Hausse du prix du carbone : quel impact en France? - L'EnerGeek

Hausse du prix du carbone : quel impact en France?

Centrale_thermique_photo_Philippe AlèsLes sénateurs de la Commission des affaires économiques, qui se sont penchés sur le projet de loi sur la transition énergétique jusqu’au 17 juin dernier, ont adopté en nouvelle lecture deux amendements qui fixent un objectif de prix pour les émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Dans le cadre de la “Contribution Climat Énergie”, la commission a fixé la valeur-cible de la tonne de carbone à 56 euros d’ici 2020, et à 100 euros d’ici 2030. Si ces mesures sont adoptées par l’Assemblée nationale, elle n’aurait toutefois qu’un impact mesuré sur les producteurs d’électricité français. 

L’instauration d’une telle tarification, qui mettrait fin à l’actuel prix trop faible pour être réellement dissuasif (environ 7 euros sur un marché européen du CO2 déréglé), fait écho aux revendications de plusieurs entreprises privées. Depuis plusieurs mois, de grands énergéticiens font en effet entendre leurs voix afin de réclamer une tarification claire et efficiente en termes d’émissions de CO2. L’objectif étant de réorienter les investissements dans des technologies bas carbone. Technologies dans lesquelles les énergéticiens hexagonaux, et plus spécifiquement les électriciens, sont en avance sur bon nombre de leurs voisins européens.

Grâce son un mix  décarboné à 90%, le premier concerné, EDF, ne serait que peu impacté par une telle tarification du carbone. En revanche, dans l’hypothèse où la mesure proposée par les sénateurs français était généralisée à l’échelle européenne,  elle constituerait une charge financière importante pour certains électriciens européens dont le parc de production est encore largement tributaire de matières fossiles polluantes (et notamment du charbon). Même l’Allemagne qui a pourtant largement entamé son tournant énergétique, dépend encore largement des énergies fossiles émettrices de CO2 pour produire son électricité.

Le cabinet londonien Carbon Market Data a publié, le 18 juin dernier, une étude centrée sur les émissions de CO2 des grandes entreprises européennes soumises au système d’échanges de quotas d’émissions. En raison d’un important parc de centrales à charbon, souvent vieilles et peu performantes sur le plan environnemental, les énergéticiens allemands RWE et E.ON occupent la première et la troisième place du classement des plus gros contributeurs.

“A elle seule, la centrale de Neurath que possède RWE près de la frontière hollandaise, a généré 32,4 millions de tonnes de dioxyde de carbone en 2014, soit plus de la moitié des émissions de l’ensemble des centrales thermiques d’EDF”, explique le Monde.

Toutefois, de manière générale, le facteur carbone des producteurs d’électricité européens a diminué de 7,6% en 2013, même si grandes disparités subsistent entre les différents groupes. Exploitant très majoritairement des sources à faible teneur en carbone (hydroélectricité, nucléaire, éolien, biomasse…), EDF peut se vanter d’être l’un des électriciens européens qui émet le moins de CO2 dans l’atmosphère : 17 grammes de dioxyde de carbone pour 1 kilowattheure produit en France (contre une moyenne européenne encore supérieure à 300 grammes par kWh).

Crédit photo : Philippe Alès

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
ven 3 Fév 2017
Aux Etats-Unis, la stratégie énergétique de Donald Trump continue de faire couler beaucoup d’encre. A l’heure de la transition énergétique, Washington réaffirme certes son attachement aux énergies fossiles, mais privilégie encore une fois l’indépendance nationale. Avec la construction du Dakota…
jeu 27 Juil 2017
Alors que le congrès des Etats-Unis adoptait mardi 25 juillet 2017, de manière unilatérale, de nouvelles sanctions contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord, la Commission européenne s’est déclarée de son côté, très inquiète des répercussions que pourraient…
lun 21 Août 2017
Que vous soyez acheteur potentiel ou vendeur d’une maison ou d’un bâtiment, connaître en détails la performance énergétique du logement en question est indispensable pour évaluer son prix et le coût des travaux éventuels qui seront à réaliser. Pas simple…
lun 7 Jan 2019
En dépit des sanctions américaines, la République Islamique d'Iran parvient à exporter son pétrole. C'est du moins ce qu'affirme son ministre du pétrole, Amir Hossein Zamani-Nia. Après les sanctions décidées par Donald Trump le 5 novembre 2018, le principal rival de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.