Japon : Alstom fournira des éoliennes résistantes aux séismes - L'EnerGeek

Japon : Alstom fournira des éoliennes résistantes aux séismes

L’entreprise Alstom a signé un contrat avec Eurus Energy Holdings portant sur la fourniture de 10 éoliennes de type ECO 74. Ces éoliennes, opérationnelles à partir de février 2015, présenteront la particularité d’être résistantes aux séismes.

Les éoliennes ECO 74, équipées de mâts de 70 mètres et affichant une puissance unitaire de 1,67 MW, seront installées dans le parc éolien de Kawasu au Japon.

Le contrat inclut la fourniture des alternateurs de l’éolienne, la supervision de l’installation et la mise en service des équipements à Kawasu.

Alstom a adapté sa turbine avec des mâts sismiques pour améliorer la disponibilité des éoliennes étant donné les nombreux tremblements de terre qui surviennent au Japon. La société ajoute que « Les éoliennes ECO d’Alstom installées n’ont pas été affectées, malgré les ouragans forts qui attaquent le pays 3 à 5 fois par an. »

Le parc éolien devrait contribuer à l’objectif du Japon visant à fournir plus de 10% de la demande nationale d’électricité de 2008 sous forme d’énergie éolienne d’ici à 2050.

Le Japon a des objectifs ambitieux concernant le développement de l’éolien : d’ici 2050, l’équivalent de 10% de la quantité de l’électricité consommée dans l’archipel en 2008 devra être fourni par l’éolien.

Avec une population de 127 millions d’habitants et des ressources en énergies domestiques limitées, le Japon dépend à 80% de ressources énergétiques émanant de l’étranger. Le gouvernement a investi 300 millions d’euros dans les énergies renouvelable non hydrauliques et 665 millions supplémentaires dans une technologie ecoénergétique pour augmenter et diversifier sa production en énergie.

L’objectif du Japon est d’augmenter la capacité en éolien de plus 11 GW en 2020 et de 50 GW en 2050.

 

 

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 5 Jan 2018
Le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTgaz a officialisé, jeudi 4 janvier 2017, le raccordement de deux nouveaux sites d'injection de biométhane. Situés à Noyen-sur-Seine en Seine-et-Marne, et aux Essarts-en-Bocage en Vendée, ces deux nouvelles installations produiront dès…
lun 24 Déc 2018
Utilisée notamment dans les secteurs de l’agroalimentaire, des cosmétiques et des carburants, l’huile de palme a mauvaise presse. Avec les besoins croissants de ce type d’huile au niveau mondial, les plantations de palmiers à huile sont accusées de contribuer à…
mer 14 Mar 2018
Moins célèbre que les énergies éolienne et solaire, l’énergie hydrolienne est pourtant en train de se faire une place dans le nouveau paysage énergétique qui émerge en Occident. En France, où plusieurs projets de fermes hydroliennes sont à l’étude, la…
lun 18 Juil 2016
Selon le deuxième observatoire européen réalisé par le cabinet Sia Partners pour le think tank France Biométhane, la France ne compte actuellement que vingt sites de production de biométhane et affiche un retard conséquent sur ses voisins européens. Le gouvernement…

COMMENTAIRES

  • Bonjour,
    Y aurait-il un technicien ou ingénieur, d’EDF par exemple, qui pourrait me dire pourquoi la densité d’éoliennes, dans un champ d’éoliennes, est si faible ?
    Par exemple près de Romans (38 ), au col du Grand Bœuf, sur une colline de 2 ou 3 kms de long il n’y a qu’une poignée d’éoliennes alors qu’il y a de la place pour 2 ou 3 dizaines, en leur laissant la place pour pivoter sur elles-mêmes ? Il m’est clair que chacune d’entre elles ne priverait pas de vent sa voisine.
    Merci
    JP Blanc

    Répondre
  • Bonjour,
    Je ne suis pas technicien chez EDF, j’ai juste vu ça en cours l’année dernière.
    En fait le postulat “Il m’est clair que chacune d’entre elles ne priverait pas de vent sa voisine” est faux. Mettre une éolienne ralenti la vitesse du vent, sinon elle ne sert à rien!
    Une éolienne transforme l’énergie (cinétique) du vent en énergie mécanique puis électrique. Pour récupérer toute l’énergie disponible, il faudrait que tout l’air perde sa vitesse et le transmette à l’éolienne, mais s’il s’arrête il n’est pas évacué, donc on ne peut en fait pas récupérer toute l’énergie disponible dans la vitesse du vent…
    Le facteur d’espacement est de 3,5 x son diamètre de pale je crois. Donc on ne peut pas faire comme dans sim city, too bad! Et c’est pour ça que les éoliennes sont en général en ligne, perpendiculaire au vent dominant j’imagine, et non à la queue leu leu dans le sens du vent…
    J’espère que ma réponse est claire! Sinon j’essayerai de repasser pour des compléments 😉
    Bonne journée
    Escher

    Répondre
    • Merci,
      Que le vent soit ralenti, ce ne doit pas être très important vu le vide qu’il y a entre les pales. Le vent ne rencontre presque que du vide, et passe sans interruption en fait dans le ”trou entre les pales”, pour une proportion de 90 % au moins, vu la surface des pales et l’envergure des éoliennes que l’on peut voir au col du Grand Boeuf dans la Drôme.
      Il y a 3 pales, au grand minimum de 15 m de long chacune, par éolienne. Si une pale à une surface porteuse au vent de 10 m², avec 1 m de largeur à la base pour une pale, cela fait en gros 30 m² de surface freinant le vent.
      Pour chaque éolienne , la section du cylindre où s’engouffre le vent est de 3,14 x 15 x 15 = 700 m² en gros.
      Le vent est donc stoppé pour 30/700 = 0,043 ( pour des pales plus longues, le rendement augmenterait : pales de 30m, de surface 20m² chacune, par 3, cela fait 60 m² de vent stoppé pour une section de vent de 2800 m² = 0,021 )

      Mais cela serait le maximum de freinage du vent, car les éoliennes ne sont pas obligatoirement dans le même cylindre de vent.
      En effet ce dernier souffle probablement sur un centaine de mètres de large. Finalement c’est probablement le montant du capital investi qui limite le plus la quantité d’éoliennes sur un site.
      Si parfois sur le sommet d’une colline le vent ne passe que par des endroits précis, la réalité de ma théorie est vérifiée pour les parcs offshore : la surface équipable est énorme, mais le nbre d’éoliennes bien faible par rapport au potentiel de vent utilisable.

      Bref, peu importe ! Les mesures sur le terrains ne doivent pas prêter à discussion.
      Pour l’instant je garde mon idée. Je n’ai pas trouvé, lors de ma recherche sur le net, la surface porteuse de pales au vent. Mais même en la doublant, le vent resterait important aux abords de chaque éolienne
      Cordialement

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.