait une nouvelle fois, mercredi 18 avril 2018, sur les défaillances de la politique gouvernementale en faveur des énergies renouvelables, Sébastien Lecornu, Secrétaire d’Etat au ministère de la Transition écologique et solidaire, présidait au…
ven 21 Sep 2018
Et si les intérêts du monde de la finance pouvaient s’avérer compatibles avec les impératifs de développement durable ? C’est en tout cas l’idée sur laquelle repose le mécanisme des green bonds, ces emprunts obligataires qui visent à financer des projets…
dim 26 Mar 2017
Synonyme d’excellence environnementale, notre parc hydraulique contribue non seulement au dynamisme des territoires mais aussi au renforcement du réseau électrique. Pour entretenir ce patrimoine, une nouvelle génération d’ingénieurs s’engage dans les métiers de l’hydraulique. Cette technologie stratégique pour le pays…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.