Du haut de cette boule, 52 années d’histoire nucléaire vous contemplent - L'EnerGeek

Du haut de cette boule, 52 années d’histoire nucléaire vous contemplent

Centrale nucléaire de Chinon, avec le réacteur nucléaire La Boule à gauche _ photo LPLTAprès quatre ans de fermeture, le premier réacteur nucléaire civil surnommé « La Boule » rouvre ses portes au grand public à l’occasion des journées de l’industrie électrique. Le réacteur de la centrale de Chinon désormais transformé en Musée de l’Atome avait fermé en 2011 pour travaux de démantèlement.

 

Le premier réacteur électronucléaire à usage civil en France

C’est un fleuron de l’héritage du patrimoine industriel national, rappelle t-on fièrement à Chinon. En effet, le réacteur nucléaire EDF1 est d’un genre particulier, d’une part par sa forme sphérique singulière, qui lui a valu son surnom, d’autre part parce qu’il s’agit du premier réacteur nucléaire français.

La construction de « la boule » a démarré en 1953. Le réacteur est rentré en fonction en 1963, peu de temps après avoir servi de décor au film « Fantômas se déchaine », avec Louis de Funès et Jean Marais, faisant alors office de laboratoire étrange où le célèbre criminel enlève le professeur Marchand afin de s’attribuer son invention. Il a fidèlement contribué à la production énergétique française jusqu’en 1973. Il pouvait alors générer une puissance de 70MW, ce qui est à l’heure actuelle bien en dessous des performances des réacteurs nucléaires plus modernes (à titre de comparaison, la puissance unitaire des quatre réacteurs actuellement en service à Chinon est de 900 MW, et celle de l’EPR sera de 1630 MW) .

Un véritable témoignage d’époque

Le Musée de l’Atome a vu le jour dans ses locaux en 1986, avant de fermer en 2011 pour travaux de démantèlement. Il a rouvert ses portes en 2015, et est désormais mieux aménagé pour les visites. Une nouvelle rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite, un monte-charge qui fonctionne comme un véritable ascenseur, une signalétique renforcée et des grillages de protection supplémentaires ont été installés.

Mais que l’on ne s’y trompe pas, peu de choses ont changé dans la Boule, qui demeure à peu près tel qu’elle l’était en 1973, selon le site de La Nouvelle République. La salle des commandes est totalement d’époque, et après un passage devant ces boutons et manettes tirés tout droit des années 1960, les visiteurs pourront pénétrer au cœur du réacteur où se trouve la soufflante qui faisait circuler le gaz carbonique, et monter à son sommet où, à travers quelques hublots, ils pourront profiter de la vue sur la centrale actuelle et sur la ville de Saumur, au loin.

Malgré cette réouverture, l’accès demeurera limité, car il s’agit d’un site hautement sensible. Ainsi, seuls les groupes scolaires, les professionnels et les élus pourront visiter librement la centrale. Le grand public, quand à lui, ne pourra y accéder seulement lors des journées portes ouvertes. Les prochaines se dérouleront les 3 et 4 octobre 2015 à l’occasion des journées de l’industrie électrique, pendant lesquelles il est possible de visiter plusieurs sites de production EDF. Pour participer, il suffit de s’inscrire sur le site dédié à l’événement. Mieux vaut s’y prendre tôt car les places sont limitées !

Crédit photo : LPLT

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 3 Juil 2014
Engagement de la campagne présidentielle de François Hollande, la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne semble acquise même si les colonnes des Echos parlent cette semaine d'un scénario alternatif : fermer deux autres réacteurs plutôt que ceux de Fessenheim. D’une part car les…
mar 3 Déc 2013
Comme tous les ans, EDF organise « Energy Day », une grande journée de rencontre entre étudiants, jeunes diplômés et collaborateurs du groupe énergétique. Ce rendez-vous, qui se déroule dans l’enceinte de la Grande Halle de la Villette (19ème arrondissement de Paris),…
lun 9 Déc 2013
Pendant le séminaire organisé au Palais du peuple de Pékin pour fêter le 30ème anniversaire de la coopération franco-chinoise dans le nucléaire civil, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, ont défendu le nucléaire qu'ils…
ven 12 Déc 2014
Si le chantier de Flamanville est le plus souvent évoqué pour les aléas de son calendrier, ce projet mené conjointement par EDF et Areva, est aussi source d'investissements et de développement économique local pour la région Basse-Normandie. Un engagement réaffirmé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.