Tarifs du gaz : peut-on s'attendre à une forte baisse en juillet 2017 ? - L'EnerGeek

Tarifs du gaz : peut-on s’attendre à une forte baisse en juillet 2017 ?

Après un mois de juin neutre durant lequel les tarifs réglementés du gaz n’auront pas bougé d’un pouce, le mois de juillet pourrait tourner à l’avantage des consommateurs. Dans un communiqué publié jeudi 8 juin 2017, la Commission de régulation de l’énergie préconise une baisse des prix d’au moins 3,5% à compter du 1er juillet prochain, afin de tenir compte de la diminution des coûts du fournisseur Engie.

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc). Les tarifs réglementés du gaz n’incluent pas les diverses taxes, mais comprennent les coûts d’approvisionnement d’Engie calculés selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole (révisés mensuellement par le collège de la CRE) et les coûts hors approvisionnement (transport, distribution, stockage et coûts commerciaux) dont le poids dans les tarifs réglementés de vente est révisé chaque été.

Lire aussi : Les tarifs réglementés du gaz se stabilisent au mois de juin 2017

Or, selon le dernier rapport du gendarme de l’énergie, les tarifs réglementés seraient à l’heure actuel trop élevés, et doivent être orientés à la baisse. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) estime en effet nécessaire d’appliquer un “rattrapage” tarifaire au profit des consommateurs, en raison des écarts “significatifs” entre les recettes découlant de ces tarifs et les coûts réellement supportés par Engie, finalement moindres qu’anticipés en 2016. Elle conseille dans ce cadre d’opérer une baisse de 1,4% des tarifs d’Engie au 1er juillet, tout en les maintenant à un niveau suffisant pour permettre aux autres fournisseurs de continuer à les concurrencer.

Lire aussi : Le médiateur national de l’énergie toujours favorable au maintien des tarifs réglementés

Outre le rattrapage, l’autorité administrative indépendante recommande une baisse supplémentaire de 1,1% des tarifs en raison de l’évolution des coûts hors approvisionnement de l’opérateur, tandis que l’évolution des coûts d’approvisionnement pourrait de son côté “induire une baisse additionnelle des tarifs réglementés supérieur à 1%”, atteignant ainsi une baisse globale de 3,5%. Ces recommandations seront prochainement étudiées par le gouvernement, seul apte à pouvoir, par arrêté, ordonner un mouvement tarifaire des prix du gaz.

Crédits photo : CRE

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 15 Avr 2017
Jeudi 6 avril 2017, Total a annoncé officiellement sa volonté de déployer un large réseau de Gaz naturel pour véhicules (GNV) sur le territoire français. Avec ce nouveau maillage le pétrolier français espère prendre la tête du marché français, car…
lun 19 Mar 2018
Soucieuse, comme tous les territoires insulaires, de mieux maîtriser l'évolution de sa demande en électricité, la Corse tente depuis plusieurs années maintenant de sensibiliser sa population aux travaux de rénovation énergétique. La Collectivité Territoriale de Corse (CTC) et l’Agence de…
mer 16 Jan 2013
Plusieurs centrales thermiques ont ou vont prochainement fermer en France alors que la nouvelle réglementation européenne sur les émissions de CO2 s’appliquera dès 2016. Mais les énergies fossiles, indispensables pour la sûreté du réseau électrique, continueront de faire partie de…
mer 9 Nov 2016
Le groupe pétrolier français va revenir en Iran avec notamment l’intention de diriger le projet de développement de la phase 11 du champ gazier de South Pars. Total a effectivement indiqué qu’il avait déjà signé un protocole d'accord avec la compagnie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.