Le coût de l’éolien inférieur à celui des énergies fossiles en Australie - L'EnerGeek

Le coût de l’éolien inférieur à celui des énergies fossiles en Australie

Une étude australienne du Bloomberg Energy Finance révèle que l’énergie éolienne serait moins chère que le charbon et le gaz dans ce pays.  

La conclusion de cette étude pourrait avoir un impact significatif dans un pays qui tire la majorité de son électricité des énergies fossiles tout en étant le deuxième exportateur mondial de charbon.

Le Bloomberg Energy Finance signale que les anciennes centrales à charbon et à gaz, construites dans les années 1970-1980, sont encore compétitives puisque leur coût de construction a été largement amorti en trente ans.

Des énergies renouvelables bon marché

En revanche, pour la construction d’une nouvelle usine, l’étude montre que l’éolien est maintenant plus rentable que les énergies fossiles. Le résultat est le même si on ne prend pas en compte la pénalité de 23 dollars australiens par tonne de CO2 émise que doivent payer les usines à charbon et à gaz.

En deux ans, le coût de production de l’éolien a baissé de 10% et celui du solaire de 29%. Ainsi, sans intégrer la pénalité d’émission de CO2, l’énergie éolienne est 14% moins chère que le charbon et 18% plus rentable que le gaz.

Aujourd’hui, la production d’électricité via l’énergie éolienne coûte 80 dollars australiens (61,7€) par mégawatheure (MWh) alors que ce coût est de 143 dollars (110€) par MWh pour une nouvelle centrale à charbon et de 116 dollars (89€) par MWh pour une centrale à gaz.

La conclusion de l’étude pourrait annoncer les prémices d’une nouvelle politique énergétique de l’Etat australien.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 16 Sep 2016
Le président de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), Christian Adovelande, considère que 20 mille milliards de francs CFA seraient nécessaires pour répondre aux besoins énergétiques de la population d'Afrique de l’Ouest. En développant prioritairement les infrastructures de la…
lun 15 Déc 2014
C’est en Australie qu’une équipe de chercheurs vient d’annoncer avoir battu un nouveau record de rendement pour un panneau photovoltaïque, qui est parvenu à transformer 40% de la lumière en électricité. Ce record a été obtenu en utilisant des cellules…
ven 16 Nov 2018
La mobilité douce progresse lentement en France. Même si les voitures thermiques sont encore largement majoritaires dans le parc automobile français, les véhicules alternatifs tentent de se faire une place sur les routes de l’Hexagone. Dans plusieurs grandes métropoles comme…
mar 3 Juin 2014
Issu de la collaboration entre le constructeur/exploitant de datacenters Choreus et le groupe Gaz réseau Distribution France (GrDF), le premier datacenter européen alimenté exclusivement au gaz naturel devrait voir le jour sur le site d’Aubergenville en Ile-de-France. La technologie trigénération…

COMMENTAIRES

  • C’est dommage que l’étude ne prenne pas en compte les taux de disponibilité des différents modes de production.
    Le taux de disponibilité du parc photovoltaïque est de 15,3%.
    Le taux de disponibilité du parc hydraulique est de 87,2% (2010 en France)
    Le taux de disponibilité du parc nucléaire est de 78,5% (2010 en France)(Sources lenergeek.com)
    Le taux de disponibilité d’une centrale à charbon : estimé à 80%. (Pas trouvé de source fiable)

    Après résonnement, on s’aperçoit que la politique énergétique n’est pas près de changée, si la façon de consommer ne change pas.

    Répondre
  • Bonjour,

    Il est vrai que l’étude purement économique d’un marché technologiquement en constante évolution n’est que peu représentatif.
    Les politiques ne se risqueront pas à un changement de politique énergétique au simple vu de ces chiffres.

    La dernière phrase du sujet résume assez bien cela et l’on peut la traduire par :
    Un conditionnel pouvant laisser une possibilité de percevoir les “prémices” d’un probable changement de politique énergétique….

    L’écologie, la politique politicienne, l’évolution des mentalités et des consommations, des problématiques techniques et bien sûr l’économie sont des éléments à intégrer lorsque l’on souhaite évoquer le monde énergétique et son évolution.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.