Ouverture des Assises Européennes de la Transition Energétique 2020

Ouverture des Assises Européennes de la Transition Energétique 2020

ouverture assises europeennes transition energetique 2020 - L'Energeek

Ce mardi 28 janvier s’ouvre pour trois jours l’édition 2020 des Assises Européennes de la Transition Energétique, à Bordeaux. Autour du fil rouge « Ensemble, cultivons le pouvoir d’agir », les 3 500 participants attendus vont pouvoir échanger sur les modalités pratiques, techniques et réglementaires de répondre à l’urgence climatique par une mutation du secteur de l’énergie.

Des Assises de la Transition Energétique 2020 placées sous le signe de l’urgence climatique

Le rendez-vous est devenu incontournable pour les collectivités, les acteurs du monde politique, économique et industriel. La 21ème édition des Assises Européennes de la Transition Energétique a démarré ce 28 janvier 2020 au matin, au Palais des Congrès de Bordeaux, par une conférence d’ouverture présentée par Arnaud Leroy, président de l’ADEME, coordinateur de l’événement, et par les présidents des métropoles de Genève, Dunkerque et Bordeaux (les trois villes accueillent les Assises en alternance).

Symboliquement, pour ancrer la manifestation dans la réalité sociale de 2020, la première conférence plénière, qui s’est ouverte à 9h30 et a pour vocation de mettre en perspective l’ensemble des débats, prend la forme d’un débat avec quatre « figures de proue du mouvement des jeunes pour le climat ».

La suite des Assises prendra une forme plus classique, articulée autour de plénières et de grands ateliers dans les amphithéâtres du Palais des Congrès, et de rencontres / discussions en plus petit comités dans des salles. Plusieurs visites de sites emblématiques sont également programmées. En tout, une centaine de rendez-vous sont au programme, pour explorer les solutions de transition énergétique développées dans des territoires par des collectivités et leurs partenaires.

La région Bretagne arrive à Bordeaux en autocars au biogaz

Articulation des objectifs de la COP 21 à moyenne et petite échelle, développement des énergies renouvelables au niveau local, essor de l’hydrogène dans les territoires, solutions techniques et financières pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments, planification énergétique à l’heure de la neutralité carbone, mise en place de réseaux de chaleur renouvelable, mutation vers la mobilité propre, solutions pour verdir le premier et le dernier kilomètre dans une optique d’intermodalité… Autant de thématiques d’importance (la liste est loin d’être exhaustive) qui seront abordées durant ces trois jours de débat.

Symboliquement, la délégation de Bretagne, une région à la pointe de la transition énergétique en France (notamment via SMILE, qui industrialise les solutions smart grid en Bretagne et Pays-de-la-Loire), s’est rendue à Bordeaux dans des autocars fonctionnant au gaz naturel renouvelable produit localement. Histoire de mettre en pratique les solutions proposées par ces Assises !

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 30 Déc 2013
Un événement rarissime s’est déroulé à la Réunion dimanche. Pour la première fois depuis 16 ans, une coupure d’électricité généralisée a frappé l’île, après un violent orage intervenu en début d’après-midi. La foudre a endommagé trois lignes à haute tension…
mar 9 Août 2016
La troisième édition du rapport "International Energy Efficiency Scorecard" publiée le mercredi 20 juillet dernier par l'ONG américaine ACEEE (l'American council for an Energy-Efficent Economy), fait une nouvelle fois état des efforts réalisés par les pays les plus énergivores en…
mer 7 Fév 2018
Ce mercredi 7 février 2018, la Cour de comptes publiait son rapport annuel 2018, destiné à mettre en lumière des exemples de mauvaise gestion de l’argent public. Parmi eux, les compteurs communicants Linky, actuellement déployés dans l’Hexagone par Enedis (ex ERDF).…
ven 6 Jan 2017
Le 4 janvier dernier, Tesla a annoncé avoir commencé la production en série des éléments de batteries lithium-ion dans sa "Gigafactory" du Nevada aux Etats-Unis, en collaboration avec le japonais Panasonic. Une étape déterminante pour le groupe d'Elon Musk dans…

COMMENTAIRES

  • Des chercheurs de l’UC Davis ont mis au point une cellule photovoltaïque qui fonctionne la nuit

    Une cellule thermoradiative génère un courant électrique lorsqu’elle rayonne de la lumière infrarouge (chaleur) vers le froid extrême de l’espace profond. De telles cellules pourraient générer une quantité importante d’énergie et contribuer à équilibrer le réseau électrique sur le cycle jour-nuit. Une cellule photovoltaïque spécialement conçue pourrait générer jusqu’à 50 watts de puissance par mètre carré dans des conditions idéales la nuit.

    Le processus est similaire au fonctionnement d’une cellule solaire normale, mais renversé. Un objet qui est chaud par rapport à son environnement rayonnera de la chaleur sous forme de lumière infrarouge. Une cellule solaire classique est froide par rapport au soleil, elle absorbe donc la lumière.

    L’espace est vraiment froid, donc si vous avez un objet chaud et que vous le pointez vers le ciel, il rayonne de la chaleur vers lui. Les gens utilisent ce phénomène pour le refroidissement nocturne depuis des centaines d’années

    Il existe un contraste frappant entre les températures glaciales de l’espace et l’atmosphère relativement douce de la Terre, et ce contraste peut permettre de produire de l’électricité en utilisant la même physique optoélectronique que celle utilisée dans les panneaux solaires.

    La différence évidente avec l’énergie solaire est qu’elle fonctionne pendant la nuit, une source potentielle d’énergie renouvelable qui pourrait continuer à fonctionner 24 heures sur 24, quelles que soient les conditions météorologiques.

    L’appareil fonctionnerait également pendant la journée, si vous preniez des mesures pour bloquer la lumière directe du soleil ou pour l’orienter à l’écart du soleil. Comme ce nouveau type de cellule solaire pourrait potentiellement fonctionner 24 heures sur 24, il s’agit d’une option intéressante pour équilibrer le réseau électrique sur le cycle jour-nuit.

    Les “routes solaires” de Ségolène Royale entre autres pourraient avoir plus d’intérêt compte tenu de cette infrastructure infrarouge importante dormante à proximité des habitants la nuit et le secteur routier pourrait y trouver un intérêt financier si cette manière de capter cette énergie perdue s’avérait moins coûteuse (voire plus simple ?) que les parkings/routes thermiques dont la chaleur (ou froid) produite est déjà moitié moins chère que l’énergie conventionnelle (comme à Turku en Finlande par exemple)

    https://debuglies.com/2020/01/30/researchers-have-developed-a-photovoltaic-cell-that-works-at-night/

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.