Biomasse : EDF et SIFCA signent un accord en Côte d'Ivoire - L'EnerGeek

Biomasse : EDF et SIFCA signent un accord en Côte d’Ivoire

palmier_huile_photo_Marco SchmidtLe groupe agro-industriel africain SIFCA et l’électricien français EDF ont annoncé lundi 22 septembre, la signature d’un protocole d’accord portant sur l’édification et l’exploitation d’une centrale électrique alimentée par de la biomasse en Côte d’Ivoire. Cette unité de production, d’une puissance installée de 46 MW, sera implantée dans le Sud-Est du pays, dans la région d’Aboisso (à une centaine de kilomètres à l’Est d’Abidjan).

“Ce projet (…) répond à deux défis africains, et notamment ivoiriens : valoriser la biomasse générée par les activités agro-industrielles et répondre aux besoins en énergie dans un continent où le taux d’électrification est de moins de 40%“, a déclaré David Billon, promoteur du projet et administrateur du groupe SIFCA.

La mise en exploitation de la centrale de Biokala, prévue courant 2015, permettra donc de valoriser chaque année près de 400.000 tonnes de résidus de palmiers à huile. Une ressource disponible en grande quantité en Côte d’Ivoire : le pays compte en effet 160.000 hectares de plantations villageoises et 50.000 hectares de plantations industrielles. Ce secteur fait aujourd’hui vivre près de 2 millions de personne (soit 10% de la population du pays).

La centrale de Biokala permettra également de créer près de 800 emplois, principalement dans les activités de récolte des résidus. De quoi injecter quelques 30 millions d’euros supplémentaires dans la filière de l’huile de palme et renouveler 60.000 hectares de plantation. À ce titre, le projet est enregistré à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (la centrale engendrera 160.000 tonnes de crédits-carbone par an).

Les deux partenaires ont cependant indiqué que ce protocole d’accord restait soumis au feu vert des instances dirigeantes. La finalisation et le montage du plan de financement du projet devraient prendre un an.

L’Afrique, dont la puissance de production électrique installée s’élève seulement à 125 GW, devrait voir sa demande électrique multiplié par 6 d’ici 2040. Actuellement 590 millions d’Africains n’auraient pas accès à l’électricité, un chiffre qui pourrait atteindre 655 millions si les investissements dans le secteur de la production électrique (moyens de production mais également réseaux de transport) n’augmentent pas. Selon le Programme de développement des infrastructures en Afrique, un investissement annuel de 39 milliards de dollars est nécessaire pour atteindre un taux d’électrification de 69% (soit connecter au réseau 800 millions d’Africains en plus).

Crédit photo : Marco Schmidt

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 6 Déc 2019
Alors qu'Engie vient de confirmer l'achat de l'opérateur éolien italien Renvico, ce jeudi 5 décembre 2019, et que les rumeurs d'une cession des activités gazières du groupe continuent d'enfler, sa directrice générale Isabelle Kocher est montée au créneau pour réaffirmer…
ven 29 Mai 2015
La commune de Petite-Rosselle située dans l'agglomération de Forbach en Moselle pourrait accueillir dès 2016 un nouveau parc solaire de plus de 44.000 modules photovoltaïques. C'est du moins la volonté du groupe allemand MontanSolar, spécialisé dans l'exploitation énergétique des anciens…
jeu 9 Avr 2015
La Mairie de Montpellier vient de lancer la première centrale trigénération à bois de France. Cette installation renouvelable permet de produire simultanément 3 énergies: de la chaleur, du froid et de l'électricité. Une innovation développée par la métropole montpelliéraine dans…
mar 15 Jan 2013
Des scientifiques japonais ont conçu une éolienne 2,5 fois plus performante qu'une éolienne classique. Ce gain de performance est lié à un principe proche de celui des lentilles optiques. L’équipe du professeur japonais Yuji Ohya (Université de Kyushu) a conçu…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.