Quelles retombées économiques pour les futurs chantiers de Cattenom ? - L'EnerGeek

Quelles retombées économiques pour les futurs chantiers de Cattenom ?

centrale_cattenom_photo_ Lourenço TomásSituée à quelques 5 kilomètres de la commune de Thionville, dans le département de la Moselle, la centrale nucléaire de Cattenom affiche une puissance de près de 5.500 MW grâce à ses 4 réacteurs mis en service entre 1986 et 1991. Septième installation électronucléaire au monde en matière de puissance, elle sera le théâtre d’une visite décennale d’inspection en 2016. À cette visite décennale s’ajoutent deux visites partielles ainsi que les travaux liés au programme de sûreté post-Fukushima initié en 2014.

De plus, sur la période 2016-2025, la centrale nucléaire de Cattenom nécessitera quasiment un milliard d’euros d’investissement en travaux de maintenance et de modernisation : un grand carénage qui va mobiliser un nombre important d’entreprises tricolores. Pour préparer ce projet industriel d’envergure, EDF a organisé le 11 mars dernier à Thionville-Yutz, un speed dating d’entreprises. L’objectif : mettre en lien les donneurs d’ordres et les entreprises de la filière nucléaire, notamment les locales.

 

Un défi industriel et humain majeur

C’est au cours de l’été 2016 que va avoir lieu la visite décennale du réacteur 1 de la centrale de Cattenom. Une visite de contrôle des opérations et des équipements, qui sera effectuée par l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Les résultats de cette inspection permettront d’envisager la poursuite de l’exploitation de cette unité pour une durée supplémentaire de 10 ans.

Afin d’assurer le bon déroulement de cette visite décennale, EDF va lancer entre mai et septembre 2016 un projet industriel d’envergure qui vise à améliorer les performances et à rénover les infrastructures de ce site nucléaire d’envergure. Un chantier qui va nécessiter quelques 3.000 collaborateurs supplémentaires, en plus des 1.400 salariés qui travaillent actuellement sur le site de la centrale de Cattenom.

Mais c’est un chantier bien plus important qui attend le site de Cattenom avec le grand carénage, un ensemble de travaux de maintenance lourde destiné à prolonger la durée de vie du site. Si la rénovation des alternateurs a d’ores et déjà débuté en Moselle, le chantier que va entreprendre EDF au cours de la décennie à venir prévoit également le remplacement des générateurs de vapeur, la rénovation du contrôle des commande ainsi que le changement des pales des principaux transformateurs et des stators des alternateurs.

 

Un speed dating d’entreprises

Un événement aussi important que le grand carénage se prépare évidement longtemps à l’avance. Afin de faire se rencontrer les entreprises a qui certains marchés ont déjà été attribués et leurs futurs sous-traitants, l’électricien EDF et le Groupement des Industriels de Maintenance de l’Est (Gimest) ont organisé un speed dating, le 11 mars 2015, dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Thionville-Yutz.

Une rencontre qui a attiré plus de 230 entrepreneurs français et luxembourgeois alors que les organisateurs n’en attendaient que 180. Des petites PME locales aux grands groupes industriels, divers postulants se sont déplacés pour prendre connaissance des modalités de ce futur défi industriel et humain. Toutefois, aucun contrat n’a été signé : la rencontre avait pour objectif d’amorcer une première rencontre entre les acteurs du projet.

Ce chantier affiche donc de belles perspectives en termes de retombées économiques pour la Grande région Lorraine. Si la centrale de Cattenom a permis de produire 8% de l’électricité française l’année dernière (36,1 TWh d’électricité), elle est également une importante source de revenus pour les entreprises de la région : en 2014, les opérations habituelles de maintenance ont généré quelques 64 millions d’euros de revenus pour les entrepreneurs locaux.

Crédit photo : Lourenço Tomás

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
mar 29 Août 2017
"On n'a pas de pétrole mais on a des idées"… Après le choc pétrolier de 1973, la France cherche à réduire sa dépendance vis-à-vis de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), se souvient Olivier Appert en évoquant l’origine de…
jeu 28 Nov 2013
Selon les informations de l’Usine Nouvelle, la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, en Ardèche, va investir 140 millions pour l’acquisition de générateurs de vapeur fabriqués par Mitsubishi. Ces générateurs sont destinés à remplacer ceux de la tranche numéro 4 de la…
mer 28 Oct 2015
Alors que l’Angleterre entame le renouvellement de son parc nucléaire, la France envisage à son tour de remplacer ses réacteurs. Selon les prévisions de l’exploitant EDF, en 2050, le pays sera équipé d’une trentaine d’EPR NM (nouveau modèle). (suite…)
lun 26 Fév 2018
Alors que l’énergie nucléaire représente déjà la deuxième source d’énergie décarbonée du pays (l’atome fournit environ 16 % du total des besoins en électricité du Canada et près de 60 % en Ontario), Ottawa semble désireux de poursuivre son développement…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.