Pourquoi les réseaux européens se préparent à l’éclipse du 20 mars ? - L'EnerGeek

Pourquoi les réseaux européens se préparent à l’éclipse du 20 mars ?

Solar_eclipse_22_July_2009_taken_by_Lutfar_Rahman_Nirjhar_from_BangladeshDans la matinée du 20 mars 2015, le soleil disparaitra du ciel d’Europe pendant quelques minutes, masqué par la Lune. Cette éclipse sera totale dans le Nord de l’Europe et partielle en France. Enthousiasmant pour les passionnés d’astronomie, mais beaucoup plus inquiétant pour les gestionnaires des réseaux de transport d’électricité ! En effet, en raison de la place désormais prise par le photovoltaïque dans l’approvisionnement électrique du Vieux Continent, les réseaux risquent de subir, en cas de temps clair, des variations importantes de la production durant l’éclipse. Pour réduire le risque de coupure, les gestionnaires de réseaux se préparent depuis plusieurs mois.

L’Europe privée de 35 000 MW de capacité

Le 20 mars 2015, les Européens pourront observer une éclipse solaire, qui sera totale dans les pays du Nord et partielle dans les pays du Sud du continent. Cependant, ce phénomène astronomique pourrait être la cause de dysfonctionnements du réseau électrique puisque ce dernier est de plus en plus alimenté grâce aux panneaux photovoltaïques, qui cesseront de fonctionner durant l’éclipse.

Une situation qui servira de test au niveau européen, puisque les énergies renouvelables (et donc le photovoltaïque) se sont considérablement développées depuis la dernière grande éclipse solaire européenne en 1999. Certains pays comme l’Allemagne, où le solaire est très utilisé, pourraient être particulièrement affectés.

L’Europe pourrait être privée d’environ 35 000 MW de capacité de production d’électricité, soit l’équivalent de 80 unités de production conventionnelles de taille moyenne. Une variation de la puissance qui n’aura toutefois lieu qu’en cas de temps clair (un temps nuageux réduirait l’impact de l’éclipse sur la production d’électricité solaire) et qui se fera de manière progressive, au fil de l’avancée de la Lune devant le Soleil.

Le creux de production d’électricité pourrait, dans le pire des cas, engendrer une situation de pénurie et causer des difficultés d’approvisionnement. L’ENTSOE souligne un risque d’effet « en cascade » puisque chaque pays risque de puiser dans les ressources du voisin au fur et à mesure de l’avancée de l’éclipse. Et ce de manière bien plus importante que lors des variations habituelles de la météo.

Les gestionnaires de réseaux se préparent à faire face au risque

Une étude publiée par le réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité et de gaz (ENTSOE) est venue présenter, à la fin du mois de février, les risques encourus par les réseaux européens mais aussi les moyens mis en œuvre pour éviter les incidents.

Toutefois, ce risque ne doit pas être surestimé puisque le photovoltaïque ne représente aujourd’hui qu’une petite partie de la production électrique européenne (1,1% de la production française par exemple contre environ 5% outre-Rhin). De plus, d’autres modes de production comme le nucléaire, l’hydraulique ou le thermique pourront venir compenser un éventuel manque d’électricité.

L’éclipse sera finalement l’occasion pour les gestionnaires de réseaux européens de mettre en place des systèmes de coordination pour adapter le niveau d’offre à la demande. La préparation à cet évènement a débuté il y a plusieurs mois : des formations spéciales ont été réalisées pour accroître le niveau de coordination des équipes et faciliter la communication entre les gestionnaires. Des salles de contrôle seront mises en place le 20 mars pour assurer une bonne communication à travers le continent.

Les gestionnaires de réseaux auront donc les yeux rivés sur leurs écrans de contrôle durant l’éclipse. Les nôtres pourront observer le phénomène astronomique, mais attention à bien être équipé ! Les rayons UV lors de l’éclipse peuvent endommager la rétine de nos yeux, et il sera donc nécessaire de porter des lunettes adaptées pour observer l’éclipse.

Crédit photo : Lutfar Rahman Nirjhar

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 17 Avr 2014
  Bien que le groupe EDF ait récemment été sélectionné par Londres pour construire deux réacteurs EPR, son action outre-Manche ne se résume pas à l’énergie nucléaire. En témoigne le lancement de deux nouvelles installations mercredi : le parc éolien…
ven 27 Mar 2015
Les chercheurs de la prestigieuse Université Queen Mary de Londres, ont réussi un tour de force sans précédent dans le domaine de la biochimie : créer des cellules solaires opérationnelles à base de composants chimiques issus des coquilles de crevettes.…
jeu 27 Août 2015
Des chercheurs australiens de l’université de Monash, à Melbourne, ont battu le record d’efficacité de la production d’hydrogène à partir d’eau grâce à la lumière du soleil. Leur feuille artificielle réalise une véritable photosynthèse qui permet, à l’aide de l’énergie…
mar 14 Nov 2017
Disposant de ressources hydroélectriques et renouvelables considérables, la Guyane entend bien profiter de ce potentiel pour réduire sa dépendance aux combustibles fossiles et atteindre d'ici 2030 l'autonomie énergétique. A l'occasion de son déplacement dans la région du 26 au 28…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.