Ségolène Royal ne veut pas de "postures idéologiques" sur le nucléaire - L'EnerGeek

Ségolène Royal ne veut pas de “postures idéologiques” sur le nucléaire

segolene_royal_photo_Parti socialisteLa relecture du projet de loi sur la transition énergétique par les sénateurs français s’est achevée jeudi 19 février. Le volet nucléaire de ce texte prévoyait, conformément à la promesse de campagne de François Hollande, de réduire la part du nucléaire de 75% à 50% dans le mix électrique tricolore d’ici à 2025. Cette date butoir a cependant été supprimée par le Sénat qui prévoit désormais, sans davantage de précisions, “de viser à terme” cet objectif.

“La date en effet n’est plus précisée, c’était la date à l’horizon 2025 mais d’une certaine façon elle se trouve quand même dans cette loi, puisque ce qui a été voté également c’est la part de 40% d’énergies renouvelables dans l’électricité à l’horizon 2030, on n’en est pas loin”, a expliqué Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, interrogée à ce sujet sur les ondes de BFM TV RMC.

Ne voulant pas que la loi de transition énergétique soit réduite à la seule question du nucléaire par des “gens qui sont sur des postures idéologiques”, Mme Royal a rappelé que le texte comprenait également tout “un chapitre sur la montée en puissance des énergies renouvelables et de l’énergie circulaire”.

L’ensemble du texte de loi sera soumis au vote solennel du Sénat de 3 mars prochain. Une commission mixte paritaire (7 députés et 7 sénateurs) sera ensuite réunie pour tenter d’aboutir à un texte commun.

Par ailleurs, la ministre a également réagi au sujet de l’annonce faite par Areva d’une perte nette de près de 5 milliards d’euros pour l’exercice 2014. Ces résultats, des “éléments financiers préliminaires et non audités”, ne seront toutefois validés et arrêtés par le Conseil d’Administration du groupe qu’à la date du 3 mars.

“L’avenir d’Areva passe par la constitution de synergies entre le géant public français du nucléaire, EDF, et le Commissariat à l’Energie Atomique”, a estimé la ministre de l’Écologie, qui s’est exprimé sur ce sujet aux micros des journalistes. “Ma préoccupation en tant que ministre chargée de l’Energie c’est de constituer une filière forte du nucléaire en créant des synergies et cela, c’est très nouveau, entre EDF, Areva et le Commissariat à l’énergie atomique”, explique Mme Royal qui a également précisé que le gouvernement n’avait pour l’instant pas encore envisagé une augmentation de capital pour redresser les fonds propres d’Areva.

Crédit : Parti socialiste

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
lun 25 Nov 2013
Réalisées par des chimistes employés par EDF, les tournées environnement consistent à effectuer des mesures quotidiennes dans l’environnement immédiat des centrales, afin de s’assurer qu’elles ne sont à l’origine d’aucun rejet radioactif anormal dans l’atmosphère.       [stextbox id="info"]Des…
dim 8 Nov 2015
Longtemps considérée comme le mauvais élève de la lutte contre le changement climatique, la Chine s'engage progressivement pour l'environnement et l'instauration d'un développement économique plus durable. Le futur poids lourd du marché mondial de l'énergie propose en effet de nombreuses…
jeu 10 Oct 2013
Le déplacement d’Arnaud Montebourg en Turquie n’a pas seulement vocation à réchauffer les relations entre la France et la Turquie, tendues depuis ces dernières années, d’une part en raison du refus d’Ankara de reconnaître le génocide arménien, d’autre part car la France…
lun 13 Juin 2016
Le 10 juin dernier, le royaume de Suède a décidé de renforcer son industrie nucléaire. En 2019, le gouvernement ne prélèvera donc pas la taxe sur la production d’électricité issue de l'atome, afin de permettre à l’entreprise publique Vattenfall de moderniser…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.