La France, leader des énergies marines selon Ségolène Royal - L'EnerGeek

La France, leader des énergies marines selon Ségolène Royal

hydrolienne-royalLa ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer s’est rendue vendredi 13 mai dernier à Brest pour inaugurer la seconde hydrolienne d’EDF et DCNS. Une « nouvelle étape », selon Ségolène Royal, alors que la France compte jouer un rôle leader dans le développement de cette énergie 100 % propre.

La deuxième hydrolienne issue du partenariat entre EDF et OpenHydro, filiale de DCNS, vient d’être inaugurée par Ségolène Royal en présence d’Hervé Guillou, PDG de DCNS et d’Antoine Cahuzac, directeur général d’EDF Energies Nouvelles (EDF EN). Elle sera bientôt mise à l’eau au large des côtes bretonnes de Paimpol-Bréhat pour rejoindre sa jumelle, une turbine de 16 mètres de diamètre immergée à près de 40 mètres de profondeur.

EDF, pionnière dans l’énergie renouvelable marine

« Le projet illustre l’excellence de notre industrie, s’est exprimée la ministre. Le futur raccordement des deux turbines au réseau électrique pour l’été 2016 sera une première mondiale. C’est un moment national important que nous vivons aujourd’hui à Brest : cette inauguration est une nouvelle étape, comme le sera l’implantation d’une usine d’assemblage à Cherbourg. » Le site de Paimpol-Bréhat devient ainsi le premier parc au monde à produire de l’électricité issue des courants marins. Cette mise à l’eau est l’aboutissement de plus de dix ans d’expertise et de négociation sur le terrain. La procédure de concertation avec les parties prenantes locales a en effet été initiée par EDF dès 2004, ainsi que les différentes études techniques et environnementales.

Le principe est simple mais révolutionnaire : les hydroliennes sont activées par les courants marins, dont l’énergie est transformée grâce à un convertisseur sous-marin. L’énergie ainsi produite peut ensuite être acheminée en continu sur la terre ferme. 1 000 à 1 500 foyers de la commune de Ploubazlanec (Côtes-d’Armor) seront ainsi fournis en énergie grâce à cette nouvelle technologie développée par les deux industriels français – EDF est l’un des pionniers de l’énergie renouvelable marine, l’entreprise ayant mis en place la première usine marémotrice au monde en 1966.

Les courants marins, énergie de demain

100 % propre et renouvelable, la technologie liée aux énergies marines représente un vrai tournant dans la politique énergétique de la France. L’Hexagone possède un potentiel hydrolien important, puisqu’il concentre à lui seul 20 % du potentiel européen, soit 3 000 MW. Ce pari sur les hydroliennes remonte au Grenelle de l’Environnement de 2007, qui précisait notamment « l’importance des démonstrateurs comme étape clé du processus d’innovation avec la demande d’une expérimentation à grande échelle d’un parc d’hydroliennes ».

Le budget total est de l’ordre de 40 millions d’euros, dont 6,5 millions d’euros d’aides publiques. La région Bretagne, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), et l’Union européenne (UE), par le biais du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), ont apporté leur concours. Ils devraient être encore plus nombreux à se mobiliser pour les projets futurs en matière d’énergies marines ; quatre parcs pilotes sont à l’étude, dont trois seront situés en Méditerranée et un dernier au large de l’île de Groix, en Bretagne.

Ségolène Royal a également profité de sa visite dans la pointe bretonne pour annoncer « le lancement, aujourd’hui [13 mai, ndlr], de l’appel d’offres pour des fermes commerciales dans l’hydrolien et l’éolien flottant ». La ministre de l’Environnement a ainsi souhaité avancer le calendrier initial, en engageant dès aujourd’hui la procédure « afin de permettre à la France de rester leader dans ce domaine des énergies renouvelables en mer. » Preuve de l’excellence française, un deuxième projet de parc, toujours porté par DCNS, devrait entrer en service en juin prochain dans la baie de Fundy au Canada, où ont lieu les marées les plus hautes du monde (jusqu’à 21m).

 

Crédits photo : Journal des entreprises

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
ven 24 Mar 2017
Si la France a bien du mal à concrétiser ses premiers projets de parcs éoliens en mer, le Danemark fut le premier pays au monde à miser sur la filière éolienne offshore, et est considéré depuis plusieurs décennies déjà comme…
ven 18 Avr 2014
Certaines filières d’énergie renouvelable comme l’éolien terrestre, pourraient bien se voir supprimer les subventions et le régime dérogatoire dont elles bénéficient actuellement. C’est en tous cas ce que préconise le CRE dans son dernier rapport sur les coûts et la…
mar 16 Oct 2018
Mis entre parenthèses depuis plusieurs mois du fait des incertitudes qui pesaient sur la filière éolienne offshore française, le projet havrais d’usines d’éoliennes devrait finalement se concrétiser. Le groupe Siemens Gamesa et le Grand Port Maritime du Havre (GPMH) ont…
jeu 13 Juin 2019
Le 7 juin 2019, le Conseil d'Etat a rejeté les recours portés contre le projet de parc éolien en mer de Saint-Nazaire. Grâce à ce feu vert, la mise en service est désormais prévue en 2022, avec plus de 1…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.