Le chantier du 1er diesel d'ultime secours lancé à Saint-Laurent - L'EnerGeek

Le chantier du 1er diesel d’ultime secours lancé à Saint-Laurent

mesures post-Fukushima - ASNLe Japon n’est pas le seul pays à avoir revu ses normes de sûreté nucléaire à la suite de la catastrophe de Fukushima. L’ensemble des pays qui exploitent l’énergie nucléaire ont en tiré des enseignements, à l’image de la France. En accord avec l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l’exploitant des centrales EDF a défini un ensemble de mesures dites « post Fukushima » dont la mise en œuvre se poursuit. Dernier événement en date, l’installation du premier Diesel d’Ultime Secours (DUS), à la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux.

Si les évaluations de l’ASN ont montré que le niveau de protection et de robustesse des centrales EDF était bon, la catastrophe de Fukushima a rappelé aux exploitants qu’une installation nucléaire devrait être prête à faire face à des situations exceptionnelles, voire improbables, notamment en cas de catastrophe naturelle.

C’est dans ce contexte qu’EDF a décidé d’équiper ses centrales de Diesels d’Ultime Secours destinés à prendre le relais dans l’éventualité où l’alimentation électrique des réacteurs venait à être interrompue.  Rappelons que cette dernière est capitale, puisqu’elle permet le fonctionnement des systèmes de refroidissement du réacteur.

La centrale de Saint-Laurent est la première à installer un Diesel d’Ultime Secours et fait donc office de site pilote pour les réacteurs de 900 MW. Le chantier, en cours, est colossal : pour la seule fondation du  bâtiment de secours abritant le DUS, il faut couler 1250 tonnes d’un béton en mesure de résister aux séismes, inondations et autres tornades.

Etant donné qu’en matière de sûreté nucléaire les situations les plus improbables doivent être envisagées, le DUS (2 groupes électrogènes de 3,5 MW chacun) n’est évidemment pas le seul moyen envisagé pour faire face à une rupture de l’alimentation électrique. Une fois raccordé au réacteur numéro 1 de la centrale, en 2017, le DUS constituera le quatrième moyen de secours concernant la seule alimentation électrique.

Le DUS offre une autonomie de 72 heures, soit plus que le temps nécessaire à la Force d’action rapide nucléaire (FARN), dont la création est aussi une mesure « post-Fukuhsima », pour intervenir sur place et apporter des moyens de secours supplémentaires.

Un deuxième DUS, dont le raccordement est prévu pour 2018, sera construit pour le second réacteur de la centrale.

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
mer 24 Jan 2018
Si l’on évoque le plus souvent le fonctionnement et la sûreté des unités de production lorsqu’on parle d’énergie nucléaire, le cycle du combustible nucléaire utilisé dans ces centrales constitue lui aussi un facteur déterminant dans la recherche d’une industrie plus…
mar 5 Août 2014
L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) poursuit ses examens décennaux sur les réacteurs du parc français, examens destinés à s'assurer que le fonctionnement des installations garantit des conditions de sécurité optimales. L'ASN impose dans ce cadre, la mise en œuvre de mesures…
jeu 1 Sep 2016
La Société Française de l'Energie Nucléaire (SFEN) vient de nommer un nouveau directeur de la communication et des relations institutionnelles. A 29 ans, l'ancien chargé de communication d'Areva, Boris Le Ngoc, aura la responsabilité de valoriser l'excellence scientifique de la…
mar 4 Juin 2019
Ce lundi 3 juin 2019, une campagne d’information relative à la protection des personnes autour des centrales nucléaires a débuté. Un exercice habituel pour les autorités, mais à l’ampleur inédite puisque le rayon concerné est passé de 10 kilomètres à…

COMMENTAIRES

  • Bonjour. Il n’y a qu’un seul groupe électrogène de 3,5mw par tranche nucléaire. Et saint Laurent n’est pas la première. Cattenom a commencé plus tôt

    Répondre
    • Et Dampierre en Burly est dotée d’un GUS (ou groupe d’ultime secours) depuis plus de quinze ans. J’ai moi même effectué des opérations d’entretien sur ce groupe lorsque j’étais en activité sur cette centrale que j’ai quittée il y a dix ans déjà.
      Donc St Laurent n’est pas le premier CNPE à recevoir une telle installation.
      Bien cordialement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.