Rénovation énergétique : les obligations applicables aux bâtiments publics seraient-elles irréalistes ? - L'EnerGeek

Rénovation énergétique : les obligations applicables aux bâtiments publics seraient-elles irréalistes ?

isolation-murs-renovation-energetique

Annoncée mercredi 10 mai 2017 la publication du décret relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire, n’est pas du goût de tous les professionnels. Le patronat du secteur, réuni au sein de la Fédération française du bâtiment (FFB), a notamment dénoncé, lundi 22 mai dernier, des obligations “surréalistes” et demandé le report des délais imposés.

Respectant les objectifs fixés dans l’article 17 de la loi de transition énergétique, le nouveau décret relatif à la performance énergétique des bâtiments tertiaires concernent tous les bâtiments appartenant à un propriétaire unique, à usage de bureaux, d’hôtels, de commerces, d’enseignement et les bâtiments administratifs, regroupant des locaux d’une surface supérieure ou égale à 2.000 m² de surface utile, et leur imposent une réduction de 25% des consommations énergétiques tous usages d’ici 2020 et de 40% d’ici 2030.

Lire aussi : Rénovation énergétique : les bâtiments tertiaires contraints de réduire leurs émissions de CO2 d’ici 2020

Problème, ces exigences, chiffrées à plus de 20 milliards d’euros d’investissements (selon une étude soumise au Conseil Supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique), entraîneraient dans les faits “une obligation de travaux surréalistes”, explique la FFB dans un communiqué publié lundi 22 mai 2017. L’organisation professionnelle estime en effet qu’il serait beaucoup “plus efficace d’accompagner les maîtres d’ouvrage dans une démarche vertueuse et incitative d’économies d’énergie que d’adopter une posture coercitive dans des délais impossibles à tenir”.

Lire aussi : Rénovation énergétique : un plan d’investissement massif est “possible” et “rentable”

La FFB réclame donc un report de l’application du décret, dans la mesure où restent encore à préciser par arrêté, le détail des études énergétiques à réaliser d’ici le 1er juillet 2017, ainsi qu’à désigner l’organisme public en charge des contrôles de procédure. “Ce report est nécessaire afin de permettre aux propriétaires de planifier et réaliser les travaux nécessaires dans des délais réalistes”, conclut la fédération.

Crédits photo : Akuptsova

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 30 Nov 2018
La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a confirmé, jeudi 29 novembre 2018, la réforme de l'Accès régulé à l'énergie nucléaire historique (ARENH). D'après ses chiffres, les concurrents d’EDF n’ont jamais autant commandé d’électricité issue du nucléaire. Parallèlement, une augmentation…
lun 11 Fév 2019
Les scientifiques du GIEC s’inquiètent de voir les objectifs fixés par les Etats ne pas être assez ambitieux pour limiter la hausse des températures à 2°C. Des objectifs pourtant fondés sur la science et les travaux d’un Groupe d’experts intergouvernemental…
mar 15 Jan 2019
La Commission de régulation de l’énergie vient de lancer un appel à contribution sur le développement du stockage de l’électricité par batteries. Dans un contexte de transition énergétique qui vise à mettre en valeur les énergies renouvelables par nature intermittentes,…
ven 24 Nov 2017
Si le développement des nouvelles technologies numériques et de l’Internet des objets (IoT) devrait permettre à terme d’augmenter l’efficacité énergétique et donc de réduire nos consommations d’électricité, la quantité d’énergie nécessaire au fonctionnement même de ces objets connectés en réduit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.