Le carburant à base d'éthanol ED95 enfin commercialisé en France Le carburant à base d'éthanol ED95 enfin commercialisé en France

Le carburant à base d’éthanol ED95 enfin commercialisé en France

carburant

Le carburant ED95 composé à plus de 90% d’éthanol et utilisable pour les bus et les camions de transport est désormais disponible en France. Envisagé comme un substitut efficace et compétitif au diesel, il était homologué depuis le mois de février 2016 mais attendait la définition de son régime fiscal (obtenue en décembre) pour pouvoir finalement être commercialisé.

A l’heure où le durcissement des normes environnementales sur le diesel, voire même le bannissement des véhicules diesel des centres villes sont évoqués, une nouvelle alternative est désormais disponible en France. L’ED95, un carburant presque 100% vert à base d’éthanol, est commercialisé depuis peu et présente la particularité de pouvoir être utilisé dans des véhicules lourds (camions, autobus, cars) roulant traditionnellement au diesel, grâce à l’ajout d’additifs chimiques.

Lire aussi : BioTfuel : Ségolène Royal inaugure un nouveau site dédié aux biocarburants

« Aux côtés du biodiesel, des essences contenant de l’éthanol et du gaz carburant, c’est une solution supplémentaire pour décarboner les transports », explique Sylvain Demoures, secrétaire général de la Collective du bioéthanol. Mais outre le fait d’émettre beaucoup moins de particules et de gaz à effet de serre que le gazole, l’ED95 a surtout obtenu les avantages fiscaux liés aux carburants renouvelables, lui permettant ainsi de rester relativement compétitif. Il serait possible en effet « de vendre ce carburant entre 80 centimes et 1 euro le litre hors TVA, soit un prix comparable à celui du gazole », assure de son côté Jérôme Budua, directeur de Raisinor France, une société productrice d’éthanol basée en Gironde.

Lire aussi : Suez et Total veulent développer les biocarburants à base d’huiles alimentaires

Utilisé en Suède depuis plusieurs années, l’ED95 sera réservé en France aux flottes captives (transporteurs de marchandises, autobus, etc.) qui alimentent les véhicules via des cuves stockées sur leurs sites, et ne sera donc pas vendu dans les stations-service. Il a été jusqu’à présent testé dans certains bus des communes de Saint-Quentin (Aisne), de Reims (Marne) ou d’Angers (Maine-et-Loire), et dans trois camions du transporteur francilien STAF, spécialiste du transport frigorifique.

Crédits photo : sundfrakt

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 15 Fév 2017
A la suite de la mise en application de l'accord de réduction de la production signé en décembre par les pays membres de l'Opep et certains pays non membres, l'offre mondiale de pétrole a diminué de manière significative au mois…
mer 7 Sep 2016
A l’occasion du sommet du G20 organisé le week end dernier, les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre (Chine et Etats-Unis) ont ratifié l’Accord de Paris sur le climat. Pour l’ONG WWF, cela confirme que « la…
ven 17 Fév 2017
Acteur incontournable du paysage économique havrais, la centrale thermique d'EDF fait aussi partie du patrimoine historique et industriel de la région et bénéficie à ce titre, depuis le 7 février dernier, d'une mise en lumière inédite. Mêlant à la fois…
L’OCDE vient de publier ses « examens environnementaux », dans lesquels une partie entière est consacrée aux objectifs de la France. D’après les experts de l’organisation internationale, qui se sont intéressés aux politiques publiques appliquées au cours des dix dernières…

COMMENTAIRES

  • L’homme n’a pas inventé la photosynthèse, la nature le fait toute seule; toute la question, c’est de connaître la cinétique du processus, car la cinétique de la combustion est, elle, très grande. Les exemples de déforestation rapide sont nombreux, et, dès maintenant, c’est déjà le cas, car on ne brûle pas que les déchets. Veut-on imiter ce qui s’est fait à l’île de Pâques ou au Liban ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *