Turquie : GDF-Suez candidat pour la construction d’une centrale - L'EnerGeek

Turquie : GDF-Suez candidat pour la construction d’une centrale

En association avec les groupes japonais Itochu et Mitsubishi, GDF-Suez s’est porté candidat pour la construction de la deuxième centrale nucléaire turque située à Sinop, sur le littoral de la Mer Noire.

D’un coût compris entre 20 et 25 milliards de dollars (15 à 19 milliards d’euros), la centrale de Sinop devrait bénéficier d’une capacité installée de 5000 mégawatts (MW) d’après GDF-Suez.

Récemment, c’est l’entreprise russe Rosatum qui a remporté le contrat pour la construction de la première centrale turque de Mersin Akkuyu, à proximité de la mer Méditerranée. La mise en service de cette centrale, d’une puissance de 4800 MW, est prévue pour 2019.

La Turquie envisage également de lancer un appel d’offres pour une troisième centrale nucléaire en 2014. Le consortium franco-japonais a déjà annoncé sa candidature pour ce nouveau projet en cas d’échec des négociations pour la centrale de Sinop.

Cette récente croissance des projets de centrales nucléaires en Turquie marque la volonté du pays de s’affranchir de la dépendance aux énergies fossiles.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 15 Sep 2017
Les tests en cours de réalisation sur des composants de réacteurs fabriqués à l’usine Areva du Creusot, en Saône-et-Loire, n’ont pour le moment montré aucun problème de sûreté, a déclaré le groupe EDF dans un communiqué publié jeudi 14 septembre…
lun 28 Mar 2022
Dans une lettre adressée au président de la République ce 25 mars 2022, l’ensemble des élus des Ardennes indiquent être volontaires pour accueillir "un ou plusieurs réacteurs de nouvelle génération" (EPR 2) sur le site de la centrale de Chooz,…
mar 6 Déc 2016
L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné lundi 5 décembre son accord de principe pour le redémarrage de 8 des 12 réacteurs nucléaires français encore concernés par des contrôles de sûreté. L'ASN a jugé que les anomalies présentées par les…
lun 13 Août 2018
Après l'acier et l'aluminium, l'administration Trump se penche désormais sur la filière de l'uranium américain. Alors que la part d'uranium américain n'a fait que diminuer ces trente dernières années et que les importations ont augmenté, le président américain envisage de…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.