Baisse du soutien aux EnR : la loi adoptée en Allemagne - L'EnerGeek

Baisse du soutien aux EnR : la loi adoptée en Allemagne

Revitalizing Global Trade: MerkelL’Allemagne produit  désormais 27% de son électricité à partir de sources renouvelables, et pour une première mondiale le 9 juin dernier (un jour férié et très ensoleillé), le pays est parvenu à produire la moitié de son courant grâce à l’énergie solaire. Mais cela ne s’est pas fait à n’importe quel prix. En raison des subventions généreuses accordées depuis quelques années, le coût de la transition énergétique a explosé outre-Rhin, avec des estimations la chiffrant jusqu’à 1.000 milliards d’euros. Face à ce constat, Berlin n’avait d’autre choix que de faire marche arrière. Vendredi dernier, comme prévu, l’Allemagne a voté la baisse du soutien aux énergies renouvelables.

Présentée en janvier, la réforme du mécanisme de soutien aux énergies vertes sera effective à compter du 1er août.

La baisse des aides ne concerne pas les installations déjà en service, mais celles qui seront raccordées dans le future. Une manière pour le pays de réduire le développement des installations renouvelables, et in fine le coût de la transition énergétique.

Avec 27% d’énergie renouvelables dans son mix électrique, l’Allemagne ne pouvait de toute façon plus se permettre de continuer à intégrer de nouvelles installations au même rythme. Une bonne partie de la production verte étant intermittente (éolien, solaire) il faut maintenant laisser le temps au pays de développer des moyens de stockage, afin de ne pas risquer un black-out en cas de circonstances climatiques défavorables (absence de vent ou de soleil).

Développer des moyens de stockage de masse coûte encore très cher, or le simple coût des installations de production d’électricité en tant que tel est désormais trop lourd à supporter pour l’économie allemande.  Essentiellement financée via une taxe facturée aux ménages (les entreprises étant largement exemptées en Allemagne),  la transition énergétique coûtait au pays 20 milliards d’euros par an.

Hormis la question du coût, la transition énergétique allemande fait face à d’autres obstacles : les retards, notamment dans le raccordement au réseau des parcs éoliens offshores, les résultats insuffisants (les émissions de CO2 ont augmenté depuis la réduction de la part du nucléaire, en raison de la hausse du charbon dans la production électrique), ou encore les barrières législatives (la loi de vendredi est d’ores et déjà contestée par Bruxelles, car la taxe de soutien au renouvelable, bien que revue à la baisse, s’applique également à l’électricité importée, ce qui serait incompatible avec la notion de libre marché à l’échelle européenne).

Le ministre de l’Economie Sigmar Gabriel a reconnu que la transition énergétique a « été totalement sous-estimée dans sa complexité » et être conscient qu’elle suscitait «  de plus en plus de scepticisme dans le reste du monde ». La transition énergétique est « une tâche herculéenne », résume Angela Merkel.

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
mar 30 Jan 2024
Toyota a, une fois de plus, dominé le monde de l'automobile en 2023 en termes de ventes. Le constructeur japonais a même battu son précédent record et il semble bien que son succès soit en grande partie lié à son…
jeu 22 Fév 2024
La transition énergétique devient une priorité absolue pour le gouvernement français, et les Zones à Faibles Émissions (ZFE) s'imposent comme des outils pour accélérer le passage à des modes de transport plus propres. Onze villes françaises ont néanmoins introduit des…
ven 3 Nov 2023
Le marché de la rénovation énergétique est en plein boom, mais tous les acteurs ne jouent pas le jeu. Des consommateurs floués, des travaux inachevés et des équipements défaillants : le tableau est parfois sombre. La vigilance est de mise,…
Mauvaise nouvelle pour les propriétaires de voitures électriques. Plusieurs sénateurs ont déposé un amendement visant à introduire, dès 2025, une taxe pour tous les véhicules dont le poids dépasse un certain seuil. Voitures électriques : un malus poids dès 2025…

COMMENTAIRES

  • Production de pointe exceptionnelle, et le reste? par des combustibles fossiles probablement, mais on ne le dit pas. Cela fait combien de CO2. Le taux de charge moyen photovoltaïque n’est que de 15% environ.

    Répondre
  • Les tarifs d’achat pour les énergies renouvelables baissent comme cela est le cas depuis des années, en relation avec la baisse des coûts des installations concernées. Cela est très visible pour le photovoltaïque dont les coûts ont diminué de 10% à 20% par an depuis cinq ans.

    Mais la sortie du nucléaire en Allemagne n’entraîne pas une augmentation du charbon dans la production d’électricité.

    http://energeia.voila.net/electri2/allemagne_nucle_charbon.htm

    L’électricité renouvelable a entièrement compensé l’électricité nucléaire disparue.

    L’augmentation provisoire de l’usage du charbon est due à une baisse de l’usage du gaz, comme partout en Europe.

    D’ailleurs, pour les six premiers mois de 2014, l’utilisation du charbon est en baisse : il faut dire que cet hiver, il a moins fallu produire d’électricité pour l’exporter vers la France.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.