Et si la neige devenait l’énergie propre de demain ?

Et si la neige devenait l’énergie propre de demain ?

neige-electricite

Les chercheurs rivalisent d’ingéniosité pour tirer la transition énergétique toujours plus haut. Les solutions techniques plus performantes se multiplient à l’image de panneaux solaires et d’éoliennes capables de générer plus d’énergie. Certains chercheurs n’hésitent pas à défier l’imagination à l’image de Maher El-Kady et Richard Kaner (université américaine UCLA) puisqu’ils entendent faire de la neige, une énergie propre au potentiel illimité. Un projet qui paraît complètement fou, mais aux développements prometteurs. La planète sauvée des eaux par la neige ?

L’heureuse rencontre de la neige et de la silicone

C’est à Los Angles, ville bien connue de Californie baignée par le soleil 365 jours par an que deux chercheurs de l’université UCLA ont mis au point un procédé révolutionnaire permettant de produire de l’électricité grâce à des flocons de neige. Une nouvelle parue sur le site Nexus Media et qui intéresse la communauté scientifique, mais au-delà également. La neige seule ne peut pas produire de l’électricité. C’est l’entrée en contact avec un autre élément qui lui permet de créer de l’énergie. Cet élément n’est autre que la silicone.

Concrètement, un flocon de neige est porteur d’une charge électrique positive. En le mettant en contact avec de la silicone – un matériau caoutchouteux qui comprend une charge électrique négative – la rencontre de ces charges opposées produit de l’énergie. Le principe est simple, mais c’est la maîtrise de ce procédé à grande échelle sur laquelle vont devoir se pencher les deux scientifiques américains. L’appareil conçu par Maher El-Kady et Richard Kaner qui permet une telle opération est amené à évoluer grandement selon El-Kady : « De grandes améliorations sont normales dans ce domaine de recherche. Il y a possibilité de développement et d’autres améliorations en revoyant la structure et le mode de fonctionnement de l’appareil ».

Un potentiel quasi-illimité si la technologie suit

De l’expérience concluante à l’industrialisation d’un modèle, il y a plus d’un grand pas à franchir, mais la recherche risque fort de s’engouffrer dans la brèche. En effet, chaque année, la neige recouvre un tiers de la masse terrestre, ce qui en fait potentiellement une énergie quasi illimitée. Bien entendu, certains pays sont mieux lotis que d’autres à l’image des Etats-Unis, du Canada ou encore de la Russie. « Nous avons une grande source d’énergie prête à être collectée » affirme avec un enthousiasme certain Maher El-Kady.

Le potentiel de la neige comme source d’énergie est d’autant plus grand qu’il pourrait être boosté par les panneaux solaires. En implantant un dispositif sur ces panneaux, les épisodes neigeux pourraient produire de l’électricité au lieu de faire chuter la production. L’intermittence des énergies renouvelables est-elle en passe de devenir un problème du passé dans certaines régions du monde ? C’est tout ce qu’on peut souhaiter pour faire entrer la transition énergétique à un niveau encore jamais atteint.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 14 Jan 2015
Selon le 12ème Observatoire Énergie Solaire Photovoltaïque, publiée lundi 12 janvier par le groupe de réflexion France Territoire Solaire, le secteur français de l'énergie solaire a poursuivi sa reprise en 2014. Toutefois, les bons résultats signés l'année dernière ne rassurent…
jeu 8 Déc 2016
Chaleur, électricité, biocarburant... de nombreux Etats européens se tournent vers les bioénergies pour atteindre les objectifs fixés par l'Union européenne en matière de production et de consommation d'énergies renouvelables. Cet engouement ne doit cependant pas obérer une réalité préoccupante: le phénomène de déforestation actuellement en cours…
lun 5 Nov 2018
Signataire de la COP 21 en décembre 2015, la Côte-d’Ivoire s’est engagée à diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 28 % d’ici à 2030. Un vrai défi pour un pays qui se mobilise également autour d’un…
jeu 24 Sep 2015
Dans un entretien accordé au quotidien économique Les Echos ce mardi 22 septembre, le président d'EDF, Jean-Bernard Lévy, est revenu sur les ambitions du groupe dans le cadre de son nouveau plan stratégique de développement, CAP 2030. Un programme qui…

COMMENTAIRES

  • IPHROCES (Integrated Pumped Hydro Reverse Osmosis Clean Energy System) : Production couplée d’énergie, de stockage et d’eau douce

    Les Suisses ont été les pionniers de la technologie du pompage-turbinage à la fin des années 1800. Mais ce n’est qu’au cours des années 1960 et 1970, lorsque des douzaines de centrales ont été construites aux États-Unis pour stocker l’énergie excédentaire des réacteurs nucléaires et d’autres grandes centrales, qu’elle a pris son envol. Il y en a sept rien qu’en Californie.

    Un regain d’intérêt est en train de se manifester. La Federal Energy Regulatory Commission a délivré 34 permis préliminaires à des sociétés et à des organismes gouvernementaux qui explorent des projets à New York, en Pennsylvanie, au Wyoming et ailleurs. Seize autres demandes sont en instance. Neuf sont proposés en Californie.

