Chili : une centrale hydroélectrique en plein désert d'Atacama - L'EnerGeek

Chili : une centrale hydroélectrique en plein désert d’Atacama

Chili_désert_centrale_hydroélectrique_photo_TKLINKSi construire une centrale hydroélectrique en plein désert peut paraître de prime abord très surprenant, voire complètement absurde, le groupe énergétique chilien Valhalla ne s’en laisse pas compter et entend bien mener à terme son projet de centrale hydraulique de pompage-turbinage prévu dans la cordillère des Andes. Baptisé “Espejo Tarapacá” (Miroir de Tarapacá), ce projet se veut aujourd’hui l’un des plus innovants au monde et pourrait effectivement permettre de combler une large part du déficit énergétique national.

Des caractéristiques géographiques et climatiques uniques au monde

Désert réputé le plus sec au monde et jouissant de ce fait de conditions ensoleillement exceptionnelles, le désert d’Atacama est situé à seulement quelques kilomètres des côtes de l’océan Pacifique, et présente toutes les qualités géographiques pour accueillir le nouveau projet de la société Valhalla. Cette dernière envisage en effet de mettre en place à environ 100 kilomètres au sud de Iquique, une centrale hydroélectrique de pompage-turbinage d’une puissance de 300 MW.

Dans cette région du nord du Chili, la cordillère des Andes plonge quasiment dans l’océan Pacifique, et le site sélectionné se distingue par une falaise côtière située près de l’océan et contenant elle même des concavités de surface naturelle, la rendant idéale pour le stockage de l’eau de mer. Le projet entend donc tirer parti de ces caractéristiques géographiques uniques afin de mettre en place un système de stockage d’électricité et d’éliminer, à un faible coût, l’intermittence des énergies renouvelables non conventionnelles comme l’énergie solaire.

Dans les faits, la centrale fonctionnerait en pompant l’eau de mer le jour, grâce à l’énergie produite par des panneaux solaires, et produirait de l’électricité la nuit en laissant retomber cette même eau, à travers des turbines, depuis une altitude de 600 mètres. Entre-temps, l’eau serait stockée dans deux énormes réservoirs naturels d’un volume équivalent à 22.000 piscines olympiques situés au sommet de la chaîne de montagnes.

De cette manière, la centrale, dont le coût est estimé à 400 millions de dollars, fonctionnerait en continu, et proposerait une production d’électricité renouvelable, stable et abondante à un prix compétitif.

Exploiter le potentiel énergétique local

La future centrale de Tarapacá, fonctionnant à la fois à l’eau de mer et à l’énergie solaire, pourrait donc permettre d’alimenter en électricité, selon les prévisions de groupe, près de trois régions entières, et révolutionnera d’autant le marché de l’énergie local. Après avoir reçu le feu vert des autorités environnementales, les responsables de l’entreprise recherchent désormais des financements privés pour débuter la construction à la fin 2016, celle-ci devant durer trois ans et demi.

“Ces deux technologies ont été testées avec succès partout dans le monde. C’est la combinaison des deux qui ne l’a jamais été. Le Chili est le seul endroit au monde où l’on peut développer un projet de cette nature” , a déclaré avec enthousiasme Francisco Torrealba, cofondateur et responsable de la stratégie de Valhalla.

Pour rappel, le Chili est un importateur net d’énergie. Sa capacité de production peine à atteindre les 20.000 MW et est composée principalement de charbon (21%), de gaz naturel (19%), de diesel (18%) et d’énergie hydraulique (28,%). L’énergie solaire ne représente à ce jour que 4% de la production d’électricité à l’échelle nationale.

Proyecto Espejo de Tarapacá – Ingeniería de Obras from Valhalla on Vimeo.

Crédits photo : TK-LINK

Rédigé par : livingston-thomas

lun 18 Juil 2016
Selon le deuxième observatoire européen réalisé par le cabinet Sia Partners pour le think tank France Biométhane, la France ne compte actuellement que vingt sites de production de biométhane et affiche un retard conséquent sur ses voisins européens. Le gouvernement…
mar 2 Août 2016
La centrale hydroélectrique de Bazacle, gérée par EDF depuis 1946 et intégrée à l’Unité de production Sud-Ouest de l'énergéticien, fait partie du patrimoine énergétique stratégique de la région et vient de bénéficier d’un investissement de 3 millions d’euros. (suite…)
ven 15 Déc 2017
Alors que le groupe américain s’apprête à licencier plusieurs milliers d’employés au niveau international dans le cadre d'un plan visant à réduire ses coûts structurels d'un milliard de dollars, les créations d’emplois promises lors du rachat de la branche énergie…
mar 20 Mai 2014
Le 30 septembre 2013 à Cherbourg, François Hollande lançait un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour la construction de plusieurs fermes pilotes hydroliennes afin de lancer la filière française. Selon l'Ademe qui gère le dossier, plusieurs candidats ont répondu à l’appel avant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.