L'hydrolienne D10 prête à être immergée au large de l'île d'Ouessant - L'EnerGeek

L’hydrolienne D10 prête à être immergée au large de l’île d’Ouessant

palembang_photo_defense.gouvC’est dimanche 21 juin, au terme d’une longue et impressionnante préparation, que l’hydrolienne D10 de la société bretonne Sabella a été chargée sur le Palembang, navire spécialisé dans le transport de charges lourdes. Ce dernier devrait quitter le port de Brest dans la journée de mardi 23 juin, direction le puissant courant du Fromveur, au large de l’île d’Ouessant, où sera installé cette première hydrolienne industrielle de conception française.

Ce ne sont pas moins de 40 personnes qui ont été mobilisées, samedi 20 juin, pour préparer le Palembang à recevoir l’hydrolienne D10 et le matériel qui sera nécessaire à son immersion dans les eaux du Finistère. Cette préparation a notamment nécessité le soutien du cargo Pilsum, lors du chargement d’un robot sous-marin.

Mais l’opération la plus délicate, l’embarquement de l’hydrolienne sur le Palembang, s’est déroulée le dimanche après-midi. Les deux grues hydrauliques de 450 tonnes du navire ont d’ailleurs étaient très utiles pour charger la D10 et ses 400 tonnes.

“Sur la structure bâbord de la coque, on met en place deux supports de 30 tonnes qui permettront de tenir la turbine sous l’eau avant sa mise à l’eau. Il faut aussi fixer et calibrer les systèmes de positionnement pour la mise à l’eau, ainsi que le système du robot sous-marin qui nous permettra de travailler sous l’eau”, a notamment expliqué Fanch Le Bris, le directeur général de Sabella.

L’hydrolienne devrait être immergée sur son site de production jeudi 25 juin au moment de la pleine mer. Elle sera déposée par 55 mètres de fond et reliée au câble électrique de deux kilomètres la reliant à l’île d’Ouessant, pour laquelle elle produira de l’électricité. Une fois totalement opérationnelle, elle devrait permettre de répondre à 15% des besoins en énergie électrique des 800 habitants de l’île.

Grâce à des capteurs installés sur sa structure métallique (hydrophones, courantomètres et caméras), la D10 permettra également de connaître plus précisément son impact sur la faune marine. Les données récoltées seront analysées par l’Ifremer, le centre marin Océanopolis ou le Parc naturel marin d’Iroise.

Crédit photo : defense.gouv

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
jeu 2 Nov 2023
Alors que le marché automobile sort de l'ombre de la pandémie, l'énergie électrique s'impose comme la vedette de la reprise. Octobre 2023 témoigne d'une croissance vigoureuse des immatriculations, notamment pour Renault qui s'illustre avec une hausse spectaculaire.   Une augmentation…
ven 22 Déc 2023
Du 11 au 13 juin 2024, la Semaine Européenne de l'Énergie Durable (EUSEW) rassemblera à Bruxelles et en ligne les acteurs clés de l'énergie durable pour promouvoir une transition énergétique juste et compétitive en Europe. Cette édition, mettant l'accent sur…
ven 16 Avr 2021
Plébiscitée pour répondre aux objectifs climatiques de la France, l’exploitation du bois comme source de chaleur présenterait-elle un risque de déforestation ? Selon les données des organismes publics, la filière bois-énergie ne nuirait pas à la croissance des forêts, ni…
mer 8 Fév 2023
Le vote du Sénat, mardi 7 février, a permis d’adopter définitivement le projet de loi d’accélération des énergies renouvelables. Ce texte doit permettre de construire plus rapidement fermes solaires et champs d’éoliennes. C’est par un vote massif de 300 sénateurs,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.