Droit dans le mur : Greenpeace veut réorienter l’automobile

Droit dans le mur : Greenpeace veut réorienter l’automobile

Alors que la commission européenne fixe pour objectif un seuil maximal de 95 grammes par km pour 95 % de voitures vendues l’an prochain, le parc automobile français ne brille pas par ses performances environnementales. Dans une étude publiée le 10 septembre 2019, l’ONG Greenpeace tente de freiner la catastrophe climatique, en proposant de brider les grosses cylindrées qui sillonnent dans nos rues…

Quelle est l’empreinte carbone du secteur automobile ?

Le rapport réalisé par Benjamin Stephan, Insung Lee et Jiseok Kim est intitulé, Droit dans le mur. Selon ce document, alors que « l’empreinte carbone de l’industrie automobile en 2018 est estimée à 4,8 gigatonnes d’équivalent CO2 », les constructeurs « font du lobbying contre les réglementations efficaces en faveur du climat ». Pour comparer, d’après le résumé du rapport du haut comité pour le climat, en France, le secteur des transports représente 31% des émissions de gaz à effet de serre.

Vendredi 27 septembre 2019, France Stratégie organise justement une webconférence sur le sujet. À cette occasion, Nicolas Meilhan rappellera comme Greenpeace que « depuis 20 ans, les émissions de CO2 des voitures neuves en conditions de conduite réelle n’ont quasiment pas baissé ». Et pourtant il y a effectivement urgence ; c’est pourquoi, Greenpeace estime entre autres que « les voitures hybrides et hybrides rechargeables ne constituent pas des solutions pérennes ». 

Les consomm’acteurs impactent peu la mobilité individuelle 

Un sondage réalisé par l’Union Européenne en avril 2019 stipule que 93% des Européens ont déjà adopté au moins une action en faveur de la transition écologique. Toutefois, selon l’enquête réalisée auprès de 27 655 personnes, seulement 12% des Européens répondent par l’affirmative lorsqu’on leur demande si au moment de l’achat d’un nouveau véhicule, « sa faible consommation en carburant est un facteur important ». En France, sur les 1 029 personnes interrogées, on comptait 17% de réponses positives.

De son côté, Greenpeace souligne que « les ventes de véhicules tout-terrains de loisir (SUV) ont été multipliées par plus de quatre au cours des 10 dernières années, passant de 8 % en 2008 à 32 % en 2018 en Europe ». Un constat d’autant plus préoccupant qu’à l’instar des auteurs de l’étude, la militante spécialisée sur la question de la pollution des transports, Sarah Fayolle, considère que la loi d’orientation des mobilités n‘est pas suffisamment ambitieuse pour permettre à la France d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 26 Juil 2016
Installé depuis 2012 à Vendeuvre-sur-Barse dans l'Aube, le projet expérimental Venteea teste des outils de stockage de l'énergie éolienne uniques en France. Enedis (ex-ERDF), porteur du projet, a présenté au mois de juin dernier, à Troyes, les résultats de ces…
mar 28 Fév 2017
Engagé dans un processus de numérisation et de digitalisation de son parc de production censé en améliorer les performances, le groupe Engie a annoncé cette semaine la signature avec Schneider Electric d'un nouveau protocole d'accord concernant la gestion des données…
jeu 26 Oct 2017
Alors que l'Europe ne dispose à l'heure actuelle que de peu d’acteurs dans la production de batteries pour voitures électriques, la Suède devrait bientôt accueillir la plus grande usine de batteries lithium-ion du Vieux continent, profitant ainsi d'un marché en…
jeu 1 Déc 2016
Avec 35 millions de compteurs installés en France à l'horizon 2021, le projet "Linky" est présenté par ses promoteurs comme une étape clé de la transition énergétique. Pour ses opposants, en revanche, il est perçu comme un moyen d'attenter à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.