Le Royaume-Uni veut réguler davantage le prix de l’énergie

Le Royaume-Uni veut réguler davantage le prix de l’énergie

Royaume-uni-regulation-prix-energie-theresa-may

Dans un communiqué publié lundi 26 février 2018, le gouvernement britannique a annoncé la présentation devant le parlement d’un nouveau projet de loi destiné à étendre le mécanisme de limitation des prix de l’énergie. Ce dispositif, déjà en vigueur pour plus de cinq millions de foyers modestes au Royaume-Uni, a pour objectif de lutter contre la précarité énergétique et de soutenir le pouvoir d’achat des ménages.

Inscrit dans le programme électoral des conservateurs en 2017, le projet de loi pour l’élargissement de la régulation appliquée aux prix de l’énergie, a été présenté lundi 26 février 2018 au matin, devant le Parlement britannique dans le but d’être adopté avant l’hiver prochain. Il vise à étendre le plafond imposé au prix unitaire du gaz et de l’électricité sur le marché de l’énergie à onze millions de foyers. “Notre plafond au prix de l’énergie va réduire la facture de millions de familles. Il s’agit d’un nouveau pas pour aider les gens à s’en sortir financièrement”, a expliqué la Première ministre conservatrice dans un communiqué.

Protéger les consommateurs de la surfacture

Déjà appliquée à plus de cinq millions de ménages, cette mesure avait été prise à la suite de la publication en 2016 d’un rapport de l’Autorité de la concurrence mettant en exergue le surplus annuel payé par les consommateurs britanniques à leurs fournisseurs d’énergie. Selon cette étude, 1,4 milliard de livres par an ont été perçus en trop par les principaux fournisseurs d’énergie du pays, par rapport à ce que les prix devraient représenter dans un marché libre et concurrentiel. « Notre plafond va garantir aux consommateurs d’échapper aux tarifs les moins compétitifs afin de réduire cette surfacture », a poursuivi le ministre de l’Energie Greg Clark.

Ce dernier s’est par ailleurs adressé directement aux six grands groupes énergétiques œuvrant au Royaume-Uni, dont British Gas, Scottish Power ou SSE, afin de s’assurer de leur pleine coopération, soulignant pour cela le manque de communication sur les subtilités du marché énergétique et la possibilité pour tout un chacun de changer librement de fournisseurs afin d’obtenir le meilleur tarif. De son côté, le parti travailliste a jugé cette nouvelle mesure insuffisante, qualifiant ce projet de loi de “simple rustine”, inefficace pour réparer un marché de l’énergie “défaillant”.

Crédits photo : Arno Mikkor (EU2017EE)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
dim 30 Avr 2017
La ville d’Amiens, très engagée dans le développement des énergies renouvelables sur son territoire, s’est lancée dans un projet inédit en France : la création de la première Semop consacrée au secteur de l’énergie baptisée Amiens Energies. Cette société mixte public-privé…
dim 22 Mai 2016
Le groupe espagnol Gamesa, second fabricant d'éoliennes à l'échelle européenne, a inauguré mardi 10 mai dernier le lancement d'un prototype d'unité de production d'électricité hors réseau. Savant mélange d'énergies éolienne, solaire et thermique, ce dispositif devrait permettre d'alimenter en électricité verte…
lun 8 Oct 2018
Si les rapports successifs de l’ANFR et de l’ANSES ne semblent pas suffire pour convaincre les communes encore récalcitrantes d’accueillir les nouveaux compteurs communicant Linky sur leur territoire, la justice devrait finalement mettre un terme définitif à la polémique. La…
mer 29 Mai 2019
Le 1er juin 2019, les prix de l’électricité vont augmenter. Interviewé sur les ondes d’Europe 1 ce 29 mai 2019, Jean-Bernard Lévy a néanmoins rappelé que l’électricité française restait la moins chère d’Europe occidentale. Cependant, il souligne qu'en raison des…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.