L'Inde et les Etats-Unis pourraient relancer leur coopération nucléaire - L'EnerGeek

L’Inde et les Etats-Unis pourraient relancer leur coopération nucléaire

Narendra_Modi_Barack_ObamaEn visite officielle en Inde la semaine dernière, le président américain Barack Obama s’est affiché tout sourire aux côtés du premier ministre indien Narendra Modi. Un sourire de circonstance qui en dit long sur les avancées et les nouvelles perspectives de coopération dans le domaine du nucléaire civil entre ces deux grandes puissances.

En froid depuis plusieurs années, l’Inde et les Etats-Unis ont cette fois fait part d’une amitié retrouvée comme terreau de nouvelles relations commerciales. De nouvelles relations qui devraient se concrétiser de prime abord dans le domaine du nucléaire civil, un secteur bloqué par la législation indienne depuis plus de six ans et cela malgré l’accord bilatéral de coopération signé en 2008.

Dans les faits, les conditions de cet accord restaient inapplicables en raison de la responsabilité attribuée par la législation indienne aux constructeurs des réacteurs en cas d’accident. Une clause jugée trop lourde et déraisonnable pour l’essentiel des groupes nucléaires étrangers comme GE-Hitachi, Westinghouse Electric Company ou Areva et qui n’ont de fait, pas souhaité s’engager.

Mais voilà que l’Inde pourrait, selon les propos du Premier ministre lui même, décider d’assouplir sa politique de responsabilité sur les fournisseurs pour favoriser le développement de l’énergie nucléaire dans son pays. “Je suis heureux d’annoncer que six ans après la signature de notre accord bilatéral, nous progressons vers une coopération commerciale compatible avec nos lois et les obligations légales internationales”, a déclaré Narendra Modi.

Le gouvernement indien a effet proposé dans ce cadre un nouveau système de “pool d’assurance” permettant aux constructeurs et aux assureurs individuels de ne pas supporter un coût démesuré en cas d’incident.

Comme le commente alors Richard Verma, ambassadeur des États-Unis en Inde, ce nouveau système de garanties ouvrirait “la voie aux groupes américains et à d’autres pour aller de l’avant et aider l’Inde à développer son énergie nucléaire”. L’Inde, qui produit aujourd’hui l’essentiel de son électricité à partir du charbon, voit dans le nucléaire et les EnR la solution pour résoudre la difficile équation consistant à répondre à une demande énergétique galopante sans aggraver son bilan carbone.

En contrepartie, le président américain s’est engagé quant à lui à abandonner une autre clause de l’accord indo-américain sur le nucléaire civil. Une clause qui exigeait entre autres, un contrôle approfondi et un suivi strict des matériaux nucléaires utilisés dans des réacteurs américains fournis à l’Inde. L’Australie s’est d’ores et déjà positionnée pour fournir de l’uranium à New Delhi.

Crédits photo : Pete Souza

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
jeu 1 Mar 2018
Conformément aux accords initiaux signés avec Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) et Mitsubishi Heavy Industries (MHI) en mars 2017, les deux sociétés japonaises sont entrées au capital du groupe français Orano à hauteur de 500 millions d’euros. Cette participation vient…
mer 21 Sep 2016
Suite à une plainte déposée par le syndicat CFE-CGC pour « fausse information et tromperie », le parquet financier a ouvert une enquête sur le groupe Areva. Il devra notamment déterminer si, au moment de proposer un plan d’épargne en actions à…
mar 24 Fév 2015
Le second réacteur de la centrale nucléaire Néstor Kirchner (anciennement Atucha), à quelques kilomètres de la ville de Lima en Argentine, est désormais pleinement opérationnel : il a atteint, jeudi 19 février, 100% de sa puissance nominale. Un événement célébré par la…
lun 20 Oct 2014
Le Conseil Scientifique Santé et Energie d’EDF diffusent à partir d’aujourd’hui une initiative à l’intention des professionnels de la santé, et du grand public. En effet, l’opération intitulée "Radioactivité et Santé : et si on en parlait", présente à travers…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.