En Allemagne, la justice invalide une taxe sur le combustible nucléaire - L'EnerGeek

En Allemagne, la justice invalide une taxe sur le combustible nucléaire

Centrale nucléaire Gundremmingen

Le retrait accéléré de l’énergie nucléaire en Allemagne pourrait coûter bien plus cher que prévu au gouvernement d’Angela Merkel. En parallèle des demandes d’indemnisation des producteurs d’énergies auxquelles il devrait faire face suite à la validation de ces procédures par la justice en décembre 2016, le gouvernement pourrait également être contraint de rembourser plus de six milliards d’euros aux mêmes producteurs. Par une décision du mercredi 7 juin 2017, la Cour constitutionnelle allemande vient en effet de censurer un impôt en vigueur depuis 2011 sur les combustibles nucléaires, et imposer son remboursement. 

Mise en place par le précédent gouvernement d’Angela Merkel comme contrepartie à l’allongement de la durée de vie des centrales nucléaires, quelques mois avant la catastrophe de Fukushima et le changement de cap de l’Allemagne sur le sujet, la taxe sur le combustible nucléaire était prélevée à chaque fois que les opérateurs de centrales changeaient de combustible nucléaire.

Lire aussi : Allemagne : une sortie accélérée du nucléaire qui pourrait coûter cher

Contesté depuis plusieurs années par les grands groupes énergétiques allemands, cet impôt avait été validé une première fois en 2015 par la Cour de justice européenne avant d’être finalement annulé mercredi dernier par la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe. Cet impôt est “contraire à la Constitution” et ne rentre pas dans la catégorie des “taxes à la consommation” que le gouvernement a la compétence de fixer, a déclaré la haute juridiction dans un communiqué de presse. Rétroactif, l’arrêt d’invalidité de la Cour va donc permettre aux quatre opérateurs de centrales nucléaires de réclamer le remboursement de l’impôt payé, soit près de 6,285 milliards d’euros récoltés entre 2011 et 2016.

Lire aussi : L’Allemagne abuse encore du charbon

S’il se dit “étonné” de ce jugement pris “sans négociations de vive voix”, “le gouvernement va naturellement l’appliquer, ce qui signifie que les quelque 6,3 milliards d’euros perçus plus les intérêts seront remboursés”, a déclaré, lors d’un point presse, un porte-parole du ministère des Finances.

Crédits photo : RWE

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 13 Mar 2013
A l’occasion des cérémonies de la commémoration du second anniversaire de la catastrophe de Fukushima, lundi, le nouveau Premier ministre japonais, pro-nucléaire, a promis de tirer les leçons de ce drame. Shinzo Abe, le premier ministre conservateur (Parti Libéral Démocrate)…
A l'occasion de la publication de son livre Mon journal du monde, le professeur à l'Université Paris Dauphine, Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières, analyse le secteur de l'énergie pour le journal La Dépêche. Selon lui, alors que les énergies renouvelables ne…
lun 31 Déc 2018
L’Algérie appartient au club des pays nucléarisés. Pourtant seules deux centrales sont abritées par ce pays où la consommation d’énergies fossiles reste largement majoritaire. La trajectoire du pays pourrait changer peu à peu avec la volonté de produire plus d’électricité…
mar 12 Mar 2013
Lundi 11 mars, jour de commémoration du deuxième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, la ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie Delphine Batho a défendu la place du nucléaire dans le mix énergétique français, tout en rappelant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.