L’éolien offshore et sa flotte : un nouveau marché de la construction navale - L'EnerGeek

L’éolien offshore et sa flotte : un nouveau marché de la construction navale

Normand_Installer_éolienneAlors que la filière éolienne offshore commence à se constituer en France, le besoin de navires capables d’assurer tout le processus d’installation des éoliennes marines se fait ressentir. Les futurs chantiers français créent par conséquent un véritable marché en Manche et dans l’océan Atlantique.

Aujourd’hui, entre 400 et 500 bateaux dans le monde opèrent dans le secteur de l’éolien offshore. D’ici 2022,  il en faudrait 300 de plus, selon le comité des Energies Marines Renouvelables. En France, avec la prochaine concrétisation des premiers projets du pays, le marché des navires spécialisés pour l’éolien n’est pas négligeable, qu’il s’agisse des navires pour l’installation des champs ou de ceux pour l’opération et la maintenance.

Alors que la construction navale civile représentent aujourd’hui un chiffre d’affaires d’environ 1 milliard d’euros, les navires concernés par les énergies marines renouvelables pourraient bientôt constituer 20% de part du marché.

Selon Frédéric Hendrick, le président du secteur de l’éolien offshore d’Alstom (interrogé par l’Usine Nouvelle), la construction navale va devoir se montrer innovante face au défi technologique que représente l’installation d’éoliennes en pleine mer. “Il ne faut pas oublier la première étape, celle de l’acheminement des éléments. Une nacelle pèse jusqu’à 380 tonnes, une pale mesure jusqu’à 74 mètres. Faut-il des navires dédiés Faut-il se raccrocher à des routes maritimes existantes”.

[stextbox id=”info”]Le « Jack-up », un navire à tout faire[/stextbox] 

Un navire de type « jack-up » permet à la fois l’acheminement et l’érection des éoliennes. Il se transforme en plate-forme autoélévatrice grâce à des jambes de plusieurs dizaines de mètres qui se posent sur le fond. L’utilisation d’un tel bateau demeure très coûteuse.

Aucun « jack-up » n’existe en France et seulement 20 exemplaires se trouvent à travers le monde. Pour construire un « jack-up » il faudrait compter deux ans de travaux au minimum.

Frédéric Hendrick reste sceptique. Il ne trouve pas logique d’utiliser un même navire pour deux tâches aussi différentes. Utiliser deux navires, selon la distance séparant le port du champ d’éoliennes, représenterait selon lui la meilleure solution.

[stextbox id=”info”]Des navires qui tendent à être exportés[/stextbox]

Jusqu’à présent, les navires construits en France, par des entreprises spécialisées ou non, étaient destinés à l’exportation. En effet l’éolien offshore vient tout juste de se faire une place dans le mix énergétique français, alors qu’il est utilisé depuis plusieurs années au Danemark ou au Royaume-Uni.

Le Sea Fox a été le premier bateau construit en France destiné à l’éolien offshore. Ce navire a été conçu pour une entreprise britannique spécialisée dans la maintenance et le ravitaillement des champs éoliens offshore.

Grâce ce projet et à l’éolien offshore, le chantier naval Navalu (Vendée), affecté par la crise de l’huître et la baisse du marché des chalands ostréicoles liée à la crise de l’huître, a trouvé de nouveaux débouchés.

Crédit photo : Joanne Golby

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 19 Juil 2018
Alors que la géothermie continue de progresser sur le territoire français, certaines de ses applications restent encore méconnues du grand public. C'est notamment le cas de la capacité de la géothermie à produire du froid renouvelable. Baptisé géocooling, ce système…
mar 16 Jan 2018
Après six ans d’études et de travaux, la nouvelle liaison électrique reliant Lorient à Saint-Brieuc a été inaugurée lundi 15 janvier 2018, en présence de François Brottes, président du directoire de RTE, du ministre des Affaires étrangères et ancien président…
ven 13 Mar 2015
Quelques mois après le décollage de l'avion solaire Solar Impulse 2 pour son tour du monde en 5 mois (débuté ce lundi), ce sera au tour du prototype d'avion électrique développé par le groupe aéronautique Airbus et son partenaire l'équipementier…
mar 17 Déc 2013
Par la voix de son ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie Philippe Martin, le gouvernement a lancé jeudi 12 décembre la consultation sur l’évolution des mécanismes de soutien des énergies renouvelables. Au mois de septembre dernier, lors de son…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.