L’énergie nucléaire, un symbole pour la transition énergétique ?

L’énergie nucléaire, un symbole pour la transition énergétique ?

Le débat sur le nucléaire n’est jamais clôt, même si c’est ce soir que se termine le débat public sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR).  Hier, le 24 septembre 2019, le World Nuclear Industry Status Report signalait que l’atome était en perte de vitesse. Symbole de l’industrie française, la centrale de Fessenheim arrêtera d’ailleurs définitivement de produire de l’électricité dans quelques mois. Pour le député Raphaël Schellenberger, cette fermeture mériterait la création d’une commission de suivi parlementaire. Explications…

Le nucléaire progresse lentement mais sûrement

D’après le World Nuclear Industry Status Report (WNISR), “depuis vingt ans, les énergies renouvelables se développent 25 fois plus vite que le nucléaire“. Pour le délai de construction d’un réacteur nucléaire, la moyenne est estimée à une dizaine d’années. Qui plus est, d’après les estimations de Mycle Schneider, le coût de production des installations nucléaires varie de 112 à 189 dollars par mégawattheure, alors que les énergies éolienne et solaire se situeraient dans une fourchette de 29 à 56 dollars et 36 à 44 dollars.

Des chiffres qui continuent d’alimenter le débat, au moment où se termine pourtant le débat public sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs. Une réunion de restitution est prévue à la Commission nationale de débat public, le 25 septembre 2019, à 19h00. Car si le nucléaire progresse moins vite que les énergies renouvelables, la filière planifie son développement pour fonctionner au maximum en “circuit fermé“.

Le démantèlement, une chance pour la France ?

Malgré ces efforts, la transition énergétique française prévoit de réduire la part du nucléaire dans le mix électrique. La centrale de Fessenheim sera la première victime de cet arbitrage. Le 24 septembre 2019, le député de la circonscription, Raphaël Schellenberger, proposait aux côtés d’Eric Straumann la création d’une commission de suivi parlementaire. Avec cette expérience à venir, la France peut effectivement conforter son expertise dans le démantèlement nucléaire, un marché mondial estimé à 220 milliards d’euros.

Lors de la World Nuclear Exhibition 2018, les acteurs de la filière évoquaient déjà la nécessité “d’adapter le cadre contractuel” pour cette étape du cycle de vie du nucléaire. Une commission dédiée à Fessenheim permettrait de se pencher précisément sur l’évolution du dispositif de compensation fiscale, mais aussi sur l’évolution du réseau électrique européen dans cette région transfrontalière, ou encore sur le projet de reconversion du territoire. Autant de sujets qui intéresseront la secrétaire d’Etat, Emmanuelle Wargon, qui présidera le quatrième comité de pilotage pour l’avenir du territoire de Fessenheim jeudi 26 septembre 2019.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 20 Août 2019
Le 8 août 2019, une explosion survenue en Russie a relancé la question du manque de sûreté du nucléaire russe. Entre recherches secrètes et collaboration internationale, le secteur du nucléaire russe soulève encore quelques interrogations. Lors de la visite de…
mar 22 Août 2017
Quelques jours seulement après avoir clôturé l’offre publique de retrait qui a lui a permis de récupérer plus de 98% des actions du groupe nucléaire, le gouvernement a autorisé via un nouvel arrêté publié au Journal Officiel dimanche 20 août…
lun 6 Jan 2014
Selon un communiqué de Taner Yildiz, Ministre de l'Energie et des Ressources naturelles, le Parlement turc évaluera par le biais d'un vote, en juin prochain, le projet de construction de la centrale nucléaire de Sinop, qui sera érigée sur les…
mar 21 Mai 2013
Si l’accident de Fukushima en mars 2011 a relancé le débat sur la sécurité de la filière nucléaire, celle-ci ne semble pas être réellement affaiblie. De nombreux réacteurs sont actuellement en construction et d’autres en projet. Selon les chiffres de…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.