Rénovation énergétique : lancement du démonstrateur EnergieSprong

Rénovation énergétique : lancement du démonstrateur EnergieSprong

renovation-energetique-Energiesprong

Le bailleur social ICF Habitat Nord-Est a lancé lundi 25 juin 2018 dans la commune de Longueau dans la Somme, un nouveau projet de rénovation énergétique de logements sociaux. Baptisé « E=0 » et basé sur la démarche « EnergieSprong », ce projet de rénovation à énergie zéro doit permettre à 12 pavillons HLM de devenir autonomes en énergie pour les trois prochaines décennies.

Développée aux Pays-Bas, la démarche « EnergieSprong » repose sur un cahier des charges exigeant. Elle vise à atteindre un niveau énergie zéro garanti sur 30 ans, des travaux en site occupé effectués en un temps réduit, et la satisfaction des occupants tant en matière de confort que d’esthétisme. Le démonstrateur lancé lundi 25 juin à Longueau dans la Somme par ICF Habitat Nord-Est et Bouygues Bâtiment Grand Ouest se base sur cette nouvelle approche et prévoit de rénover sur le plan énergétique 12 pavillons HLM en moins de dix jours grâce à la pré-industrialisation d’une partie des éléments.

Une approche industrielle de la rénovation énergétique

Financé en partie par l’Union européenne, l’ADEME et la Caisse des dépôts, ce projet pilote devrait aboutir à terme à une généralisation de cette pratique innovante à tous les bailleurs sociaux maîtres d’ouvrages et entreprises du bâtiment réalisant des travaux de rénovation énergétique dans des logements similaires. Le but étant ici de standardiser les techniques, de baisser les coûts, et au final de changer d’échelle pour augmenter le nombre de rénovation réalisées dans le cadre de cette démarche. D’ici fin 2018, les engagements de différents bailleurs sociaux dans la démarche EnergieSprong devraient représenter plus de 5 000 logements en France.

« La démarche EnergieSprong déployée à Longueau trace une voie innovante et ambitieuse pour répondre à la double priorité écologique et sociale, de massification de la rénovation des logements et de lutte contre la précarité énergétique, qui est celle portée par le plan de rénovation énergétique des bâtiments », a salué le ministre Nicolas Hulot dans un communiqué. Pour rappel, le gouvernement a fait de la rénovation énergétique une de ses priorités et lancé en avril dernier un plan national dans le but de soutenir ce type de démarches innovantes, au service de la rénovation des logements et des bâtiments publics.

Crédits photo : EnergieSprong

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 21 Août 2017
Que vous soyez acheteur potentiel ou vendeur d’une maison ou d’un bâtiment, connaître en détails la performance énergétique du logement en question est indispensable pour évaluer son prix et le coût des travaux éventuels qui seront à réaliser. Pas simple…
jeu 1 Déc 2016
Les tarifs réglementés du gaz vont une nouvelle fois augmenter au mois de décembre a annoncé mardi 29 novembre la Commission de régulation de l'Energie (CRE). Cette hausse répercutera l'augmentation des coûts d'approvisionnement du fournisseurs Engie, et devrait se situer…
jeu 28 Jan 2016
Selon un communiqué officiel publié par le gouvernement chinois le mardi 19 janvier dernier, la production d'électricité en Chine a reculé en 2015 pour la première fois depuis plusieurs décennies. Une tendance qui reflète, outre la contraction actuelle de la…
mer 13 Déc 2017
Inscrite dans le Grand plan d’investissement du quinquennat et dans la concertation du "Plan rénovation énergétique des bâtiments", la lutte contre les passoires thermiques est au premier plan des priorités gouvernementales. Le ministère de la Transition écologique et solidaire entend…

COMMENTAIRES

  • Très bonne démarche qui commence à se développer dans plusieurs pays d’Europe et qu’il serait bon de généraliser en France.

    Cà dépasse même la seule rénovation énergétique externe du bâtiment mais parfois aussi une partie interne de l’habitat.

