Gaz : fortes perspectives de croissance mondiale selon l’AIE - L'EnerGeek

Gaz : fortes perspectives de croissance mondiale selon l’AIE

gaz_energie_fossile

Dans un contexte nouveau où les énergies renouvelables semblent enfin prendre leur envol au détriment des énergies plus traditionnelles, il est un combustible fossile que ne connaît pas la crise. Selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), publié jeudi 13 juillet 2017, le gaz devrait voir sa demande mondiale augmenter de manière significative dans les années à venir, tirée par l’industrie et les pays émergents.

Si la consommation de charbon et de pétrole à l’échelle mondiale augmentera dans les prochaines années à un rythme moins soutenu que par le passé, la demande de gaz devrait croître quant à elle de 1,6% par an d’ici 2022, dépassant ainsi la croissance attendue des autres combustibles fossiles. Moins émetteur en gaz à effet de serre que ses cousins, et bénéficiant de prix bas, en lien avec la baisse des cours du pétrole, le gaz a vu ses usages se développer toujours plus dans la production d’électricité, la chimie ou les transports. “L’industrie émerge comme le principal moteur de la croissance de la demande, représentant la moitié de cette augmentation”, détaille le rapport de l’AIE.

Lire aussi : Force de Sibérie : premières livraisons de gaz russe en Chine prévues pour 2019

Au total, la consommation de gaz pourrait atteindre 4.000 milliards de mètres cubes d’ici 2022 contre 3.630 milliards m3 l’an dernier. “90% de la hausse de la demande viendra des économies émergentes, notamment la Chine, portée par la lutte contre la pollution de l’air, même si les Etats-Unis resteront le plus grand pays consommateur“, ajoute le rapport. La demande devrait en revanche se stabiliser sur le Vieux continent après deux années de croissance, et même baisser au Japon et en Corée du Sud, pourtant grands consommateurs de gaz naturel liquéfié (GNL).

Lire aussi : Contrat Total en Iran : les dessous d’un accord gazier historique

La production restera l’apanage des pays dominant actuellement le marché comme les Etats-Unis, qui vont produire encore plus pour représenter à eux seuls 40% de la hausse prévue au niveau mondial, mais également l’Australie ou le Qatar.

Crédits photo : AIE – Shutterstock

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 26 Fév 2018
Afin de contrecarrer la baisse régulière des stocks de gaz naturel et de limiter ainsi les risques de tension dans l'approvisionnement en gaz l'hiver prochain, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a annoncé vendredi 23 février 2018, avoir pris…
ven 20 Déc 2019
Le « syndrome hollandais » autrement appelé « malédiction des matières premières » est un phénomène économique qui relie l'exploitation de ressources naturelles au déclin de l'industrie manufacturière locale. Cette notion, utilisée pour la première fois par Richard Auty en 1993, est-elle encore d’actualité ?…
jeu 3 Mai 2018
A l'instar du groupe français Total, qui vient de mettre la main sur Direct Energie, le principal fournisseur alternatif d'électricité et de gaz en France, la grande majorité des groupes pétroliers internationaux ont entamé leur diversification. Le respect des objectifs…
lun 12 Août 2019
Le gaz est la troisième énergie fossile la plus utilisée au monde après le pétrole et le charbon. En France par exemple, on estime qu'encore un tiers des foyers consomme du gaz pour se chauffer. Mais avant d’arriver dans nos…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.