Engie pourrait céder son activité d'exploration-production d'hydrocarbures - L'EnerGeek

Engie pourrait céder son activité d’exploration-production d’hydrocarbures

Engagé dans un vaste programme de cessions destiné à réduire la part de ses activités liées aux combustibles fossiles, le groupe Engie a annoncé, jeudi 11 mai 2017, avoir entamé des négociations exclusives pour céder au britannique Neptune Energy son activité d’exploration-production d’hydrocarbures. Une opération qui confirmerait le virage pris par le groupe énergétique et lui permettrait par la même occasion de réduire significativement son endettement.

Désireux de s’imposer en leader de la transition énergétique, le groupe français s’évertue depuis plusieurs mois à réorienter ses activités vers les énergies décarbonées, le gaz et les services intégrés aux entreprises, et vient dans ce cadre d’engager une étape majeure de sa transformation. Après avoir renoncé au mois de mars dernier à l’exploitation du gaz de schiste outre-Manche, l’énergéticien français serait sur le point de céder sa participation dans sa branche Exploration & Production International (EPI), héritée de l’ancien GDF.

Lire aussi : Engie restructure ses fonctions support et supprime plus de 600 postes

Engie a en effet précisé dans un communiqué avoir “reçu une offre ferme et irrévocable” de la part du groupe britannique Neptune Energy pour la vente de sa participation de 70% dans EPI sur la base d’une valorisation de 4,7 milliards d’euros (dont 1,1 milliard de provisions de démantèlement déconsolidées du bilan). Outre “changer le visage du groupe”, comme l’a déclaré à l’AFP la directrice financière d’Engie, Judith Hartmann, cette opération devrait surtout permettre de réduire de 2,4 milliards d’euros sa dette nette, soit près d’un dixième de son niveau de fin 2016.

Lire aussi : Engie se lance sur le marché résidentiel britannique

Cette opération permet à Engie de réaliser ou engager à 70% son programme de cessions de 15 milliards d’euros lancé sur la période 2016-2018, dans le cadre de sa nouvelle stratégie qui met l’accent sur les énergies bas carbone, les services énergétiques et les activités à prix garantis face aux fluctuations des prix des matières premières”, a-t-elle poursuivi. Engie conservera toutefois une participation de 30% dans le projet gazier Touat, en phase de développement en Algérie.

Crédits photo : Engie

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 29 Avr 2014
Jeudi 17 avril, une page s'est tournée : la production de la dernière tranche à charbon (250MW) de la centrale de Blénod encore en activité a été définitivement arrêtée après 46 ans de fonctionnement. Le site lorrain a désormais entièrement…
lun 20 Fév 2017
Si le processus de méthanisation est bien connu pour la revalorisation énergétique des déchets verts en provenance de l'agriculture ou de l'industrie agroalimentaire, il n'avait encore jamais été appliqué à une échelle industrielle sur les déchets domestiques. C'est ce que…
jeu 28 Avr 2016
Souvent cité en exemple pour ses objectifs climatiques, le Danemark serait sur le point de revenir sur l’abandon du charbon et du gaz. Ce changement de stratégie s’explique surtout par l’explosion des prix de l’électricité liée au développement des énergies…
jeu 20 Avr 2017
Si la Maison Blanche n'a pas encore pris de décision officielle concernant l'adhésion des Etats-Unis à l'accord de Paris, la préférence du président Donald Trump et de ses partisans ne fait guère de doute. Interviewé vendredi 14 avril 2017 sur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.