MiniSpec : un détecteur de radiation pour particuliers - L'EnerGeek

MiniSpec : un détecteur de radiation pour particuliers

minispecSelon une étude publiée dans la revue scientifique “Nuclear Instruments and Methods in Physics Research”, un groupe de chercheurs de l’université de l’Oregon aux Etats-Unis a mis au point un nouveau détecteur de radiation portable, bon marché et destiné à un usage domestique. Baptisé MiniSpec, cette innovation basée sur la miniaturisation d’un spectromètre à rayons gamma, offre par exemple la possibilité aux populations évoluant à proximité des centrales nucléaires de vérifier leur degré d’exposition au quotidien.

[stextbox id=”info”]Un spectromètre à rayons gamma miniaturisé[/stextbox]

L’appareil mesure environ 10 cm pour un poids de 28 g sans batterie et présente toutes les caractéristiques d’un spectromètre à rayons gamma permettant de mesurer l’intensité et de déterminer le radionucléide à l’origine d’une radiation. D’après les chercheurs de l’université de l’Oregon, la principale innovation du Minispec est de combiner un capteur de lumière avec un scintillateur et de miniaturiser le détecteur. Il est ainsi opérationnel à température ambiante et présente une consommation réduite en énergie (environ 420 mW).

S’il est toujours en cours de développement, le Minispec devrait donc bientôt permettre de mesurer l’intensité mais également le type de radiation à laquelle nous pouvons être exposés. Car s’il a évidemment été conçu pour servir en cas d’accident nucléaire, il pourra être utiliser dans un but plus large de compréhension de notre environnement.

Dans ce sens et comme l’explique le professeur Abdollah Farsoni, directeur du projet, “la radiation est un élément naturel de nos vies que beaucoup de gens ne comprennent pas. Dans certains cas, il est nécessaire de la mesurer précisément au cas où il pourrait y avoir un problème pour la santé. Cette technologie permettra d’atteindre ces deux objectifs”.

[stextbox id=”info”]Un détecteur de radiation à usage domestique[/stextbox]

Initié à la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, et du besoin exprimé par de nombreux habitants de pouvoir mesurer par eux-mêmes les taux de radiation de leur environnement direct, ce projet a donc pour objectif de permettre une évaluation simple et bon marché des risques auxquels nous pouvons être exposés.

Si les détecteurs utilisés jusqu’à présent étaient bien trop coûteux et réservés à un usage professionnel, le Minispec devrait désormais offrir la possibilité aux particuliers de mesurer les radiations de leur habitation, de leur nourriture ou de l’eau qu’ils consomment. Comme le souligne le professeur Abdollah Farsoni, “l’incident de Fukushima nous a fait comprendre que beaucoup de gens voulaient, mais n’était pas en mesure de payer, une technologie simple permettant de savoir si leur environnement, la nourriture ou l’eau ne présentaient aucun danger pour leur santé”.

L’équipe de l’université de l’Oregon a prévu dans ce cadre de développer plusieurs modèles du détecteur Minispec, dont un conçu spécialement pour un usage domestique. Il pourra servir à analyser les radiations émanant du sol, des murs en béton ou de surface en granite. Le MiniSpec sera également équipé d’une connexion sans fil qui permettra de l’interroger à distance depuis un terminal mobile. Il devrait être commercialisé prochainement à un tarif inférieur à 150 dollars, soit moins de 110 euros.

Crédits photo : Oregon State University

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 8 Juin 2016
A en croire l’Autorité de Sûreté Nucléaire, EDF aurait l’intention de changer de stratégie pour démanteler ses réacteurs de première génération. Une information que Sylvain Granger, le « M. Démantèlement » de l’électricien, confirmait dans le journal "Le Monde" au début du mois de…
mer 6 Déc 2017
Délaissé depuis 2015 en raison d'un prix sur le marché de gros de l'électricité plus intéressant, l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique) a connu ces derniers mois un regain d'intérêt de la part des fournisseurs alternatifs. Selon un communiqué…
jeu 16 Fév 2017
En difficulté suite à l'annonce d'une forte dépréciation de ses actifs américains fin 2016, le conglomérat industriel japonais a précisé, le 14 février dernier, vouloir désormais se retirer de nombreux projets à l'international. Cette réorientation stratégique ne devrait toutefois pas concerner…
mar 3 Sep 2013
La centrale nucléaire de Paluel (Normandie) est l’une des quatre bases retenues par EDF pour accueillir sa nouvelle force d’action rapide du nucléaire (FARN). La création de la FARN a été décidée après la catastrophe de Fukushima, afin de renforcer…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.