    Il est bien également d’y associer des financements long terme et d’impliquer les bénéficiaires des travaux qui peuvent rembourser sur la durée par les gains réalisés.

    Il faut également qu’il y ait des contrôles précis car comme toujours en France on a quand même quelques eco-délinquants et des entreprises qui ne font pas toujours assez bien leur travail.

    Le solaire hybride devrait également être rendu obligatoire dans le neuf comme la rénovation puisqu’il apporte environ 70% de l’eau chaude, plus de 50% du chauffage et la majeure partie de la consommation électrique, y compris la mobilité, et l’impact est donc important pour un investissement d’autant plus vite amorti qu’il répond à plusieurs besoins à la fois.

    Répondre
  • Nicolas Hulot et ses équipes (tout comme l’Energeek pourrait traiter ce sujet), devraient pousser les sytèmes de stockage de chaleur norbornadiene-quadricyclane qui permettent du stockage solaire longue durée à faible coût.

    (on a également les matériaux à changements de phase – pcm : phase change materials – comme Sunamp le fait en Ecosse)

    On comprend en effet tout l’avantage de stocker à bas prix de la chaleur longue durée et on oublie beaucoup trop les avantages du solaire thermique et hybride alors que beaucoup de gens on encore des chaudières fuel et gaz et que la part du chauffage reste importante, dépendante d’importations coûteuses et polluante.

    Et ce n’est pas le soleil à stocker sur l’année qui manque comme on peut le voir ces jours-ci en Europe notamment !

    https://phys.org/news/2018-06-energy-storing-solar-cell-reality.html

    .

    Répondre
  • Nicolas Hulot n’est également peut-être pas encore au courant puisqu’il ne l’évoque pas mais ce même type de programme “global” Energiesprong peut s’appliquer aux pompes à chaleur pour l’habitat comme les bâtiments, avec un énorme et rapide impact d’efficacité énergétique, d’absence de pollution ou de dépendance énergétique.

    On a en effet bien avancé dans le domaine des pompes à chaleur bi-source (DSHP) et tri-source (TSHP) pour le chauffage, le refroidissement et l’eau chaude sanitaire.

    Ces pompes à chaleur vont opter pour la source la plus chaude entre le forage qui là n’a pas besoin d’être très profond, ou l’air ambiant ou le solaire (pour les tri-source)

    On utilise donc au maximum l’apport thermique externe dans l’air, le sol ou le solaire selon la source la plus optimale du moment.

    On connaît la géologie des sols et faire des forages quand c’est énergétiquement justifié pour des bâtiments et quartiers en utilisant au mieux les sources de chaleur avec des pompes à chaleur bi ou tri-sources peut se réaliser de manière globale en optimisant les coûts.

    Les réseaux de chaleur sont souvent bien plus compliqués et coûteux à installer dans l’infrastructure existante et le bilan des chaufferies biomasse est moins bon et justifient plutôt la pyrolyse gazéification, la méthanation (après électrolyse) et le solaire thermique.

    Mais les 2 approches sont complémentaires suivant les situations locales.

    Idem pour le stockage solaire thermique estival dans des forages de 37 m de profondeur seulement comme à Drake Landing dans l’Alberta au Canada qui couvre plus de 98% des besoins d’ECS et de chauffage annuel quel que soit la rigueur de l’hiver et qui est quasiment pas utilisé en France alors qu’il l’est en Europe.

    Parmi d’autres le programme européen GEOTeCH qui regroupe notamment l’Allemagne, l’Italie, la Grande Bretagne, les Pays-Bas etc. a développé le sujet des pompes à chaleur bi-source (mais pas la France toujours en retard çà cause du tout nucléaire et chauffages grilles-pains qui nous placent comme les champions du monde de la thermosensibilité ! )

    La Montfort University Leicester (DMU) a notamment des résultats satisfaisants mais pas seulement elle.

    https://phys.org/news/2018-06-next-generation-cooling.html

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.