Alliance d’Alstom et de DCNS pour réaliser une éolienne flottante - L'EnerGeek

Alliance d’Alstom et de DCNS pour réaliser une éolienne flottante

image2_01-1024x731Les entreprises Alstom, qui construit des éoliennes, et DCNS, groupe français d’industrie navale, viennent d’annoncer un partenariat pour réaliser une éolienne flottante de 6MW d’ici à 2017. Un signal fort envoyé en faveur d’une technologie encore peu répandue mais porteuse de nombreux espoirs pour la production d’électricité renouvelable.

 

Les entreprises Alstom et DCNS viennent d’annoncer la mise en place d’un partenariat en vue de la production d’un système d’éolienne flottante d’ici à 2017. Le projet « SeaReed » est une alliance inédite entre une entreprise spécialisée dans l’énergie (qui produit déjà des turbines éoliennes offshore Haliade 150 sur fondation gravitaire) et d’une entreprise d’industrie navale.

DCNS aura en charge la production du système flottant semi-submersible, alors qu’Alstom produira la turbine de l’éolienne, qui devrait disposer d’une puissance de 6MW. Cette technologie semi-submersible permet de ne pas fixer l’éolienne au sol marin mais de la rattacher au fond par un système de câbles. Cela conduit à installer des parcs éoliens plus éloignés de la côte, là où les vents sont plus puissants, mais aussi dans des mers où les fonds sont profonds même à immédiate proximité des côtes comme la Méditerranée.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une ambition affichée de la France en faveur de l’éolien. En effet, l’Hexagone souhaite atteindre à l’horizon 2020 une puissance éolienne totale de 25 GW, dont 6 GW en offshore. Plusieurs sites au large des côtes françaises (en Bretagne ou en Méditerranée notamment) sont actuellement à l’étude en vue d’un troisième appel d’offres du Ministère de l’Ecologie pour accueillir l’éolien offshore.

Le projet d’Alstom et DCNS est soutenu par l’ADEME à hauteur de 6 millions d’euros, dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt Briques Technologiques.

Bien que seules trois éoliennes flottantes expérimentales soient installées dans le monde (au Japon, au Portugal et en Norvège) les projets d’éoliens flottants se multiplient. Par exemple, un consortium européen autour de Gamesa testera en 2015 une turbine flottante au large du Croisic, alors qu’EDF mène un projet en Méditerranée. Les éoliennes flottantes affichent de bons rendements grâce aux vents plus forts en pleine mer mais DCNS et Alstom souhaitent accroître la compétitivité de leurs éoliennes en simplifiant l’installation des parcs offshore. Les recherches doivent donc se poursuivre pour réduire le coût encore très élevé de cette technologie.

Crédit photo : DCNS – Alstom

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Si l'actuel gouvernement polonais n'hésite pas à consacrer le charbon comme une richesse nationale, première source d'énergie du pays, ses effets indésirables sur l'environnement et la population sont aujourd'hui de plus en plus visibles. Devenu monnaie courante pour l'ensemble des…
sam 29 Juin 2019
Mercredi 26 juin 2019, le Haut Conseil pour le climat a remis son rapport au gouvernement français. Les experts dressent un bilan sévère des actions engagées par la France en matière d'action climatique. En cause : des dispositifs insuffisants face…
ven 17 Jan 2020
La start-up vendéenne Lhyfe, qui veut industrialiser la production d'hydrogène vert en France, vient d'annoncer une levée de fonds de 8 millions d'euros, ce jeudi 16 janvier 2020. Cette somme va lui permettre d'ouvrir sa première usine, adossée au parc…
mar 1 Juin 2021
En pleine réflexion sur l'évolution de son mix énergétique et sur sa dépendance à ses voisins durant le creux de production hydraulique en hiver, la Suisse envisage d'installer des éoliennes et des panneaux photovoltaïques dans les Alpes. C'est ce que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.