La France et l'Inde renforcent leur partenariat énergétique - L'EnerGeek

La France et l’Inde renforcent leur partenariat énergétique

accord_france_indeLa visite officielle du Premier ministre indien Narendra Modi aura été des plus fructueuses pour le gouvernement français qui a signé à cette occasion une série d’accords dans les secteurs militaire, des transports ou de la recherche spatiale et relancé du même coup une coopération nucléaire ralentie. Le groupe Areva a en effet profité de ce nouvel élan dans les relations franco-indiennes pour concrétiser la signature de nouveaux accords autour du projet indien d’EPR.

Présentés par l’Elysée comme une étape cruciale dans le projet de construction par Areva de six réacteurs EPR sur le site de Jaitapur au Sud de Bombay, sur la côte occidentale de l’Inde, les nouveaux accords signés le vendredi 10 avril dernier par le groupe industriel français avec les fournisseurs indiens Larsen & Toubro et Nuclear Corporation of India Limited (NPCIL) relancent en effet un projet en panne depuis plusieurs années.

Signé en 2010 avec la NPCIL, l’accord cadre pour la construction des deux premiers réacteurs d’une valeur estimée à 7 milliards d’euros n’avait en effet que peu évolué en raison de dissensions entres les groupes français et indien sur le prix de rachat de l’électricité.

Dans une déclaration conjointe, le président français François Hollande et le Premier ministre indien Narendra Modi se sont donc “félicités de la signature du mémorandum d’entente entre L&T et Areva qui élargira le champ de la coopération industrielle, ainsi que de la conclusion d’un accord sur les études techniques d’avant-projet” et ont fortement encouragé “leurs entreprises commerciales à faire aboutir dans les meilleurs délais les négociations technico-commerciales” sur ce projet, “en tenant dûment compte de la viabilité du projet et dans le cadre d’un partenariat ambitieux pour les gros composants et les composants critiques”.

Les accords signés par le groupe Areva concernent notamment la fabrication en Inde de composants des réacteurs EPR en collaboration avec L&T et les étapes de “pré-ingénierie” en partenariat avec la NPCIL en vue de la certification du réacteur en Inde.

Toujours sur le plan énergétique, la visite Narendra Modi fut également l’occasion de renforcer la collaboration entre la France et l’Inde via un nouvel accord de partenariat scientifique et industriel en matière d’énergies renouvelables. Le gouvernement français souhaiterait en effet accentuer la présence en Inde des entreprises françaises, qui produisent déjà 10% de l’énergie solaire indienne.

Le groupe EDF EN par exemple, filiale du groupe EDF spécialisée dans les énergies renouvelables, est déjà très présent sur le marché indien de l’énergie solaire via sa prise de participation dans la société ACME Solar et la signature fin 2014 d’un accord avec la compagnie Tata Power Solar, fournisseur de modules photovoltaïques.

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
mer 25 Nov 2015
Si l’un des principaux enjeux de la transition énergétique consiste aujourd'hui à favoriser l’intégration des énergies renouvelables intermittentes (tels que l’éolien et le solaire) dans le réseau électrique national, cette ambition reste conditionnée au développement de nouvelles technologies efficientes en…
mer 9 Nov 2016
Entre la remise en cause de l'accord de Paris sur le climat, la levée des restrictions à la production d'énergies fossiles et la suppression de l'Agence américaine de protection de l'environnement, la politique climatique et environnementale de Donald Trump est…
mar 4 Mar 2014
Le drapeau de la Russie a été hissé sur le Parlement de Crimée, péninsule du sud de l'Ukraine, dans la ville de Simferopol. Le parlement russe a voté à l'unanimité une intervention sur le sol ukrainien. Barack Obama a mis…
mer 13 Jan 2021
Le projet Hercule, toujours en cours de négociations entre la Commission Européenne et le gouvernement français, prévoit de scinder EDF en trois sociétés distinctes, séparant en trois les activités du groupe : le nucléaire, les renouvelables, les barrages hydro-électriques. Craignant…

COMMENTAIRES

  • Fin 2012, le coût de construction d’un réacteur nucléaire EPR n’était déjà plus de 3,5 Md € pièce, mais 8,5 Md €.

    http://energeia.voila.net/nucle/reacteurs_trop_chers.htm

    Avec les nouveaux retards, le coût sera encore augmenté, tout comme le coût du kWh d’électricité produite : plus de 11 c€/kWh.

    Plus cher que le coût de production d’une nouvelle centrale photovoltaïque en Allemagne.

    L’Inde a aussi un très grand programme d’investissement dans le solaire, beaucoup plus rapide à mettre en oeuvre que le nucléaire : 100 GW (100.000 MW) pour 2022.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.