Technologies propres : les efforts en R&D insuffisants selon l'AIE - L'EnerGeek

Technologies propres : les efforts en R&D insuffisants selon l’AIE

Jasper - ferme photovoltaïque sud-africaine - ©SolarReserveL’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié lundi 3 mai un rapport intitulé “Les perspectives des technologies de l’énergie”, dans lequel elle rappelle la nécessité pour les pouvoirs publics de soutenir les efforts de recherche et développement dans le secteur de l’énergie. L’objectif ? Passer d’un modèle fortement carboné basé sur les combustibles fossiles à un système décarboné, basé sur les énergies renouvelables et une efficacité énergétique renforcée.

 

Le constat

A ce jour, le secteur de l’énergie, mobilisé pour produire du chauffage, de la climatisation et de l’électricité, représente deux tiers des émissions mondiales de CO2. En particulier, des secteurs énergivores tels que celui du bâtiment et des installations industrielles (40% de la consommation finale d’énergie à l’échelle mondiale) ou des transports (27%) sont alimentés par des ressources fossiles fortement carbonées et polluantes (charbon, gaz, pétrole) – à hauteur de 70% selon les estimations de l’AIE.

Pour cette raison, l’Agence préconise de réduire la part des combustible fossiles et d’augmenter, de manière concomitante, celle des énergies renouvelables. Certes, au cours des dernières années, le photovoltaïque et l’éolien terrestre ont connu une progression, aussi bien en termes de technique que de capacités installées. Mais l’AIE déplore que “le déploiement des centrales électriques à combustibles fossiles (et notamment au charbon) ne montre pour l’instant aucun signe de fléchissement”. L’Agence rappelle ainsi que les énergies renouvelables sont devenues de plus en plus compétitives, voire même – dans certaines régions – moins chères que les autres sources d’énergie, “ce qui était inimaginable il y a seulement une décennie”.

Certes, les dépenses publiques mondiales de recherche et développement ont augmenté dans le secteur de l’énergie. Mais en chiffres absolus seulement, car leur part (relative) dans les dépenses totales de recherche et développement, c’est-à-dire dans tous les secteurs confondus, sont passées de 11% au début des années 1980 à 3 ou 4% depuis les années 2000, d’après les estimations de l’AIE.

 

Quelles solutions ?

Partant de ce constat, l’Agence juge nécessaire de tripler l’effort public en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. “Il est réaliste et économiquement bénéfique de se diriger vers un système énergétique à bas carbone”, explique-t-elle. Une sentence qui prend une résonance particulière à quelques mois seulement de la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris.

“Le plus grand défi, et de loin, réside dans une transition massive vers la production d’électricité décarbonée”, selon l’AIE, pour qui l’objectif consistant à limiter la hausse moyenne de la température du globe à 2 degrés d’ici la fin du siècle “exige de réduire l’intensité moyenne des émissions de carbone liées à la production d’électricité dans le monde de plus de 90%”.

Certes, le soutien des pouvoirs publics est et sera essentiel pour contribuer à l’essor des énergies décarbonées à l’échelle mondiale, mais il faudra aussi compter sur celui du secteur privé. En Chine ou au Brésil, par exemple, les pouvoirs publics ont eu recours à des emprunts à bas coûts pour financer des technologies propres de production d’énergie. “Les gouvernements ne seront pas en mesure à eux seuls d’assurer ce niveau d’investissement, il est donc indispensable de mobiliser les capitaux du secteur privé”, note l’AIE.

Les pays émergents seront, selon l’Agence, des laboratoires particulièrement intéressants ou seront expérimentées les prochaines innovations énergétiques, dans la mesure où c’est précisément dans ces pays-là que la demande d’énergie augmente fortement et que les infrastructures de production restent à bâtir. L’AIE escompte à cet égard l’aide des pays de l’OCDE aux pays émergents, via notamment des transferts de technologies.

Crédits photo : SolarReserve

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
mar 19 Avr 2016
Grâce à une politique environnementale axée depuis de nombreuses années sur les énergies renouvelables, Besançon a été la première commune de France à obtenir le label européen Cit'ergie GOLD en 2012. Une reconnaissance qui n'a pas empêché la préfecture du…
jeu 17 Sep 2015
Le ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie a publié mardi 15 septembre le projet de décret concernant le nouveau mécanisme de soutien aux énergies renouvelables (article 104 de la loi sur la transition énergétique pour la croissance…
lun 24 Avr 2017
A l'instar du groupe EDF en 2016, le français Engie se lance lui aussi sur le marché des énergies renouvelables chinois. L'énergéticien a annoncé avoir signé mardi 18 avril à Shanghai, un accord pour une prise de participation à hauteur…
lun 10 Avr 2017
A la suite du projet Solar Impulse qui a vu un avion exclusivement alimenté à l'énergie solaire boucler le tour du monde, c'est au tour du transport maritime de faire preuve d'audace et d'innovation en matière énergétique. Le projet Energy…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.