Biomimétisme : des éoliennes plus chouettes et moins bruyantes - L'EnerGeek

Biomimétisme : des éoliennes plus chouettes et moins bruyantes

Chouette effraie en vol - Tyto alba - Luc ViatourCombinaisons de natation imitant la peau du requin, velcro inspiré de la Bardane… Le biomimétisme a permis à l’Homme d’améliorer sa vie quotidienne et de développer de nombreuses techniques. La dernière découverte en date a été faite par des chercheurs de l’Université de Cambridge, qui souhaitent s’inspirer des plumes des chouettes pour réduire les nuisances sonores des éoliennes. Pour cela, les scientifiques ont étudié le revêtement de ces plumes et l’ont imité.

 

Le revêtement des plumes des chouettes atténue le bruit de l’air contre leurs ailes

Les associations qui luttent contre l’installation d’éoliennes reprochent souvent aux aérogénérateurs d’être trop bruyants et de nuire au bien-être des habitants des territoires dans lesquels ils sont implantés. Ces résistances peuvent conduire à l’échec de l’installation de fermes éoliennes mais aussi au ralentissement de leur rythme de rotation (et donc à leur productivité).

Des chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, se sont donc posés la question suivante : comment réduire les nuisances sonores générées par les éoliennes ?

Pour y répondre, c’est de la nature que se sont inspirés les scientifiques, et plus précisément des plumes des grandes chouettes, capables de voler à la fois silencieusement et rapidement. Cette prouesse est due au revêtement des plumes de ces oiseaux chasseurs, analysé à l’échelle microscopique par les chercheurs. Plus précisément, les plumes des chouettes sont recouvertes d’un duvet, et équipées d’une sorte de peigne sur leur côté d’attaque, et d’un bord élastique et poreux de l’autre côté.

En conséquence, le bruit causé par le passage de l’air dans les plumes de la chouette est adouci. Il faut en effet se rappeler que le bruit provient du passage de l’air contre l’aile de l’oiseau ou contre la pale de l’éolienne. En réduisant cette turbulence, le bruit est lui aussi atténué.

Imiter la nature pour améliorer la technologie éolienne

Si les Hommes savaient depuis des siècles que les chouettes étaient capables de cette prouesse, jamais l’on avait pu savoir comment. Les microscopes et les avancées scientifiques permettent aujourd’hui de transposer cette capacité naturelle en technologie.

Les chercheurs britanniques ont donc cherché à reproduire le revêtement de l’aile de la chouette pour créer une nouvelle surface pour recouvrir les pales des éoliennes.

Les scientifiques ont créé grâce à l’impression 3D un revêtement comparable à un voile de mariée qui, une fois appliqué sur une pale d’éolienne et testé dans un tunnel à vent, aurait permis de réduire de 10 décibels le bruit de frottement avec l’air sans impacter les performances de la machine. Il reste encore à tester cette technique grandeur nature, sur une éolienne en fonctionnement.

Bien que cette technologie doive encore être améliorée, elle permet d’ouvrir des perspectives pour accélérer le développement des éoliennes, sans que cela n’engendre des nuisances pour leurs riverains.

Crédit photo : Luc Viatour

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 1 Mar 2019
Ce jeudi 28 février 2019, Isabelle Kocher continue de suivre sa feuille de route. Le géant français de l’énergie Engie (ex-GDF Suez) a fait plusieurs annonces lors de la présentation de ses résultats. La plus importante est peut-être celle concernant…
mar 6 Juin 2017
La stabilisation progressive du cadre réglementaire et économique de la filière éolienne en France continue de porter ses fruits. Après une année 2016 record, les professionnels du secteur ont enregistré au premier trimestre 2017 un taux de croissance exceptionnel des…
Le pétrole est la seule énergie qui, en 2015, a vu sa consommation augmenter dans les pays du G20, dans un contexte de ralentissement de la croissance et d'augmentation des préoccupations de sobriété énergétique. C'est du moins ce qu'affirme Enerdata,…
jeu 30 Juin 2016
Le réseau de chaleur de l’agglomération dijonnaise se développe avec l’installation, mercredi 29 juin, d’une 3ème chaudière biomasse à la chaufferie des Péjoces. Cet équipement, livré par Dijon Energies, filiale de Dalkia - elle-même appartenant au groupe EDF -, permettra…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.