    Toutefois çà pose parfois des problèmes d’eau comme de sites selon les régions.

    Afin de répondre à ces problèmes, Oceanus Power & Water considérant que la majorité des populations dans le monde vivent en bordure d’océans, qui sont aussi d’importants fournisseurs d’énergie éolienne, solaire et à terme marine, développe des systèmes de stockage en bordure des mers et océans.

    Leur principe est de pomper directement l’eau de mer jusqu’à un réservoir. L’eau redescend ensuite vers l’océan ou la mer. Le cas échéant une partie de l’eau est détournée vers un système de dessalinisation. Le reste sert à alimenter les turbines pour des puissances de plus de 1 GW et de durée de vie de plus d’1 siècle.

    (s’ils peuvent filtrer aussi le plastique des océans par la même occasion ce ne serait pas plus mal !…)

    Ils étudient déjà 2 sites en Californie.

    “Partout où il y a une importante population côtière dans une région semi-aride du monde, notre solution peut fonctionner “, souligne Neal Aronson, directeur général d’Oceanus.

    https://www.oceanus.pw/

    .

    Répondre
  • Remplacer les centrales thermiques dont charbon par du stockage thermique et électrique avec un bien meilleur bilan :

    La technologie MGA (Miscibility Gap Alloy – alliages miscibles à dissipation) pour l’électricité et le stockage de la chaleur :

    Le stockage de l’énergie sous forme de chaleur est plus de 10 fois moins cher que les batteries et aussi plus efficace que le stockage de l’électricité. Cela s’explique par le fait que les systèmes de stockage thermique sont généralement moins coûteux, ont des pertes très minimes avec le temps et des rendements thermiques très élevés. L’énergie thermique peut ensuite être convertie en électricité au moyen d’un cycle de production d’électricité standard, comme ceux utilisés dans les centrales électriques traditionnelles au charbon ou au gaz.

    La technologie MGA est la solution. Ils représentent une nouvelle famille de matériaux exploités à l’Université de Newcastle (Australie). Ces matériaux sont constitués de grains à l’échelle millimétrique de PCM (matériaux à changement de phase) qui emmagasinent l’énergie lors de la fusion, emprisonnés dans une matrice solide en vrac de matériau à conductivité thermique élevée.

    La matrice reste toujours solide, ce qui permet de stocker de l’énergie avec les avantages d’un PCM, sans la difficulté associée de manipuler des blocs de stockage de type ” chaudière solaire” à matériau fondu avec peu d’infrastructure de transfert thermique.

    En même temps, sa conductivité thermique élevée disperse rapidement l’énergie vers le PCM.

    Les MGA ont des caractéristiques de charge/décharge rapides, des densités énergétiques très élevées et peuvent fonctionner sur une très large gamme de températures. Ils sont sûrs, compacts, modulaires, ont une très longue durée de vie et sont hautement recyclables.

    Les alliages comprennent 2 composants, l’un qui fondra lorsque l’énergie est appliquée et stockera l’énergie, tandis que l’autre reste solide et contient la première phase. La structure qui en résulte présente la grande capacité de stockage d’énergie et celui à température constante d’un système à changement de phase tout en se comportant macroscopiquement comme un bloc modulaire solide et continu.

    Cela signifie qu’il n’y a pas de problèmes de confinement normalement rencontrés lors de l’entreposage de matériaux en fusion à haute température. Comme la société MGA Thermal, qui cherche des partenaires au plan international pour commercialiser le systèmes à partir de 2020, n’utilise que des matériaux qui présentent une lacune de miscibilité, en microstructure inverse brevetée, la technologie est sûre, économique et facile à utiliser.

    Les batteries thermiques MGA ont le potentiel de révolutionner le stockage thermique pour la production d’électricité ou les industries énergivores, en fournissant un moyen rentable de stockage d’énergie stable à long terme.

    La vision de la société MGA Thermal est de développer des produits de stockage d’énergie thermique pour permettre la production d’électricité à haut rendement à partir d’énergie solaire stockée, et améliorer les technologies futures.

    La technologie des alliages miscibles est également très prometteuse dans le domaine de la récupération et du stockage de la chaleur perdue, non seulement la chaleur solaire, mais aussi toute chaleur produite par un procédé industriel ou autre. Cette chaleur pourrait être utilisée pour produire de l’électricité, pour alimenter d’autres procédés industriels nécessitant de la chaleur ou simplement pour chauffer des bâtiments.

    Les MGA sont capables de stocker une énorme quantité d’énergie sous forme de chaleur. Les blocs de MGA sont incorporés dans des réservoirs de stockage modulaires, qui peuvent fournir de l’énergie pour une gamme d’applications telles que l’amélioration de la stabilité du réseau électrique, le chauffage des locaux résidentiels et commerciaux, la chaleur industrielle et résiduelle, et même les véhicules électriques. Cependant, l’objectif principal de MGA Thermal est de permettre aux sources d’énergie renouvelables intermittentes, telles que le soleil et le vent, de fournir de l’électricité de base au réseau.

    https://www.youtube.com/watch?v=9TVnEtp7tdI

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.