Des cellules solaires conçues à partir de coquilles de crevettes ? - L'EnerGeek

Des cellules solaires conçues à partir de coquilles de crevettes ?

illustration_photo_Philippe GuillaumeLes chercheurs de la prestigieuse Université Queen Mary de Londres, ont réussi un tour de force sans précédent dans le domaine de la biochimie : créer des cellules solaires opérationnelles à base de composants chimiques issus des coquilles de crevettes. Cette technologie photovoltaïque est ainsi capable de générer de l’électricité, bien que ses rendements soient encore trop faibles pour songer à en généraliser l’utilisation dans l’électronique grand public.

Les chercheurs de l’Université Queen Mary de Londres ont identifié dans les coquilles de crustacés tels que la crevette et le crabe, deux biopolymères capables de rentrer dans la composition de cellules solaires : la chitine et le chitosan. Ces deux substances possèdent deux caractéristiques primordiales au regard des enjeux environnementaux de notre époque : ils sont biodégradables et biorésorbables.

En plus d’être respectueux de l’environnement et disponible en grandes quantités dans la nature et les élevages, ces composants permettraient d’améliorer la rentabilité de la fabrication des cellules, en raison de leur moindre coût de production comparés à des métaux tels que le ruthénium, actuellement utilisés dans la conception de cellules solaires nanostructurées.

En raison de ces caractéristiques avantageuses, les chercheurs britanniques se sont lancés dans la conception de cellules solaires à base de ces deux polymères. Pour ce faire, ils ont tout d’abord utilisé un processus de carbonisation hydrothermale pour créer des points quantiques de carbone, qu’ils ont ensuite habillés de nanotubes d’oxyde de zinc.

Le principal inconvénient de ces cellules solaires à base de matériaux issus de la biomasse reste leur rendement. Toutefois, s’il venait à être amélioré, ces cellules pourraient tout à fait être placées dans les chargeurs de nos smartphones, tablettes et autres objets connectés.

Ces chercheurs universitaires ont même poussé plus loin leurs travaux : “nous avons également utilisé la biomasse, en l’occurrence des algues, pour mettre au point un genre de supercondensateurs capable de stocker de l’énergie dans le domaine de l’électronique grand public et dans les défibrillateurs ainsi que de récupérer de l’énergie dans les véhicules”, explique Magdalena Titirici, professeur à l’Université Queen Mary de Londres.

Crédit photo : Philippe Guillaume

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
lun 30 Nov 2015
Au début de l’année 2015, EDF Energies Renouvelables ouvrait une filiale au Brésil. Désormais, EDF EN do Brasil entend poursuivre son développement. Il y a quelques jours, l’entreprise a notamment remporté un contrat concernant la fourniture d'électricité de long terme…
mer 24 Juin 2015
Comme chaque été depuis près de 20 ans, EDF s'engage à assurer la sécurité du public aux abords de ses aménagements hydroélectriques. Pour la saison estivale 2015, ce ne sont pas moins de 160 hydroguides qui vont être mobilisés dans…
lun 23 Déc 2013
Saisie par le Conseil d'Etat, lui-même saisi par une association anti-éoliennes, la Cour de Justice européenne devait se pencher sur la question de l'obligation d'achat de l'énergie éolienne à tarif fixe en France. Jeudi 19 décembre, la Cour de Justice…
jeu 28 Jan 2016
Avec le lancement du projet R&D Airmes, l’objectif est de permettre à des drones de surveiller les réseaux de grandes entreprises comme la SNCF ou EDF. Si les travaux de l’entreprise toulousaine Eurogiciel se concrétisent, la surveillance de plusieurs infrastructures…

COMMENTAIRES

  • je suis très stupéfait pour cette nouvelle découverte. Entant qu’étudiant je vous encourage car le ,onde d’aujourd’hui doit être différent du ,onde d’hier tout an conservant la nature.

    Répondre
  • je suis très stupéfait pour cette nouvelle découverte. Entant qu’étudiant je vous encourage car le monde d’aujourd’hui doit être différent du monde d’hier tout an conservant la nature.

    Répondre
  • Tout ce que je viens de lire : les fermes de cellules photos voltaïques, l’intégration de vibrations sonores pour augmenter la puissance des panneaux voltaïques, les nouveaux matériaux, à usage usuel, la découverte des biopolymeres etc…. Me fait penser que mes petits enfants (10 et 13- 16 ans) doivent découvrir et etre sensibilises a toutes ces promesses porteuses de progrès, afin d’avoir envie d’apprendre, et d’entrer avec enthousiasme dans leur époque ! Ils habitent Toulouse, où dois-je les conduite ? Pouvez-vous m’indiquer des lieux, des personnes capables d’aiguiser leur curiosité et aussi la notre ? Nous ne reculons pas devant les kilomètres. Merci de me répondre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.