Allemagne : fin de la course à la méthanisation - L'EnerGeek

Allemagne : fin de la course à la méthanisation

Sonsbeck_-_Mais_01_iesDepuis les années 2000, l’Allemagne a vu ses agriculteurs se transformer en producteurs de méthane, grâce à un généreux système de subvention de l’électricité produite. Une pratique qui a conduit à des dérives mais qui a aussi permis à ce pays de disposer d’une très importante capacité de production d’électricité grâce au méthane (4000 MW). Toutefois, l’intérêt pour la production de biogaz par les agriculteurs allemands devrait s’estomper, puisque de récentes réformes sont venues limiter les subventions versées.

Dans les années 2000, l’Allemagne a mis en place de généreux systèmes de soutien à la production d’énergies renouvelables. Plus précisément, la loi EEG votée en 2000 fixe un prix de rachat supérieur à celui du marché pour les kWh produits à partir des énergies vertes. A ce tarif fixe vient s’ajouter une subvention pour la production de méthane à partir de plantes.

Les agriculteurs allemands ont naturellement profité de ce système avantageux pour transformer leur activité. Résultat : l’Allemagne dispose aujourd’hui de 4000 MW de capacité de production d’électricité à partir du biogaz (soit 2% du parc de production national), principalement grâce aux installations agricoles. Plus d’un million de foyers bavarois sont par exemple alimentés en électricité grâce à ce système.

Toutefois, la grande rentabilité de la production de méthane a conduit à des dérives telles que la création d’une bulle spéculative sur les terres agricoles. Dans le Nord de l’Allemagne, un hectare de terre se négociait autour de 80.000€ l’hectare en 2012.

Une autre dérive a consisté à importer du maïs (principal combustible utilisé) de Pologne ou de République Tchèque pour alimenter les méthaniseurs et produire plus d’électricité subventionnée. Enfin, tout cela est sans compter les effets négatifs sur le paysage et sur les finances publiques d’une telle ruée vers les subventions.

En 2013/2014, ce ne sont pas moins de 4,3 milliards d’euros de revenus supplémentaires qui ont été générés par les agriculteurs allemands grâce au biogaz.

Cette spéculation devrait cependant prendre fin cette année. Depuis 2012 déjà, la quantité de maïs pouvant être utilisée comme matière première des méthaniseurs est limitée à 60%. Par ailleurs, depuis une loi votée en 2014, les subventions ne sont plus versées au-delà d’un plafond de 100 kW de capacité.

Cette loi ne s’appliquant qu’aux nouvelles installations, l’Allemagne se dirige donc vers une stabilisation de sa production de méthane, mais elle devrait également pouvoir limiter les effets pervers de cette politique de soutien à la méthanisation.

Crédit photo : Frank Vincentz

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 29 Mai 2017
BiodiversiTerre, une œuvre végétale de près de 10.000 m² investira l’une des plus célèbres avenues parisiennes les 3, 4 et 5 juin 2017 dans le cadre d’un projet inédit soutenu par la Ville de Paris. Cet événement mis en scène…
mar 18 Juil 2017
Dans le cadre d’une longue interview accordée au journal Ouest-France et publiée dimanche 16 juillet 2017, le ministre de la Transition écologique et solidaire a tenu à réaffirmer sa "foi absolue" dans les énergies renouvelables et sa volonté d’assurer leur…
jeu 3 Déc 2015
Le réseau français RS2E, qui réunit chercheurs et industriels, a dévoilé le vendredi 27 novembre dernier le premier prototype de batterie sodium-ion. Une technologie avancée présentant des caractéristiques similaires aux batteries lithium-ion actuellement exploitées dans les secteurs de la téléphonie…
ven 25 Avr 2014
Le gouvernement britannique a validé ce mercredi 23 avril huit projets d’énergie renouvelable destinés à améliorer toujours plus la part des renouvelables dans la production d’électricité en Grande Bretagne. Selon les objectifs fixés, celle-ci devrait atteindre 30 % à l’horizon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.