Allemagne : fin de la course à la méthanisation - L'EnerGeek

Allemagne : fin de la course à la méthanisation

Sonsbeck_-_Mais_01_iesDepuis les années 2000, l’Allemagne a vu ses agriculteurs se transformer en producteurs de méthane, grâce à un généreux système de subvention de l’électricité produite. Une pratique qui a conduit à des dérives mais qui a aussi permis à ce pays de disposer d’une très importante capacité de production d’électricité grâce au méthane (4000 MW). Toutefois, l’intérêt pour la production de biogaz par les agriculteurs allemands devrait s’estomper, puisque de récentes réformes sont venues limiter les subventions versées.

Dans les années 2000, l’Allemagne a mis en place de généreux systèmes de soutien à la production d’énergies renouvelables. Plus précisément, la loi EEG votée en 2000 fixe un prix de rachat supérieur à celui du marché pour les kWh produits à partir des énergies vertes. A ce tarif fixe vient s’ajouter une subvention pour la production de méthane à partir de plantes.

Les agriculteurs allemands ont naturellement profité de ce système avantageux pour transformer leur activité. Résultat : l’Allemagne dispose aujourd’hui de 4000 MW de capacité de production d’électricité à partir du biogaz (soit 2% du parc de production national), principalement grâce aux installations agricoles. Plus d’un million de foyers bavarois sont par exemple alimentés en électricité grâce à ce système.

Toutefois, la grande rentabilité de la production de méthane a conduit à des dérives telles que la création d’une bulle spéculative sur les terres agricoles. Dans le Nord de l’Allemagne, un hectare de terre se négociait autour de 80.000€ l’hectare en 2012.

Une autre dérive a consisté à importer du maïs (principal combustible utilisé) de Pologne ou de République Tchèque pour alimenter les méthaniseurs et produire plus d’électricité subventionnée. Enfin, tout cela est sans compter les effets négatifs sur le paysage et sur les finances publiques d’une telle ruée vers les subventions.

En 2013/2014, ce ne sont pas moins de 4,3 milliards d’euros de revenus supplémentaires qui ont été générés par les agriculteurs allemands grâce au biogaz.

Cette spéculation devrait cependant prendre fin cette année. Depuis 2012 déjà, la quantité de maïs pouvant être utilisée comme matière première des méthaniseurs est limitée à 60%. Par ailleurs, depuis une loi votée en 2014, les subventions ne sont plus versées au-delà d’un plafond de 100 kW de capacité.

Cette loi ne s’appliquant qu’aux nouvelles installations, l’Allemagne se dirige donc vers une stabilisation de sa production de méthane, mais elle devrait également pouvoir limiter les effets pervers de cette politique de soutien à la méthanisation.

Crédit photo : Frank Vincentz

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 11 Oct 2016
Exploitée par EDF, la centrale hydraulique de Revin se modernise afin de prolonger sa durée de fonctionnement. Depuis 2014 et le début des travaux, l’électricien a dépensé 15 millions d’euros afin notamment de rénover l'une des quatre turbines-pompes de l’installation.…
jeu 30 Mai 2013
L’été dernier, plusieurs incendies ont été déclarés à cause d’installations photovoltaïques. La saison estivale approchant, il est temps de faire le point sur les dangers liés à la pose de panneaux solaires, notamment sur les toits des particuliers. Il y…
mar 16 Oct 2018
Mis entre parenthèses depuis plusieurs mois du fait des incertitudes qui pesaient sur la filière éolienne offshore française, le projet havrais d’usines d’éoliennes devrait finalement se concrétiser. Le groupe Siemens Gamesa et le Grand Port Maritime du Havre (GPMH) ont…
mar 11 Oct 2016
Soucieux d'accélérer la transition énergétique et de réduire les émissions françaises de dioxyde de carbone, un groupe d'habitants de la ville de Toulouse a décidé de s'unir pour développer localement, en plein cœur de la ville rose, les énergies renouvelables.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.