Plan de Relance : Michelin lance Osiris pour décarboner sa production - L'EnerGeek

Plan de Relance : Michelin lance Osiris pour décarboner sa production

Plan de Relance : Michelin lance Osiris pour décarboner sa production

Michelin déploie actuellement Osiris dans son usine de Blavozy. Cette nouvelle technologie vise à réduire la consommation d’énergie lors de la fabrication des pneus. Le déploiement d’Osiris requiert de lourds investissements de la part de Michelin. Le manufacturier français a notamment profité de l’aide accordé via le Plan de Relance. Ce dernier doit valoriser les projets en faveur de la décarbonation de l’industrie française.

Osiris par Michelin

Depuis mi-avril, Michelin a commencé à installer sa seconde machine Osiris. Osiris, c’est le nom que le manufacturier auvergnat a choisi pour baptiser sa nouvelle technologie de réduction de la consommation d’énergie. Cette innovation interne date en fait déjà de quelques années. En 2019, une première machine a été déployée sur le site de Blavozy, pour en tester le potentiel.

L’activité industrielle de Michelin requiert, sans surprise, beaucoup d’énergie. L’entreprise a notamment identifié les points les plus énergivores sur ses chaines de fabrication de pneus. Sur les cinq étapes de fabrication d’un pneu, la confection de la finition sont celles qui exigent la plus forte consommation d’énergie. Jusqu’à présent, Michelin utilisait encore des chaudières à gaz pour produire la vapeur qui chauffe la gomme. Mais tout cela va changer.

La machine Osiris a été pensée pour offrir un procédé alternatif de fabrication, moins gourmand en énergie. Michelin estime que sa consommation énergétique sera réduite de 57% par an. Elle doit aider l’entreprise à faire des économies sur ses dépenses énergétiques. Elle doit aussi entraîner une réduction de son empreinte carbone. Michelin annonce que le procédé Osiris réduira de 8% les émissions de CO2 de la fabrication des pneus. L’entreprise estime ainsi une baisse de 430 tonnes d’émissions de CO2 par an.

Le Plan de Relance soutient Osiris

Avec la machine Osiris actuellement en installation, le site de Blavizy comptera donc deux machines d’ici la fin de l’année. Michelin prévoit déjà d’en installer quatre autres d’ici à 2023. Au global, l’entreprise tricolore va investir 31,6 millions d’euros pour décarboner l’activité de son site de production. Pour l’accompagner dans ce projet d’efficacité énergétique, Michelin va bénéficier d’une aide 1,75 million d’euros accordé par l’état via le Plan de Relance.

En effet, Osiris fait partie des 16 lauréats de la première édition de l’appel à projet du Plan de Relance. Cet appel à projet, finalisé en décembre 2020, était destiné aux initiatives de décarbonation de l’industrie. Au total, l’état prévoit un budget de 1,2 milliard d’euros pour soutenir l’industrie dans ses projets de décarbonation.

Michelin compte plusieurs sites de production dans le monde. Mais pour l’instant le manufacturier n’a pas encore annoncé la généralisation du procédé Osiris sur tous ses sites. On sait seulement que des machines Osiris seront déployées sur le site espagnol de Michelin, à Vittoria.

Michelin : plan Zéro émission 2050

La décarbonation de l’industrie n’est pas un sujet nouveau pour Michelin. Mais les choses ont clairement accéléré depuis un an. En 2020, l’entreprise a présenté son plan Zéro émission 2050. Le groupe français compte en effet atteindre la neutralité carbone à cette échéance. En en 2020, il a fait valider ses objectifs de réduction d’émissions de CO2 par le consortium Science Based Targets Initiative.

Dans le détail, Michelin doit réduire ses émissions carbone de 38% d’ici 2030. Cet engagement concerne les émissions de scope 1 (les émissions directes de l’entreprise) et de scope 2 (les émissions associées à la consommation d’électricité et de chaleur). Pour le scope 3 (les émissions indirectes cumulées), Michelin s’est engagé en faveur d’une baisse de 15% pour 2030.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 9 Mar 2021
Fermée fin 2019, l'usine Michelin de la Roche-sur-Yon va devenir un pôle de recherche sur les énergies durables, comme l'on annoncé ce lundi 8 mars 2021 un groupe de collectivités locales et le groupe Michelin. La première réalisation de ce…
mar 21 Mai 2019
La mobilité électrique est une piste à suivre pour la transition énergétique. Du 19 au 22 mai 2019, à Lyon, un salon est justement dédié à la mobilité électrique. À cette occasion, EDF accélère son plan mobilité électrique. Le 20…
lun 7 Août 2017
Coupable selon le groupe Allemand Siemens d’avoir détourner quatre turbines de production électrique vers la Crimée, la Russie s’est vue imposer vendredi 4 août 2017, de nouvelles sanctions de la part de la Commission européenne. Trois personnes, dont le vice-ministre…
mar 30 Juin 2015
Le premier des neuf réacteurs nucléaires encore en activité en Allemagne a été arrêté ce samedi 25 juin, marquant ainsi le début de la dernière phase de retrait engagée en 2011 par le gouvernement d'Angela Merkel. Ce plan prévoit l'abandon…

COMMENTAIRES

  • Mobilité urbaine avec Urbanloop à Nancy + Grand Est et pour toute ville de taille notamment moyenne

    Sans attente, sans correspondance, fluidité, 60 km/h, capacités 3600 personnes transportées/heure : supérieure à la plupart des autres modes de transport, coût énergétique 4 centimes d’euros/trajet, moins de place occupée que les bus et voitures, coûts minimaux, sécurité etc

    http://urbanloop.univ-lorraine.fr/

    .

    Répondre
  • L’étiquetage des pneumatiques est amélioré en Union européenne depuis le 1er mai et indique la consommation d’énergie, la sécurité selon les types de pneu, le bruit etc

    Tout vendeur doit désormais joindre obligatoirement ces informations aux devis, sur site etc.

    Il est en effet important de ne pas juste prendre en compte le prix des pneus mais leur coût en consommation énergétique à l’usage (et la sécurité apportée). Autrement dit un pneu plus cher peut parfois s’avérer beaucoup plus économique et sûr à l’usage, bien qu’il ne soit aucunement obligé qu’il soit cher pour çà !

    https://www.caradisiac.com/etiquetage-des-pneumatiques-qu-est-ce-qui-change-au-1er-mai-189729.htm

    .

    Répondre
  • Vhélio a lancé ce mois de mai une campagne de financement participatif pour déployer les trikes électro-solaires (2 + 2 places, 2 adultes + 2 enfants + 250 kg de charge + remorque en option) en France sur le mode d’association sans but lucratif.

    Toute personne pourra acquérir ce véhicule à consommation d’énergie dérisoire conçu pour être accessible à (presque) tous (physiquement : il est facile de s’y installer et économiquement: il peut être acquis en kit à monter soi-même sur plan en open-source ou vendu par un réseau couvrant tout le territoire à terme)

    La consommation de ce style de véhicule est de l’ordre de 10 à 15 Wh par km et le solaire apporte jusqu’à environ 80 km/jour supplémentaires d’autonomie l’été et plus. L’autonomie globale dépend des batteries mais on peut l’estimer à environ 150 km en base qui peut être aisément augmentée.

    Il a été amplement testé plus d’un an sur plusieurs centaines de km et sous divers climats et a démontré notamment sa robustesse

    C’est le type de véhicule vendus au plus bas prix possible via le mode sans but lucratif qui manque encore également dans les pays émergents et permet aussi l’apport d’énergie locale pour divers usages

    https://vhelio.org/vhelioriginal/

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.