Les électrolyseurs PEM ou l'avenir de la filière de stockage "Power to gas" - L'EnerGeek

Les électrolyseurs PEM ou l’avenir de la filière de stockage “Power to gas”

Areva_H2Gen_photo_LinkedinLa coentreprise Areva H2Gen a inauguré officiellement le vendredi 24 juin dernier une usine de fabrication d’électrolyseurs PEM aux Ulis dans l’Essonne. Cette unité de production unique en France marque une étape déterminante dans le développement technologique de la mobilité hydrogène et de la filière de stockage de l’énergie dite du “Power to gas”.

L’exploitation de l’hydrogène pour le stockage des énergies renouvelables

Créée en 2014 par Areva, SMART ENERGIES et l’Ademe (dans le cadre du Programme des Investissements d’avenir), la coentreprise AREVA H2Gen, a pour objectif de fabriquer des électrolyseurs par membrane à échange de protons. Cette technologie, dite “PEM” (Proton Exchange Membrane), permet la production d’hydrogène à partir d’eau et d’électricité issues du surplus de production des énergies renouvelables.

Destinée initialement aux applications industrielles, l’électrolyse PEM vise désormais le marché du stockage des énergies renouvelables afin d’alimenter en hydrogène les stations-service pour les véhicules à pile à combustible ou les réseaux de gaz naturel (Power-to-Gas). L’hydrogène permet en effet de stocker le surplus des productions énergétiques intermittentes sur de longues durées. Les électrolyseurs restituent ensuite l’hydrogène stocké sous la forme désirée – solide, gazeuse ou liquide.

Lire aussi : Le stockage au lithium-ion, une technologie adaptée aux EnR

Comme l’explique Luc Oursel, président du directoire d’AREVA, “l’électrolyse PEM est une solution pertinente car le marché du stockage d’énergie à base d’hydrogène croît rapidement. Particulièrement adaptée à la production massive d’hydrogène, cette solution offre d’importants avantages compétitifs par rapport aux technologies traditionnelles. Elle répond notamment aux attentes des clients qui cherchent à optimiser l’utilisation des sources d’énergies renouvelables locales”.

Une usine de production d’électrolyseurs PEM unique en France

Pour répondre “à la nécessité de stocker massivement l’énergie fournie par les énergies renouvelables”, la start-up Areva H2Gen a inauguré au mois de juin une nouvelle unité de production dédiée à la fabrication d’électrolyseurs PEM. Elle entend via cet investissement de 2,5 millions d’euros s’imposer sur un marché mondial en rapide évolution et quintupler son chiffre d’affaires en 2016.

L’entreprise, dont le carnet de commandes a affiché près de 10 millions d’euros en juin, a réalisé un chiffre d’affaires de 1 million d’euros en 2015. Elle affirme aujourd’hui avoir une capacité de production annuelle de 40 électrolyseurs et estime pourvoir atteindre une puissance unitaire de plusieurs dizaines de MW à l’avenir. Les électrolyseurs actuels développés par Areva H2Gen oscillent entre 100 kW et 1 MW de puissance. La prise de participation de l’ADEME, intervenant pour le compte de l’Etat, devrait justement contribuer à financer les investissements nécessaires au développement et à la commercialisation d’électrolyseurs de plus forte puissance.

Lire aussi : Energies renouvelables, croissance, emploi : que dit la dernière étude prospective de l’Ademe ?

Le groupe travaillerait également à l’heure actuelle sur “la plus grosse station-service d’hydrogène à ce jour ” en Europe qu’elle prévoit de livrer avant fin 2016 à l’entreprise de traitement des déchets Braley à Rodez dans l’Aveyron.

Crédits photo : Areva H2Gen (Linkedin)

Rédigé par : lucas-goal

lun 27 Jan 2014
Le fabricant japonais Toshiba a annoncé, vendredi 10 janvier, avoir remporté une "importante commande" en Turquie portant sur la fourniture "des équipements de base" (turbine, générateurs, condensateurs) pour une centrale géothermique. Cette dernière sera construite dans la ville d'Alasehir par…
mar 20 Fév 2018
En octobre 2017, c'est au large de Saint-Nazaire que la première éolienne flottante française était inaugurée. Une image de modernité qui colle parfaitement à la politique de transition énergétique mise en place par la ville, qui souhaite devenir l’un des…
mer 1 Fév 2017
Désireux de soigner son bilan carbone et de cultiver l'image d'une entreprise responsable sur le plan environnemental, le spécialiste mondial de l'ameublement Ikea multiplie depuis plusieurs années déjà les investissements dans les énergies renouvelables. Il a annoncé, le 29 janvier dernier, l'acquisition…
mer 18 Oct 2017
Le Syndicat national du chauffage urbain (SNCU), soutenu par l'association Amorce (regroupant notamment collectivités et entreprises), a interpellé le gouvernement dans le cadre d’un communiqué publié vendredi 13 octobre dernier. Inquiets des nouvelles orientations budgétaires de l’Etat présentées dans le…

COMMENTAIRES

  • Questions sans réponse, et pourtant c’est fondamental :
    – quel est le rendement de ces électrolyseurs du “PEM” dans les conditions réelles de fonctionnement (aléatoires, car on utilise les surplus d’EnR comme l’éolien, c’est à dire seulement les pics de production)
    – combien ça va coûter par unité d’énergie stockée (le kWh par ex) ?

    Car en laboratoire, tout est faisable, reste à voir si c’est rentable.
    D’autre part, l’ADEME, c’est de l’argent public, non ?
    Il faudrait donc retirer les subventions pour connaître le vrai coût de développement de ces installations.

    A part ça, c’est un sujet très intéressant, mais il faut le traiter jusqu’au bout en évitant de tromper ou de faire rêver.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.