Australie : l'Etat limite les exportations de gaz pour renforcer l'offre intérieure

Australie : l’Etat limite les exportations de gaz pour renforcer l’offre intérieure

Victime de coupures de plus en plus fréquentes et d’une hausse des prix sur le marché national du gaz, l’Australie a annoncé jeudi 27 avril 2017 son intention d’imposer aux compagnies gazières une limitation des exportations. L’objectif du gouvernement est de renforcer l’offre intérieure de gaz afin d’en améliorer la qualité d’approvisionnement.

Très gros exportateur de gaz à l’international, l’Australie pourrait devenir dès 2020 le premier producteur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL) devant le Qatar, et continuer à alimenter une demande en constante augmentation dans des pays comme le Japon, la Chine ou la Corée du Sud. Problème, ces exportations records sont aujourd’hui effectuées au détriment du marché intérieur australien qui ne semble plus bénéficier des ressources suffisantes, les exportateurs prélevant sur les réserves intérieures afin d’honorer leurs contrats avec l’étranger.

Lire aussi : Gaz naturel liquéfié : la filière française s’allie pour le développer

Pour remédier à cette situation de pénurie, le Premier ministre australien, Malcom Turnbull, a annoncé que des restrictions à l’exportation seraient prochainement imposées aux principaux producteurs de gaz en Australie afin de relancer l’offre de gaz sur le marché national. “C’est ridicule qu’on soit sur le point de devenir le premier exportateur de GNL du monde et de ne pas avoir suffisamment de gaz pour nos entreprises, nos foyers, nos industries”, a-t-il déclaré. Le gouvernement doit donc intervenir pour réduire “les prix très élevés” du gaz en Australie même, a-t-il ajouté.

Lire aussi : En Chine, Pékin fait le choix du gaz naturel pour sa production d’électricité

A compter du 1er juillet 2017, le gouvernement imposera donc des restrictions aux producteurs afin d’assurer qu’ils mettent plus de GNL sur le marché intérieur qu’à l’exportation. C’est une “mesure provisoire” qui durera tant que l’Australie ne produira pas davantage de gaz, est-il précisé. Le Premier ministre a également mis en cause ici les gouvernements de certains Etats australiens qui ont interdit la production de GNL pour des raisons écologiques.

Crédits photo : Gate Alliance

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 29 Mar 2024
Le tribunal de Paris a annulé, jeudi 28 mars 2024, l'assignation en justice de Greenpeace par TotalEnergies. Ironie du timing, le verdict tombe précisément le jour du centenaire de Total.   Une bataille sur fond de bilan carbone de TotalEnergies…
Le rétrofiter sa voiture : une solution d'avenir ? Depuis le début du XXIe siècle, la mobilité verte est au cœur des préoccupations environnementales et le gouvernement en fait une priorité en multipliant les aides, telles que le bonus écologique,…
lun 16 Nov 2020
Encouragé par les nouvelles réglementations environnementales, le secteur de la construction opère une transition progressive vers des procédés plus durables, et donc moins dépendants des énergies fossiles. En France comme en Europe, l’heure est désormais au bâtiment bas carbone. Comme…
Le rapport du 9 avril 2024 de l’Académie des sciences s'apparente à une véritable douche froide pour les ambitions du gouvernement pour l'hydrogène vert.    Des ambitions démesurées pour l'hydrogène vert Le gouvernement français avait un plan bien ambitieux pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.