Place au soleil : la SNCF va investir dans l'énergie solaire

Place au soleil : la SNCF va investir dans l’énergie solaire

Réduction de l’empreinte carbone et autonomie énergétique sont actuellement au cœur de la nouvelle stratégie de la SNCF, qui investit de plus en plus dans l’énergie solaire. Pour l’entreprise du rail, l’heure est à la modernisation de ses infrastructures ; l’occasion de développer des solutions intelligentes, capables d’être déployées sur les bâtiments existants afin de valoriser le parc immobilier du groupe. Et pour réaliser cette mutation énergétique, l’entreprise doit jongler entre micro-projets et grands chantiers.

La 1e gare éco-durable de France a ouvert à Pont-l’Evêque

160 ans après son inauguration, la gare SNCF de Pont-l’Evêque, dans le département du Calvados, vient de trouver une seconde jeunesse grâce une rénovation énergétique audacieuse. En juin dernier, la gare a officiellement rouvert après plusieurs mois de travaux pour devenir la première gare éco-durable de France. Un projet imaginé dès 1995 et qui correspond au futur modèle de gare que la SNCF souhaite développer sur ses lignes. Sa particularité ? Elle a été spécialement conçue pour produire l’électricité dont elle a besoin pour fonctionner.

La gare a été fermée au public en octobre 2017 pour que le nouveau bâtiment soit construit. La toiture a été aménagée pour accueillir des panneaux photovoltaïques chargés de produire l’électricité. Ils sont entourés par une toiture végétalisée pour mieux intégrer l’installation solaire dans l’environnement de la gare. Un effort a également été fait pour améliorer l’isolation du bâtiment et limiter la déperdition énergétique. Au total, l’aménagement de la nouvelle gare a représenté un investissement de 910 000 euros, dont la moitié a été financée par la Région, et le reste par SNCF Gares & Connexions. Si ce projet de réaménagement permet de faire entrer l’une des plus vieilles gares de France dans une nouvelle ère énergétique grâce au label HQE (Haute Qualité Environnementale), il est aussi symbolique de la nouvelle stratégie d’autonomie énergétique que la SNCF souhaite mettre en place sur son réseau.

La SNCF : 1e consommateur d’énergie en France

Si Pont-l’Evêque est désormais la première gare éco-durable de France, elle n’est pourtant que la première étape vers une refondation drastique de la stratégie énergétique de la SNCF. L’entreprise a mis en chantier le projet Argos qui vise à moderniser l’ensemble de ses infrastructures, pour les voies ferrées mais aussi pour ses différents bâtiments (gares, bâtiments industriels, postes d’aiguillage, bureaux…) afin de les mettre en conformité avec les orientations fixées dans la loi relative à la transition énergétique.

Outre un enjeu environnemental, ce projet de modernisation doit également aider la SNCF à atteindre l’un de ses principaux objectifs d’ici 2023 : réduire de 15% les coûts d’installation et d’exploitation de ses différentes infrastructures. L’un des axes choisis est donc d’investir dans les énergies renouvelables afin d’économiser sur la facture d’électricité du réseau : d’ici 2025, la consommation d’énergie de la SNCF doit diminuer de 20%. Une économie qui n’a rien d’anecdotique : la SNCF est en effet le premier consommateur d’énergie à usage industriel en France avec plus de 1 milliard d’euros de facture chaque année. Pour cela, l’entreprise compte généraliser le déploiement de panneaux solaires sur ses bâtiments, déployer des solutions de gestion digitale de la consommation électrique, mais aussi développer son système de récupération de l’énergie de freinage des trains pour alimenter ses gares.

Prochaine étape : 3 200 m2 de panneaux solaires sur le toit de la Gare du Nord

Parmi les chantiers de rénovation énergétique prévus par la SNCF, le plus important est sans aucun doute la rénovation de la Gare du Nord. Le 9 juillet dernier, la SNCF a officiellement annoncé avoir entamé les négociations avec le groupe Ceetrus pour le futur chantier de la Gare du Nord. En prévision de l’augmentation du trafic de la gare, et en prenant en compte les Jeux Olympiques que Paris doit accueillir en 2024, la Gare du nord va voir sa superficie augmenter drastiquement, passant de 36 000 m2 à 110 000 m2.

Pour faire face aux futurs besoins énergétiques du bâtiment, la branche de la SNCF en charge des gares et des connexions a décidé d’intégrer une dimension énergétique au projet d’agrandissement. Le but : investir dans les énergies renouvelables pour limiter l’achat d’électricité. Le projet prévoit ainsi d’utiliser la grande superficie de la future toiture pour la doter d’une ferme solaire composée de 3 200 m2 de panneaux photovoltaïques. Les travaux doivent commencer en juillet 2019 pour une inauguration courant 2023.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 10 Avr 2014
A l’instar du gouvernement allemand qui vient d’annoncer son intention de réduire les subventions accordées aux énergies renouvelables en Allemagne, la Commission européenne suspend le régime dérogatoire dont bénéficient les énergies vertes en Europe. Bruxelles chercher à ouvrir ce secteur…
mar 10 Juin 2014
L'électricien français EDF a officialisé mercredi 4 juin la commande de deux turbines hydroliennes auprès du groupe français DCNS. C'est via sa filiale OpenHydro que ce constructeur naval, également spécialisé dans le secteur de l'énergie, fournira ces deux turbines à…
lun 18 Avr 2016
La chercheuse de l’Ifri Carole Mathieu vient de publier une note intitulée L’industrie électrique américaine au défi de la transition bas-carbone. Pour préparer son avenir énergétique, la première puissance économique mondiale doit selon elle faire évoluer le rôle « des entreprises historiquement…
mer 28 Fév 2018
Après avoir inauguré le plus grand parc éolien offshore du monde en mer du Nord en mai 2017, les Pays-Bas se lancent dans un nouveau chantier énergétique de grande ampleur. Le pays souhaite encore développer le potentiel des énergies renouvelables…

COMMENTAIRES

  • Et Bolloré (France) vient de signer un important accord avec Hanergy Solar (Chine) pour développer “en masse” des véhicules électro-solaires via leur filiale commune.

    Ces sont les véhicules énergétiquement les plus efficients qui soient puisque pour des autonomies constatées et homologuées (FIA etc) de jour de plus de 800 km (plus de 400 km la nuit) on utilise seulement environ 60 kg de batteries (donc bien mieux que Tesla qui en utilise autour de 500 kg pour environ 500 km d’autonomie)

    On arrive en pratique à être à “énergie solaire positive” jusqu’à 70 km/h pour une 4/5 places et environ 6 m2 de solaire. Cà suppose un poids à vide inférieur à 400 kg, un aérodynamisme et une gestion de l’énergie optimaux.

    Hanergy via sa filiale Alta Devices atteint déjà à 32% de rendement pour le solaire flexible commercialisé et annonce passer à 35% sous peu.

    Bolloré a pour partenaire l’italien Pinifarina pour sa Bluecar. On n’a évidemment pas encore les images de la Solar Bluecar mais Hanergy ne manque pas d’idées !

    https://www.youtube.com/embed/-HLpSP2x6wE

    Il est évident que remplacer des véhicules thermiques et électriques par des véhicules électro-solaires est bien plus pertinent à tous points de vues.

    Et le solaire a plein d’applications pour les transports dont les trains bien évidemment où là il intervient en apport comme pour les camions (voir entre autres eNow aux Etats-Unis)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.