OPEP: faibles chances de consensus et cours du pétrole à la baisse OPEP: faibles chances de consensus et cours du pétrole à la baisse

OPEP : faibles chances de consensus et cours du pétrole à la baisse

Cours pétrole

A seulement quelques jours de la prochaine réunion de l’Opep à Vienne, les pays exportateurs de pétrole sont toujours engagés dans d’âpres négociations. Visant à obtenir une limitation de la production pétrolière, elles créent une situation instable responsable pour une large part de la nouvelle baisse des cours pétroliers enregistrée vendredi dernier.

Plus de six mois après l’échec des négociations de Doha, les pays de l’Opep et la Russie étaient pourtant parvenus fin septembre à un accord de coopération dont les termes permettaient de soutenir la stabilité sur le marché du pétrole et de garantir un niveau constant d’investissements sur le long terme.

Lire aussi : Transition énergétique : les géants du pétrole prennent le train en marche

Mais si les pays de l’Opep se sont dits prêts à abaisser leurs quotas de production, certains désaccords persistent avec notamment l’Irak ou la Libye. Si l’Opep souhaite en effet réduire sa production à 32,5/33 millions de barils par jour afin de relancer des cours déprimés par une surabondance de l’offre depuis l’été 2014, Bagdad veut pouvoir augmenter sa production, invoquant les besoins liés à la reprise de Mossoul. La Libye quant à elle exclut toujours toute réduction de sa production compte tenu des difficultés économiques que rencontre actuellement le pays.

De son côté, la Russie, l’un des premiers producteurs mondiaux de pétrole aux côtés de l’Arabie saoudite et des Etats-Unis, continue de participer aux consultations entre pays producteurs en vue d’arriver à une limitation concertée de l’offre. Le pays ne se joindra toutefois aux négociations qu’une fois un accord trouvé au sein de l’Opep. « Nous sommes solidaires de la position suivante: les pays de l’Opep doivent arriver à un consensus au sein de l’organisation, avant que les pays non membres ne puissent se joindre à un accord« , a déclaré samedi le ministre de l’énergie russe Alexandre Novak.

Lire aussi : Hydrocarbures : Moscou cède ses actifs dans le sixième producteur russe de pétrole

Des hésitations qui pèsent logiquement sur le cours du brut. Vendredi 25 novembre dernier, les cours du pétrole ont une nouvelle fois nettement reculé, le marché craignant que la Russie ne se joigne pas aux efforts de réduction de la production.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 24 Jan 2017
La réforme du code minier arrive devant les députés ce mardi 24 janvier. Sans cesse repoussé ces cinq dernières années, l'étude de ce texte de loi permettra d'imposer aux activités de forage un nouveau cadre réglementaire plus respectueux de l'environnement,…
mar 24 Jan 2017
Plébiscitées pour compenser l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires et répondre à une demande d'électricité en augmentation du fait des faibles températures, les centrales à gaz françaises ont enregistré en 2016, une forte hausse de leur activité. Elles ont atteint un…
L’objectif du Pakistan est de mettre fin aux coupures de courant à répétition qui frappent le pays et de réduire le déficit énergétique, qui est de plus de 4000 mégawatts. Pour cela, le gouvernement a opté pour différentes solutions. Tout d’abord, une…
mer 31 Août 2016
Du 19 au 22 octobre, les leaders du secteur de l’énergie ont rendez-vous à New York, aux Etats-Unis. Cette réunion, qui s’inscrit dans le cadre du Programme pour le développement durable à l’horizon 2030 des Nations unies, permettra notamment de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *