Nucléaire : une production mondiale en hausse en 2014 - L'EnerGeek

Nucléaire : une production mondiale en hausse en 2014

centrale_nucleaire_Chooz_photo_MOSSOTLe cabinet américain Platts a publié lundi 22 juin une étude sur la production nucléaire mondiale. Quels en sont les résultats et quelles perspectives peuvent être dressées pour les mois et les années à venir ?

 

Une production en hausse

La production mondiale d’énergie nucléaire a cru de 1% en 2014 (2,04 milliards de MWh) par rapport à 2013 (2,02).  Il s’agit du premier rebond en matière de production mondiale d’énergie nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima survenue en mars 2011.

Toutefois, ces résultats restent éloignés du pic atteint en 2006 (2,79 milliards de MWh). Rappelons qu’entre 2010 et 2014, le nombre de réacteurs nucléaires en activité a baissé – de 441 à 429.

Principal facteur d’explication de cette croissance, selon le cabinet Platts : la meilleure performance des centrales à travers le monde, due à une amélioration substantielle des processus de maintenance des réacteurs et à l’accroissement de leur fiabilité.

Sur les 429 réacteurs en activité dans le monde, 350 ont produit plus d’électricité en 2014 qu’en 2013. Parmi les dix tranches nucléaires les plus productives, trois sont françaises (dont Chooz-B2, numéro 1 avec 12,9 millions de MWh), quatre sont allemandes et trois américaines.

La plus grande croissance est observée aux Pays-Bas, où la seule centrale en activité a produit 42% d’électricité en plus que l’année précédente. A l’opposé, la production nucléaire argentine a chuté de 27% (deux unités nucléaires mises à l’arrêt pour maintenance en décembre) et celle de la Belgique de 21% (trois réacteurs sur sept momentanément hors service).

 

Des tendances contrastées

Les observations du cabinet Platts confirment une tendance déjà observée au cours de ces dernières années : la croissance de la production mondiale d’énergie nucléaire est – et continuera d’être – tirée par les pays en développement, qui sont à la recherche de nouvelles sources d’approvisionnement énergétique décarbonées pour alimenter en électricité des populations grandissantes et soutenir leur croissance économique sans augmenter leurs émissions de CO2.

Fin 2014, ce sont ainsi l’Argentine et l’Inde qui ont procédé à la mise en service de deux nouvelles tranches nucléaires. En 2015, la Corée du Sud sera également dotée d’un nouveau réacteur. Quant à la Chine, championne en la matière, elle construit actuellement 30 GW de capacités. En 2014, pas moins de trois unités sont entrées en service.

En revanche, dans les pays développés, la mise en place de processus de transition énergétique a conduit à l’arrêt de certains réacteurs. Au Japon, encore marqué par l’accident nucléaire de Fukushima et où les 48 réacteurs sont encore à l’arrêt, le redémarrage de certaines tranches se fera de manière très précautionneuse. L’Allemagne, engagée dans une sortie totale du nucléaire, procède quant à elle à l’arrêt progressif de ses centrales. Aux États-Unis, ce sont les faibles prix de l’électricité, engendrés notamment par une offre abondante due à l’émergence des gaz de schiste, qui ont causé la fermeture pour raison économique de deux unités de production nucléaire en 2013 et 2014.

Crédits photo : MOSSOT

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
mer 26 Avr 2017
Sur un marché mondial du démantèlement de plus en plus compétitif, le groupe français EDF affiche l’ambition de devenir un des leaders de la déconstruction nucléaire à l'international, et entend pour cela s'appuyer sur son expérience dans l'Hexagone. Premier réacteur…
jeu 12 Fév 2015
Le Premier ministre de l'État d'Australie-Méridionale a relancé le débat sur l'énergie nucléaire dimanche 8 février, en annonçant la constitution d'une Commission Royale en charge d'enquêter sur les coûts et les avantages de l'éventuelle utilisation de l'atome dans le mix…
ven 8 Sep 2017
Le 24 août 2017, l'Agence Internationale de l'Energie Atomique et les autorités du Kazakhstan ont inauguré une banque d'uranium. Une première à l'échelle mondiale car si certains pays sont déjà dotés de ce genre de banques, aucune organisation n'avaient jamais…
lun 21 Oct 2013
Déjà annoncé dans la presse au cours des derniers jours, l’accord entre EDF et Londres sur la construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR a été officialisé lundi 21 octobre. S’il doit encore obtenir l’aval de Bruxelles, le projet…

COMMENTAIRES

  • On se demande d’où Platts sort de tels chiffres, sans compter la grossière erreur sur les facteurs de capacité entre 2013 et 2014.

    Deux sources reconnues donnent la production mondiale d’électricité nucléaire : l’AIEA en valeur nette et BP en valeur brute.

    En 2006, c’était 2.660 TWh nets et 2.806 TWh bruts,
    En 2013 : 2.358 TWh nets et 2.490 TWh bruts,
    En 2014 : 2.410 TWh nets et 2.540 TWh bruts.

    On peut voir l’évolution de la situation au cours des dix dernières années, toute différente de celle des énergies renouvelables au cours de la même période, ici :

    http://energeia.voila.net/electri2/electricite_nucleaire_renouvelable.htm

    Ensuite, si le nombre de réacteurs en activité fin 2010 était bien de 441, il était de 438 fin 2014, pour une puissance à peine supérieure.

    Enfin, si l’Argentine a mis en service en 2014 un réacteur dont la construction a duré 33 ans (trente-trois), l’Inde n’a mis aucun réacteur en service cette année là (dates de connexion réelle au réseau).

    Maintenant, on attend de voir le même genre d’article, mais en plus sérieux, sur la progression du solaire photovoltaïque, celle du solaire thermodynamique (CSP), de l’éolien terrestre et en mer, de la biomasse, du biogaz, de la géothermie, de la petite et grande hydraulique …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.