Des chercheurs de Neuchâtel développent le 1er panneau solaire blanc - L'EnerGeek

Des chercheurs de Neuchâtel développent le 1er panneau solaire blanc

panneaux-photovoltaiques-blancs-700x466Le “PV Center” (un centre de recherche et développement axé sur les technologies du secteur de l’énergie solaire) du Centre Suisse d’Électronique et de Microtechnique (CSEM) de Neuchâtel a présenté, mardi 28 octobre, les premiers panneaux solaires de couleur blanche. Une innovation attendue depuis longtemps et qui devrait réconcilier les architectes et les défenseurs du patrimoine avec les technologies photovoltaïques.

 

Un produit photovoltaïque conçu spécialement pour l’intégration architecturale

Voilà quelques années que les architectes spécialisés dans le secteur du bâtiment réclament des panneaux solaires plus discrets, de couleur claire, afin de pouvoir les intégrer plus facilement à leur projet. Une exigence dure à satisfaire en raison des propriétés de réflexion de la couleur blanche, qui réduit les performances d’une installation solaire. Il faut en effet savoir que les modules photovoltaïques actuels revêtent un aspect sombre bleu-noir qui, s’il n’a pas le mérite d’être très esthétique, maximise l’absorption des rayons du soleil. Tout est question de rendement.

Le CSEM a cependant répondu au défi que représentait la demande des architectes. À la suite d’un travail de recherche et développement de deux ans, une équipe de scientifiques de cet institut de recherche privé spécialisé dans les microtechnologies et le photovoltaïque a mis au point un panneau solaire blanc et uniforme. De plus, sans cellules ni connectiques apparentes, cette innovation réduit l’aspect inesthétique des installations solaires et favorise une intégration plus efficace au bâtiment.

 

Une innovation basée sur un filtre nanotechnologique blanc

L’innovation du CSEM repose sur la combinaison de deux éléments : une cellule solaire capable de convertir la lumière infrarouge du soleil en énergie électrique et un filtre nanotechnologique à diffusion sélective qui disperse l’ensemble du spectre visible tout en transmettant la lumière infrarouge. Ce film, de couleur blanche, peut également s’appliquer sur des panneaux solaires classiques, même si l’opération diminue le rendement de l’installation. Le rendement des panneaux solaires blancs est en effet limité à 10%.

Le coût de production de ce filtre est estimé entre 150 et 200 francs suisse le mètre carré (contre 100-150 francs suisse pour ceux de couleur bleu). Le PV Center du CSEM est actuellement en négociation pour commercialiser cette nouvelle technologie qui devrait se décliner, dans un futur proche, en d’autres couleurs. Toujours dans une optique d’intégration architecturale plus discrète.

L’institut réfléchit désormais aux applications possibles de son innovation. Dans des régions caractérisées par un fort taux d’ensoleillement, les modules solaires blancs pourraient par exemple avoir une double utilité en recouvrant le toit d’un bâtiment : la production d’énergie et l’isolation thermique (grâce à la couleur blanche qui réfléchit les rayons du soleil).

Crédits photo : CSEM

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Mai 2013
Après dix mois de construction, Enovos Luxembourg (le principal fournisseur d’énergie au Luxembourg) a inauguré un nouveau parc éolien à Souilly près de Verdun, dans la Meuse. Il est composé de cinq éoliennes de modèle Vestas V90, d'une puissance de…
mar 20 Août 2013
Inauguré dimanche 18 août, le parc éolien offshore allemand de Riffgat, situé en mer du Nord au large de l’île de Borkum, ne peut pourtant pas produire d’électricité et consomme des milliers de litres de diesel. Ce parc pour lequel…
jeu 17 Jan 2019
Le 16 janvier 2019, Bloomberg New Energy Finance a publié une nouvelle étude sur le financement des énergies renouvelables. Pris dans leur globalité, les investissements dans les énergies renouvelables ont sensiblement baissé par rapport à 2017 (- 8%). Bloomberg New Energy…
mer 27 Fév 2019
Le 24 février 2019, le président du Costa-Rica, Carlos Alvarado, a donné le coup d'envoi d'un ambitieux Plan National pour la décarbonation. Ce plan vise à faire du Costa-Rica le premier pays décarboné d'ici 2050. Pour réussir ce pari, le…

COMMENTAIRES

  • Il est vrai que les panneaux solaires sont peu esthétiques, mais le plus important demeure dans les économies d’énergie qu’ils génèrent. Malheureusement, avec ces panneaux blancs, on perd en efficacité.

    Répondre
  • Certes

    Mais produire moins c’est toujours mieux que produire zéro, non?

    Pour les copropriétés au syndicats rigides, pour les villes aux maires pragmatiques, c’est une excellente solution je trouve.

    Ensuite, posons nous 3 question :

    Moins de rendement, égal moins de sollicitation des cellules solaires ?
    Donc plus de fiabilité dans le temps, non ?

    Moins de spectre lumineux, égal moins d’érosion due aux rayons lumineux, les UV et les autres…
    Plus de longévité… On pérennise toute l’installation !

    Ensuite, moins de température sur la cellule. Moins de choc thermique en cas d’averse ou de neige, (puisque c’est un film)… Encore plus d’espérance de vie… Non ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.