Electricité et micro-algues : un complexe inédit en projet dans l'Aude

Electricité et micro-algues : un complexe inédit en projet dans l’Aude

La société française Global EcoPower (GEP) a inauguré mercredi 4 avril 2018, le lancement du chantier d’un complexe énergétique innovant dans le sud de la France dont le but sera de produire à la fois de l’électricité renouvelable et de la spiruline, une micro-algue de couleur bleu-vert qui se reproduit par photosynthèse en bassin d’eau douce. Cette installation sera équipée de panneaux solaires et de deux centrales de cogénération permettant de produire électricité et chaleur et d’alimenter ainsi les serres en autoconsommation.

Situé à Payra-sur-l’Hers dans l’Aude, le projet innovant du groupe GEP combinera dans un premier temps, plusieurs types de production d’électricité, pour une capacité totale de 20 MW. Il comprendra une centrale photovoltaïque au sol de 4,979 MWc (12.800 panneaux sur 6 ha), des panneaux sur la toiture de serres construites sur 7 ha (6,5 MWc), ainsi que deux centrales de cogénération qui produiront électricité et chaleur et permettront de maintenir une température de 35°C dans les serres. Le groupe a été lauréat de l’appel d’offres tarifaires de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) en février 2018 et bénéficiera donc dans ce cadre d’un tarif avantageux de 8 cts€/Kwh pendant 20 ans pour ses deux centrales solaires.

Une production alguicole en autoconsommation

« Nous sommes fiers de réaliser un projet innovant, emblématique du savoir-faire technologique du Groupe, qui regroupe diverses méthodes de production d’électricité et dont le développement a été intégralement réalisé par le bureau de recherches et développement de GEP », a déclaré à cette occasion Jean-Marie Santander, Président Directeur Général de GEP. L’électricité produite par la centrale au sol sera elle aussi utilisée en « autoconsommation » pour couvrir les besoins supplémentaires en électricité de l’activité alguicole à l’intérieur des serres, dans lesquelles des bassins de cultures produiront 40 à 45 tonnes de spiruline par an, produites selon les principes de l’agriculture bio. Pour rappel, la spiruline est une algue riche en protéines, utilisée notamment sous forme de complément alimentaire. Sa culture consomme peu de ressources et ne génère aucun impact pour l’environnement : aucun rejet, pas de pesticides, pas d’OGM, précise le groupe dans un communiqué.

La deuxième tranche du projet, en cours de développement sur le même site, prévoit la mise en place d’une centrale éolienne de neuf turbines de 3 MW chacune, soit un total de 27 MW.

Crédits photo : GEP

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Développement des énergies renouvelables, promotion de l'efficacité énergétique ou de la rénovation thermique dans le cadre des futures réglementations RE2018 et RT2020, rôle de l'énergie nucléaire dans la transition énergétique... Toutes ces questions qui façonneront notre système énergétique de demain,…
mer 1 Juin 2016
Dans une tribune publiée dans le quotidien Le Monde, le 30 mai dernier, le député Les Républicains du Vaucluse, Julien Aubert, imagine « une vision alternative de la “transition énergétique” ». Selon lui, la droite doit désormais réfléchir à son programme énergétique en…
jeu 31 Oct 2013
Le groupe Vinci vient de remporter un contrat pour automatiser 29 barrages fluviaux des départements de l’Aisne et de la Meuse.    Pendant les trois prochaines décennies, le groupe de BTP assurera l’exploitation et la maintenance de ces 29 ouvrages,…
mer 1 Oct 2014
C'est sur les pentes de la commune d'Aston, à quelques kilomètres au-dessus de la centrale hydroélectrique du même nom, qu'EDF vient d'entamer les travaux préparatoires de déboisement d'un chantier qui devrait s'étaler sur 3 ans et coûter près de 15…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.